1

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Bonjour,

J'ai fait une petite recherche pour en savoir plus sur la possibilité d'enseigner le latin dans le secondaire en n'ayant "que" l'agrégation de lettres modernes, et je suis tombé uniquement sur deux messages évoquant l'idée des agrégés de LM donnant des cours de latin au collège, .

Ma situation est la suivante : je suis normalien, je me suis inscrit en M2 et au capes de LC cette année (l'inscription n'engage à rien).

J'ai l'intention l'année prochaine de passer l'agrégation de lettres modernes, grâce à laquelle je souhaiterais quand même pouvoir donner quelques cours de latin. Est-ce possible rien qu'avec cette agrégation ou faut-il avoir le capes de LC ? Mais dans ce cas, l'agrégation de LM n'annule-t-elle pas le capes de LC ? Est-il "utile" (administrativement parlant) de décrocher ce capes, surtout que les reports de stage ne sont pas toujours cumulables ? A défaut d'avoir ce capes, y a-t-il d'autres éléments qui peuvent renforcer le "dossier" d'un agrégé de LM voulant enseigner le latin ?

En fait, j'ai un niveau de grec plutôt modeste, et je doute d'être capable d'arriver au niveau de la version grecque du capes de LC qui aura lieu en novembre. Je ne parle même pas de l'oral... Je pourrais certes améliorer mon niveau cette année et passer le capes de LC en même temps que l'agrég de LM, mais ça ferait beaucoup de boulot... J'espère que quelqu'un pourra m'éclairer sur les arcanes de l'Education nationale.

2

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Il est tout à fait possible d'enseigner le latin en étant agrégé de LM et non de LC. 

De la même façon, des profs de LC occupent parfois des postes de LM. Tout est possible dans l'Éduc' Nat'. J'ai même (bien malgré moi) enseigné un an la littérature médiévale en L3 sans en avoir (presque) jamais fait. 

Cela étant, les proviseurs et les IG, pour les prépas surtout, préfèrent naturellement donner les cours de latin aux professeurs de LC, quand ils en ont de bons sous la main. Il est improbable que tu obtiennes un service entièrement ou majoritairement en latin. Tu auras sans doute davantage de cours de français... Si l'idée d'enseigner le français te déprime, il n'est sans doute pas trop tard pour remonter ton niveau de grec et aller vers l'agreg de LC. Autre solution: après l'agreg de LM, faire une thèse en latin et te diriger vers un poste en fac ou en prépa. Ce parcours un peu bizarre fera soulever pas mal de sourcils, mais si tu es très bon tu seras recruté quand même.

Pour le reste, oublie le CAPES de LC. D'abord, parce que tu es normalien. Aquila non capit muscas. Ensuite parce que cela ne te servira à rien si tu prévois de passer l'agreg de LM. Cela pourrait même t'entraver (limite de report). De toute façon, on ne peut appartenir à plusieurs corps de fonctionnaires différents (agrégés / certifiés).

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Ma situation est la suivante : je suis normalien, je me suis inscrit en M2 et au capes de LC cette année (l'inscription n'engage à rien).

J'ai l'intention l'année prochaine de passer l'agrégation de lettres modernes, grâce à laquelle je souhaiterais quand même pouvoir donner quelques cours de latin. Est-ce possible rien qu'avec cette agrégation ou faut-il avoir le capes de LC ? Mais dans ce cas, l'agrégation de LM n'annule-t-elle pas le capes de LC ? Est-il "utile" (administrativement parlant) de décrocher ce capes, surtout que les reports de stage ne sont pas toujours cumulables ?

Je suis moi aussi inscrit au CAPES de lettres classiques pour cette année. Mon cas est un peu différent dans la mesure où je ne suis pas encore vraiment décidé à passer l'agrégation (de grammaire) ensuite, vu que je me vois mal passer un an à faire du thème et du français, et surtout au vu des faibles débouchés en France dans ma discipline.

Tu aurais peut-être pu demander la dispense d'écrit pour être directement admissible, je ne sais pas si ça t'aurait arrangé ou non. C'est ce que j'ai fait personnellement, mais je pense que c'est trop tard pour modifier ton inscription désormais. Ceci dit, le cap de l'admissibilité ne me semble pas si périlleux que ça, en tout cas pas rédhibitoire, surtout si le grec tombe en mineure (si j'ai bien compris la nature des nouvelles épreuves).

Pour le reste, effectivement l'agrégation de LM annule et remplace le CAPES de LC, puisqu'il y a par ailleurs une agrégation de LC. Mais rien n'empêche de la mentionner sur le CV, et ensuite j'imagine que c'est à voir avec l'inspecteur général ou son représentant. Cela dit, avec l'augmentation des postes en LC au détriment des LM, ce n'est peut-être pas une stratégie très sûre. Je ne vois pas en quoi être titulaire du CAPES serait une entrave pour la suite, par contre (tu as le droit de demander un report en tant que normalien, jusqu'à la fin de la scolarité ENS - pas pour les études doctorales par contre, mais cela va peut-être changer depuis qu'il se passe au niveau M2, du moins ce serait logique. Au pire, tu pourras toujours démissionner si l'on te demande vraiment de remplir tes obligations de certifié).

