1

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

Bonjour

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées ;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui fuit !

Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux !

J'ai une question ! Il faut que j'étudie de quelle façon la nature est ici présentée et quelles caractéristiques des éléments naturels cette présentation et-elle en évidence ? Je ne vois pas du tout ! Pourriez-vous m'indiquer quelques pistes SVP !

Merci d'avance

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

Bonsoir,

Te souviens-tu de l'adorable village en bord de mer où tu allais quand tu étais petite ? Mais si, chez ta tante Louisette !... ça y est ! tu y retournes enfin ! après 15 ans d'absence !  Tu y arrives, toute guillerette ! OHHH !!! la mer !!! elle n'a pas changé, pas une ride !(enfin presque, parce qu'il y a un p'tit vent frisquet...). Vite, tu files au 7 impasse du temps qui passe, c'est là qu'habite ta tante. Tu sonnes, impatiente :
-- Bonjour madame, ma tante Louisette est-elle là ?
-- Mais c'est moi !!!

3

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

merci......

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

Le vers 4 est
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Sinon il manque un pied pour faire l'alexandrin

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

Bonjour,

J'ai un commentaire de français à faire et j'ai des difficultés à trouver le plan et des axes d'études. Le commentaire est sur Les feuilles d'automne : "soleils couchants" de Victor Hugo.

Voici le poème :

   

Soleils couchants

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde immense et radieux !

Je serais très reconnaissant si quelqu'un pouvait m'aider. Merci d'avance.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

Salut!
Moi aussi j'ai le même commentaire à faire sur ce poème.

Voici mon plan :

1-Un paysage Romantique
a-La nature est pure et sert de refuge (: c'est l'image de l'idéal pour le poète alors qu'elle est symbolique pour le lecteur)
b-La nature révèle les désirs de jeunesse et l'état d'âme du poète

2-La nature comme moyen pour méditer sur la fuite du temps
a-La nature R. invite à la méditation
b-La fuite du temps est aussi représentée par la nature ( cycles du temps)

3-Un texte lyrique pour dire le tragique dela condition humaine
a-Le lyrisme de la mélancolie (mal de vivre, sentiments du temps qui passe, les Hommes sont réduits à vivre qu'un certain temps (cycle de la vie))
b-Création d'une intimité, quand il évoque son désespoir


Je suppose que tout comme moi tu as étudié le romantisme en cours.  Donc à toi de voir si ce plan te convient.

A+

7

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

TU PEUX AUSSI PARLER DE LA FAIBLESSSE humaine en effet les trois premières strophes évoquent une nature éternel et la plupart des mots sont au pluriel,ce qui marque l'abondance de la nature alors que la dernière strophe ne comporte que des mots au singulier et surtt il y a la première personne du singulier qu'on avait pas jusqu'à présent .Enfin le dernier vers marque le fait que le poète n'est rien face à la grandeur de la nature  et du coup il nous montre que la condition de l'homme est tragique effectivement c'est un alexandrin( vers solennel de la tragédie)   Le poète constate l'immortalité de la nature et la faiblesse humaine on trouve d'ailleurs ds la dernière strophe le régistre élégiaque et lyrique Victor souffre car il sait que la condition de l'homme est dramatique De plus selon lui la poésie correspond à, la "tribune du moi souffrant"

8

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

bonjour,

je dois répondre a la question suivante pour mardi :comment esttraitéle thème du tempset commentes-ilrelié au thème de la natureet a la personne du poète?
ESt-ce que quelqu'un pourrait m'aider ça serait sympa.
le texte est : soleils couchants.
de victor hugovoici le poeme:


Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit!

Tous ces jours passeront; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux!

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

9

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

bonjour moi j'ai un problème avec ce poème, mon prof m'a dit que le fil conducteur et le plan n'était pas correct. j'aurais besoin d'aide pour cet partie de l'introduction.

10

Hugo, Les Feuilles d'automne, Soleils couchants, VI

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées ;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui fuit !

Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux !

_________________ La nature
Éléments humains.
Ton passage aurait eu quel effet sur la nature? Quelle est ta puissance par rapport à celle de la nature?
Pourquoi "automne"?