1

Hugo, Le Mendiant

Le mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant
Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C'était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.
je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre ,
Devant la cheminée. » Il s'approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
Étalé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé
D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.

Je voudrais trouver des axes que je n'arrive pas à trouver pour pouvoir faire mon commentaire, pouvez-vous m'aider ?

Merci d'avance

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Hugo, Le Mendiant

Tant pis si le message ne respecte pas les règles du forum... relire ce poème... c'est...

Hugo, Le Mendiant

Et puis..

"Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant
Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile."

C'est fort un poète quand même... On pourrait penser que c'est le mendiant qui allait enjamber la fenêtre... eh bien non ! c'est le poète qui fait l'enjambement... et qui ouvre sa porte...

4

Hugo, Le Mendiant

Je ne comprends pas ta réponse ?

Des gens ont des idées s'il vous plaît ? je ne trouve vraiment pas d'axe ! c'est énervant.
Les axes sont le plus compliqués a trouver

5

Hugo, Le Mendiant

J'ai trouvé deux axes mais pas tres sur mon choix:

- La peinture du reel >> j'expliquerai  que c'est une chose banal d'aceuillir un pauvre a cette epoque ect...

-transformation du reel >> j'expliquerai avec les nombreuse comparaison et metaphores...


Qu'en pensez vous ?

Pouvez vous m'éclaisir ?

Hugo, Le Mendiant

Bonjour à tous, j'ai un commentaire composé à faire pour les vacances sur Le Mendiant, de Victor Hugo mais je ne trouve pas les sous parties. Pour le moment j'ai fais l'introduction, je vais la poster après avoir mit le texte. Elle nous a aussi donné les axes : I. Une rencontre magique, II. Le portrait du mendiant.

Le texte :

Le Mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant
Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C'était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.
Je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre,
Devant la cheminée. » Il s'approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
É talé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé
D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.

Victor Hugo, Les Contemplations (1856)

Donc voilà ! Ensuite mon introduction :

Le romantisme est un mouvement littéraire et artistique qui est né au XIXE siècle.  Victor Hugo est considéré comme un des plus grands romantiques français, né le  26 février 1802 à Besançon & mort le 22 mai 1855 à Paris. Il est écrivain, homme politique et particulièrement poète. Il est connu aujourd’hui pour son recueil de poème intitulé Les Contemplations écrit en 1856 qui est composé de 156 poèmes. Dans celui-ci s’y trouve ‘’ Le mendiant’’, Hugo choisis le thème de la misère, ce poème est raconté comme une histoire.  . PROBLEMATIQUE.  Nous verrons dans une première partie la rencontre entre les deux personnages. Dans une seconde partie, nous analyserons le portrait du mendiant.

En sachant que je n'ai pas de problématique car le sujet étant commenter le texte
Donc voilà s'y vous trouver ça nul dites le moi .

& maintenant pour ce qui est des sous parties....

En espérant avoir des réponses, Merci.

7

Hugo, Le Mendiant

Ce poeme est il au narratif ? Merci d'avance 

Hugo, Le Mendiant

Il y a évidemment des vers narratifs, puisque le poète raconte une histoire.
Mais pas  seulement.