Et si tu souhaites rester dans l'enseignement secondaire, j'ai eu aussi connaissance de quelques exemples de professeurs qui arrivent à ouvrir une classe de langue ancienne ex nihilo, ce qui résout le problème... avec une bonne dose de motivation et de soutien de l'équipe pédagogique, cependant.

Bien à toi.

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Ce sont les responsables d’établissement qui font la répartition des heures. L’inspection académique n’y est pour rien. Vous n’aurez donc aucune certitude de pouvoir enseigner le latin. Je connais même un agrégé de lettres classiques dont le premier poste était un lycée professionnel sans aucune heure de latin ou de grec dans l’établissement.
Une recherche hors de ce site ou un abonnement à la liste de diffusion de Musagora vous auraient montré que les professeurs de lettres classiques n’apprécient pas de voir des heures de latin attribuées aux professeurs de lettres modernes. Je n’ai vu qu’un cas où l’un d’eux était content d’avoir un « collègue » dans son collège.

5

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Merci à tous les trois pour vos réponses.

L'idée que j'ai en tête, c'est surtout de pouvoir avoir un petit service horaire en latin, et je conçois tout à fait que les enseignants de LC voient d'un mauvais oeil les LM leur prendre des heures. Mais, malheureusement (pour moi) le CAPES est un concours qui débouche sur l'affectation dans un corps et non un diplôme qu'on peut mettre sur un CV (quoique, si ce sont les responsables d'établissement qui décident...   ).

Je pense que la meilleure solution reste de passer le concours, de jouer le jeu en quelque sorte, d'y être admis si possible (je n'ai pas demandé la dispense de l'admissibilité pour me motiver à travailler mon grec), et le cas échéant, démissionner pour éviter le problème de l'accumulation de reports de stage tout en gardant la possibilité de dire "j'ai le niveau d'un certifié en LC".

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Bonjour,

Je ne comprends pas bien l'intérêt de passer un concours, espérer y être admis puis démissionner pour ne pas être affecté, alors qu'il "suffirait" d'attendre un an et de passer l'agrégation... Si c'est dans l'optique de gagner une certaine estime auprès des futurs chefs d'établissement pour avoir une sorte de "légitimité" à dispenser des cours de latin, pourquoi ne pas passer l'agrégation de lettres classiques, puisque tu as l'air très motivé pour "compenser tes lacunes" en grec ?   

Lohelia.

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Parce que nous ne pouvons pas passer l'agrégation dans deux sections différentes la même année, pas pour des raisons de réglement, mais d'emploi du temps des écrits, je crois. Et l'agrégation avec ses programmes est beaucoup plus difficilement compatible avec un M2.

Du reste, le CAPES peut être vu comme un entraînement parmi d'autres, qui a l'avantage de ne pas occuper une année de préparation ad hoc...

Bien à toi.

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Bien entendu, un CAPES ne sera jamais une tache sur son CV.

Ma question portait plutôt sur le choix de l'agrégation de LM : j'ai bien compris que Macbland n'était pas étudiant en LC, mais puisque c'est finalement ce qui semble l'attirer, tant au niveau des études qu'au niveau de l'enseignement, pourquoi ne pas passer en premier lieu l'agrégation de LC ? Je me doute bien que c'est par "penchant" pour la littérature moderne, mais un concours a peut-être un portée plus large que correspondre à un "penchant", et vu que Macbland semble prêt à faire preuve d'abnégation, je ne comprends pas vraiment pourquoi il tient absolument à une agrégation de LM...

Lohelia.

9

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

Non, justement, comme je l'ai dit, je souhaite seulement pouvoir, un jour ou l'autre, enseigner le latin, une, deux, trois heures par semaine, tout au plus. Je n'ai jamais eu l'intention de passer l'agrégation de LC, et ne l'ai toujours pas. Je suis très bien en LM, et j'aime beaucoup le latin, voilà tout. D'ailleurs, préparer l'agrégation de lettres classiques maintenant me demanderait beaucoup de travail, en version ET thème grecs, et thème latin, jamais pratiqués réellement.

Donc, l'alternative est simple : ou bien passer le concours et démissionner (car les reports sont une science compliquée, et je n'exclus pas une thèse après l'agrégation) ou bien ne pas passer le concours et demander quelques heures de latin sans en avoir la légitimité (en tout cas, pas autant qu'un certifié de LC).

10

Enseigner le latin sans être en lettres classiques

D'accord.

Une alternative pourrait être de présenter l'agrégation de LM, de faire ta thèse et si tu n'obtiens pas par la suite les heures désirées, de présenter éventuellement une agrégation de LC - ce qui semble plus simple administrativement parlant qu'être amis au CAPES, démissionner, mais dire au chef d'établissement : "mais en fait, si si, j'vous jure, je l'ai quand même"...

Bref...

Edit : je viens de lire ce que tu as ajouté. C'est certes un critère important.