Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

Bonjour,

J'ai peut-être l'opportunité de devenir prof vacataire et de donner des cours de Français niveau collège. Ce n'est pas sûr, mais le rectorat m'a contactée, j'ai rendez-vous lundi qui vient. On m'a d'ores et déjà conseillé de me renseigner sur les programmes de Français au collège. Je suis allé sur Eduscol, et j'ai trouvé ce que je cherche. (sauf que apparemment le programme de troisième a changé, si j'ai bien compris). J'avoue que je serai contente de donner des cours, mais ça me rempli de crainte. J'ai peur entre autre de ne pas être à la hauteur. J'ai surtout peur de ne pas savoir comment s'y préparer.
Est-ce que l'un de vous pourrait me donner des conseils pour préparer mes cours ? je n'ai qu'une licence de lettres classiques en poche, je n'ai encore jamais donné de cours. j'ai besoin de vos suggestions, conseils, explications et autres renseignements. Je suis d'ailleurs perplexe, car le programme des classes de sixième, cinquième et quatrième est daté de 2008. Me suis-je bien renseignée ?

merci pour vos réponses, quelles qu'elles soient...

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

Bonsoir, déjà tu trouveras beaucoup de choses précieuses sur le site "Web lettres" : des cours, des séquences, etc. Il faut s'inscrire pour obtenir un mot de passe. Tu y trouveras plein d'idées.
Prépare surtout le début, une base, mais une fois dans le bain tu pourras t'adapter et tu devras modifier ce que tu avais prévu, donc inutile d'en préparer trop.
Ensuite je te conseille très vivement de réfléchir énormément à la gestion de classe et la discipline avant : souvent on arrive en tant que débutant avec des beaux cours ambitieux et tout prêts, et on est vite désemparés de voir qu'on ne peut pas les faire à cause du bazar dans la classe au bout d'une semaine ou deux, ou simplement au fait que des sixièmes par exemple même s'ils sont mignons répondent tous en même temps sans lever le doigt ou en se mettant debout, te tutoient, t'appellent "maîtresse" ou te demandent ton prénom, enfin même si ce ne sont pas des voyous on se trouve un peu déstabilisé.... Donc réfléchis avant d'y être à la manière dont tu veux t'y prendre. Pour faire passer des savoirs, il faut tout d'abord leur apprendre des règles de vie en classe, des méthodes, un rythme, une organisation etc. Donc au début mieux vaut prévoir un texte simple, une petite séquence de prise de contact (un conte pour les 6èmes 5èmes, une nouvelle pour les plus grands), et travailler la première semaine sur ce texte : compréhension, langue, petite rédaction... en te préoccupant surtout de leur donner des habitudes : on rentre en cours en silence, on lève la main et on attend que le prof donne la parole, on se tait quand le prof parle, on s'écoute les uns les autres, on tient son classeur de telle manière, on fait les devoirs donnés (et tu vérifies avec soin la fois suivante) etc. Si tu ne passes pas le temps qu'il faut sur cela au début, inutile de prévoir des cours fabuleux, tu ne pourras pas les faire passer. Demande-toi comment tu sanctionneras un élève qui ne respecte pas ce que tu as demandé : il ne faut pas être trop sévère, mais une petite punition est nécessaire sinon ils ne tiendront plus compte de tes consignes.

Je ne sais pas où on en est pour les programmes (je ne suis plus en collège), mais justement sur web lettres tu devrais voir ça. Je pense que ce que tu as dit est juste. Sinon on travaille en séquence : un groupement de texte ou une oeuvre complète, et à partir de cette base on fait un travail de langue, d'ortho, d'écriture... On voit par exemple avec la nouvelle les caractéristiques du récit, les valeurs des temps, la conjugaison du passé simple, les substituts du nom, le discours rapporté... (selon la classe bien sûr).

Voilà pour ce qui me vient à l'esprit comme ça

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

Je m'apprêtais à répondre, mais Ammy l'a fait beaucoup mieux que moi. Les programmes de 2008 sont bien d'actualité; ils sont entrés en vigueur dès 2008-2009 pour la classe de Sixième. Cette année, ils concernent donc la classe de Troisième. Je leur adresse une critique de taille : l'abandon de la littérature dite "de jeunesse"; c'était pourtant un outil attrayant et efficace pour développer le goût de la lecture chez les élèves. Rien n'empêche cependant de leur faire lire ces ouvrages en lecture cursive.

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

Contrairement à ce qui a été écrit, le programme de 3ème ne change pas cette année mais l'an prochain. C'est celui de 4ème qui est renouvelé à partir de la rentrée. Pour le consulter, il suffit d'aller à la suite des programmes de 6ème et de 5ème datés de 2008.

Pour bien commencer l'année, il est essentiel de garder à l'esprit quelques petits "trucs", qui ne sont pas forcément évidents pour un étudiant frais émoulu de l'université. Je vais tenter de les résumer.

Tout d'abord, ta séquence doit comporter un nombre choisi d'objectifs qui seront déclinés en plusieurs séances. L'idéal est de s'y tenir et de vérifier, par de petits contrôles, que chacun a été assimilé. A la fin de la séquence, une évaluation fera le bilan sur toutes les connaissances acquises.

A l'intérieur de la séquence, il y aura bien entendu plusieurs phases de lectures. Chacune doit (en principe) correspondre à un projet. Tu ne peux pas faire une lecture exhaustive qui épuise le sens d'un texte, c'est à la fois trop compliqué et vecteur de dispersion. Il faut donc privilégier un objet d'étude clairement défini. Ceci est valable autant pour un extrait que pour une œuvre complète.
Dans une fable de La Fontaine, tu peux par exemple axer ta séance sur les valeurs du présent. Avec une scène de Molière, tu peux te consacrer au comique de geste en tenant compte des didascalies, etc.

