1

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire

Bonjour à tous,

Pouvez-vous m'aider ? J'ai  fais une dissert sur une citation de Voltaire qui est :

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire.Vu que j'ai déjà rendu ma dissert,je voudrais savoir ce que vous pensez de cette citation,des arguments que vous auriez donné pour dévelloper cette citation.Mercie beaucoups

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire

Bonjour tout le monde, je ne passe pas le bac de français cette année, je l'ai fait l'an dernier et une fois est bien suffisante.
Cependant, je présente un examen dans une dizaine de jours et lorsque j'ai reçu les sujets de la dernière session, j'ai paniqué !
Ce sujet est sensé pouvoir être posé en classe de première ; mais sans corpus, j'avoue que tous mes plans me paraissent ridicules.
SVP aidez-moi.


Commentez cette citation de Voltaire : "je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.".

Comment trouver des exemples et des arguments frappants....?
Je veux dire, je sais que je dois exploiter les concepts de liberté et de tolérance mais je rencontre des difficultés à "monter" un plan et notamment à poser les limites de l'argumentation. Il me semble difficile de ne pas basculer dans le hors-sujet. Je rencontre un réel problème de problématisation. Mon meilleur plan me semble être:

I) les ravages du fanatisme
a) les dangers politiques (parti unique) et sociaux (=>les conséquences actuelles de la propagande colonialiste française sur les relations de la France (ancienne puissance colonisatrice) avec ses populations d'origine "étrangère".)
b) les dangers culturels des dictatures (apauvrissement des arts, médias...)
c) la déshumanisation par le retrait du libre arbitre

II) la réalisation de l'Homme par sa liberté
a) la critique intellectuelle à la base de la pensée (autocritique ou pas)
b) l'intersubjectivité à l'origine d'une forme d'objectivité
c) la diversité intellectuelle et culturelle engendrée par la tolérance


Mais j'ai l'impression de ne pas traiter le sujet dans son intégralité.
Merci d'avance.

3

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire

Bonsoir Shehira,

La problématique pourrait être celle-ci : la liberté d'expression, un droit sans limite ?

La liberté de conscience doit s'accompagner de la liberté d'expression.
Que vaudraient des idées refoulées à la sphère privée ? L'être humain est un tout, il ne peut être cantonné à sa vie privée. Il a aussi une existence sociale où il peut exprimer son désir d'appartenance.

Le droit de s'exprimer ne dépend pas de la "vérité" consensuelle, de l'idéologie du moment.
Cette pluralité est favorable au débat d'idées, à la démocratie.

Mais ce droit de s'exprimer ne doit pas permettre d'affirmer n'importe quoi : racisme, apologie de la violence...

4

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire

Désolé de répondre aussi tard. Cette phrase de Voltaire est particulièrement d'actualité.
Tout d'abord, cher Patrick, Voltaire ne faisait pas de fautes d'orthographe et il faudrait commencer par l'imiter (Développer de prend qu'un "l", beaucoup ne prend pas de "s" et merci  s'écrit sans "e". "Les arguments que vous auriez donnés" prend un "s" à "donnés", car le complément d'objet "arguments" est au pluriel et est situé avant l'auxiliaire avoir).
Tout cela est important si l'on veut être crédible.

Pour revenir à Voltaire, il prononce ici la phrase type du libre penseur qu'il était.
Il considère en ces temps d'absolutisme - et l'époque moderne y revient dangereusement - que le plus important dans la pensée est la liberté. Cette liberté doit surtout s'exercer en cas de désaccord. Voltaire postule d'une part que c'est de l'affrontement des idées que naît la pensée libre, mais, malin comme il l'était, il suppose également que c'est en laissant s'exprimer un adversaire qu'on parviendra à lui répondre, à le contrer, à le contredire,
voire à le convaincre...
On peut dire que cette phrase fonde l'idée démocratique.

J'aurais constuit le devoir de cette façon :
Introduction : Les philosophes des Lumières ont fait émerger le monde moderne en combattant le dogmatisme et l'obscurantisme. Dès lors s'est posée à eux la question de la méthode : Comment éviter l'écueil d'un "dogme des Lumières ?".  Pour résoudre ce dilemme
Voltaire fonde la liberté d'expression comme valeur supérieure du débat philosophique.
De nos jours est-ce que toutes les idées se valent ? Quels sont les dangers du relativisme, du révisionnisme ?  Est-ce que le débat d'idées produit l'émancipation ? Et comment ?

1° Les idées nouvelles que nous ne pouvons pas partager :
- les théories racistes et d'épuration ethnique
- les théories génocidaires
- l'asservissement de la femme
- le retour de l'obscurantisme religieux, le fanatisme, le terrorisme
- le creusement des inégalités planétaires
- l'exploitation et la persécution des animaux
- l'épuisement des ressources planétaires, la désertification du monde...

Il n'est pas envisageable de tolérer cela ! Le discours démocratique ne saurait faire une place
à de tels points de vue. Il ne faut pas en discuter, mais il faut les combattre.

2° Peut-on discerner des causes profondes à ces fléaux de l'humanité ?
- l'ignorance des peuples et leur grande pauvreté
- les injustices structurelles de la mondialisation
- les théories pratiques du "bouc émissaire"
- l'absence de démocratie dans le monde
- le déchaînement des intérêts privés
- la diabolisation du progrès
- la recherche de profits rapides et le mépris des générations futures
- l'absence d'information et la désinformation

3° Par quels moyens peut-on réduire les causes de ces fléaux ?
- favoriser l'émancipation des peuples par la démocratie
- conditionner aux aides techniques et économiques le processus démocratique
- ne pas imposer un modèle de développement occidental
- rendre à l'ONU un vrai pouvoir politique
- doter l'Europe d'une réelle capacité d'intervention et de pacification
- favoriser l'émancipation des femmes
- mettre en acte la Déclaration des droits de l'homme
- informer, former, éduquer, instruire
- investir dans le développement durable

4° La mise en lumière des causes profondes du mal
Dès lors qu'on aura débarrassé l'humanité des faux problèmes qui en entravant son développement servent les desseins les plus archaïques, il faut faire le pari que la
démocratie et l'émancipation seront partout préférées à la dictature et à l'obscurantisme.
C'est donc bien en posant les conditions d'un vrai débat qu'on fera reculer les facteurs de régression. C'est le pari que fait Voltaire.

Conclusion :
En accordant la parole à ses contradicteurs, Voltaire inaugure la modernité.
Il est toutefois important de rappeler que le débat démocratique doit être animé de convictions fortes pour déboucher sur l'émancipation. Il s'agit aujourd'hui davantage d'un combat que d'un débat. Mais dans ce combat, oui, toutes les tendances doivent pouvoir s'exprimer. La liberté d'expression opère une mise en lumière, car le mal est comme l'asperge, il a besoin de l'ombre pour prospérer.

5

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire

Bonjour,
Je suis au lycée et pour la semaine prochaine je dois rendre une dissertation sur la célèbre phrase de Voltaire "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je ferais tout pour que vous puissiez le dire!" Seulement c'est ma première dissertation donc je ne suis pas sur de ce que je fais 

1°Les avantages de la liberté d'expression
2°Les bienfaits d'un débat
3° ? je cherche mais je trouve pas 

1° peut on tout tolérer?
2°Ne faut-il pas avoir recours à la censure
3° idem que plus haut

Qu'en pensez vous ? Est ce correcte? Suis je passer à coter de quelque chose?
Merci, Luca .