Dans le secondaire, on ne pratique pas de cours magistraux, c'est-à-dire que la leçon ne vient pas du professeur mais des élèves. Il faut partir de leurs impressions à propos d'un texte pour remonter vers une connaissance. C'est la phase d'induction. Elle est censée mettre en éveil les élèves.

Une fois cette étape passée, il n'est pas conseillé de plaquer ta propre leçon au tableau. Il vaut mieux que les élèves s'essaient un peu à l'écriture: qu'ils rédigent eux-mêmes quelque chose (ce qu'ils ont retenu par exemple). Ensuite il faut vérifier, car tout cela doit aboutir à une connaissance commune à tous.

Enfin, les élèves sont censés être en activité le plus souvent possible. Tu auras du mal à capter leur attention si tu ne leur proposes pas des activités de réflexion, à l'oral ou à l'écrit. C'est une condition sine qua non à la bonne tenue de ta classe.

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

Alph a écrit :

A l'intérieur de la séquence, il y aura bien entendu plusieurs phases de lectures. Chacune doit (en principe) correspondre à un projet. Tu ne peux pas faire une lecture exhaustive qui épuise le sens d'un texte, c'est à la fois trop compliqué et vecteur de dispersion. Il faut donc privilégier un objet d'étude clairement défini. Ceci est valable autant pour un extrait que pour une œuvre complète.
Dans une fable de La Fontaine, tu peux par exemple axer ta séance sur les valeurs du présent. Avec une scène de Molière, tu peux te consacrer au comique de geste en tenant compte des didascalies, etc.

Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu as dit au sujet de la conduite de la classe, mais je le suis beaucoup moins quand tu sembles faire croire que la lecture d'une fable de La Fontaine pourrait ne servir qu'à découvrir les valeurs du présent, ou un texte de Molière à n'appréhender qu'un procédé théâtral. Le but d'une lecture, c'est toujours la quête du sens génératrice d'émotion ou de plaisir, dans l'absolu, bien sûr, mais l'enseignement a besoin d'absolu. On peut, et on doit même se donner des objectifs limités, mais on ne doit jamais laisser penser qu'un texte n'est qu'un prétexte. Ce "plaisir du texte" permettra du reste de mieux fixer son souvenir et de constituer peu à peu les bases d'une culture littéraire si nécessaire à notre époque. Rien n'empêche par contre, lors d'une autre séance, d'utiliser le même texte pour y dégager des notions de grammaire ou de ménager, au terme de l'étude d'une pièce de théâtre, une séance sur les procédés du comique et sur leur fonction, mais les textes auront d'abord été découvert "pour eux-mêmes".

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

jacquesvaissier a écrit :

Le but d'une lecture, c'est toujours la quête du sens génératrice d'émotion ou de plaisir, dans l'absolu, bien sûr, mais l'enseignement a besoin d'absolu. On peut, et on doit même se donner des objectifs limités, mais on ne doit jamais laisser penser qu'un texte n'est qu'un prétexte.

J'oubliais de préciser tout cela. Ce que tu écris est d'autant plus incontestable qu'il s'agit désormais d'une priorité officielle de l'enseignement des lettres.

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

A propos des séquences, je ne sais pas si vous avez remarqué, Alph et Ammy, mais le mot a presque disparu des nouveaux programmes. On lit même dans le préambule : "Les séances consacrées à l'étude de la langue sont conduites selon une progression méthodique et peuvent n'être pas étroitement articulées avec les autres composantes de l'enseignement du français (c'est moi qui souligne). Cela me semble la porte ouverte à bien des abus... Je continuerai pour ma part à travailler en séquences.

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

Ok, merci à vous tous pour toutes ces réponses. Je me doutais bien qu'il faut d'abord cadrer la classe avant d'avoir la prétention de leur apporter quoi que ce soit... On verra (je ne sais pas si j'aurais plutôt des sixièmes ou plutôt des troisièmes, je pense bien que l'approche n'est pas la même en fonction du niveau).

souhaitez-moi bonne chance pour mon entretien demain matin...

post scriptum; je vais faire un tour sur le web lettre! J'en reviens mais je ne peux pas demander le mot de passe, je ne sais pas encore où je vais enseigner, si jamais j'enseigne un jour.

9

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

jacquesvaissier a écrit :

Cela me semble la porte ouverte à bien des abus... Je continuerai pour ma part à travailler en séquences.

Pourquoi "des abus" ? En quoi faire une séance de grammaire détachée d'une séance de lecture constituerait un abus dans l'enseignement de français ? C'est comme ça qu'on a enseigné le français pendant très longtemps, et les élèves ne s'en portaient pas plus mal, nous en sommes bien la preuve ! 

Professeur vacataire - Préparer ses cours de français

@lapetitemu
Bonsoir,

Je n'ai pas dit que le principe du cours de grammaire détaché de la séquence était un abus, j'y ai du reste recours parfois. Ce que je crains, c'est de voir réapparaître des cours de grammaire trop théoriques et surtout exhaustifs, donc indigestes et inutiles à la plupart des élèves. Le rattachement de la grammaire aux séances de lecture ou d'expression écrite permet de mieux "cibler" les notions à acquérir, de les réduire afin de les faire mieux assimiler, d'offrir surtout une meilleure contextualisation. Certes, il y a un risque d'émiettement, mais rien n'empêche de faire des synthèses plus générales au bout d'un certain temps. Quant à l'argument classique : "de notre temps, c'était mieux" (de quel temps au fait?) on peut toujours répondre : c'était mieux pour qui? L'exemple que tu prends (nous-mêmes) n'est guère significatif!