1

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Bac de français 2011 : sujet de la série littéraire - Le théâtre : texte et représentation

TEXTE A - Jean Giraudoux, Amphitryon 38, acte I, scène 5, 1929.
JUPITER : As-tu maintenant l’impression d’être devant un homme ?
MERCURE : Pas encore. Ce que je constate surtout, devant un homme, devant un corps vivant d’homme, c’est qu’il change à chaque seconde, qu’incessamment il vieillit. Jusque dans ses yeux, je vois la lumière vieillir.
JUPITER : Essayons. Et pour m’y habituer, je me répète : je vais mourir, je vais mourir…
MERCURE : Oh ! Oh ! Un peu vite ! Je vois vos cheveux pousser, vos ongles s’allonger, vos rides se creuser… Là, là, plus lentement, ménagez vos ventricules. Vous vivez en ce moment la vie d’un chien ou d’un chat.
JUPITER : Comme cela ?
MERCURE : Les battements trop espacés maintenant. C’est le rythme des poissons… Là… là… Voilà ce galop moyen, cet amble, auquel Amphitryon reconnaît ses chevaux et Alcmène le cœur de son mari…
JUPITER : Tes dernières recommandations ?
MERCURE : Et votre cerveau ?
JUPITER : Mon cerveau ?
MERCURE : Oui, votre cerveau… Il convient d’y remplacer d’urgence les notions divines par les humaines… Que pensez-vous ? Que croyez-vous ? Quelles sont vos vues de l’univers, maintenant que vous êtes homme ?
JUPITER : Mes vues de l’univers ? Je crois que cette terre plate est toute plate, que l’eau est simplement de l’eau, que l’air est simplement de l’air, la nature la nature, et l’esprit l’esprit… C’est tout ?
MERCURE : Avez-vous le désir de séparer vos cheveux par une raie et de les maintenir par un fixatif ?
JUPITER : En effet, je l’ai.
MERCURE : Avez-vous l’idée que vous seul existez, que vous n’êtes sûr que de votre propre existence ?
JUPITER : Oui. C’est même très curieux d’être ainsi emprisonné en soi-même.
MERCURE : Avez-vous l’idée que vous pourrez mourir un jour ?
JUPITER : Non. Que mes amis mourront, pauvres amis, hélas oui ! Mais pas moi.
MERCURE : Avez-vous oublié toutes celles que vous avez déjà aimées ?
JUPITER : Moi ? Aimer ? Je n’ai jamais aimé personne  ! Je n’ai jamais aimé qu’Alcmène.
MERCURE : Très bien ! Et ce ciel, qu’en pensez-vous ?
JUPITER : Ce ciel, je pense qu’il est à moi, et beaucoup plus depuis que je suis mortel que lorsque j’étais Jupiter ! Et ce système solaire, je pense qu’il est bien petit, et la terre immense, et je me sens soudain plus beau qu’Apollon, plus brave et plus capable d’exploits amoureux que Mars, et pour la première fois, je me crois, je me vois, je me sens vraiment maître des dieux.
MERCURE : Alors vous voilà vraiment homme !… Allez-y !
Mercure disparaît.

2

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Eh bien...personne n'a prit le commentaire?

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Moi je l'ai pris, mais je ne me pense pas assez douée à cet exercice pour poster ce que j'ai trouvé. Si personne pourtant ne se propose, je peux donner quelques éléments !

J'ai écrit que Giraudoux abordait le thème de la condition humaine par le truchement du dieu Jupiter et par son changement de condition. Sa transformation lui permettrait de passer de son "macrocosme divin" au microcosme humain et surtout de le comprendre. Paradoxalement, c'est en "s'abaissant" au rand de l'homme que le dieu se sent grandit, plus vivant, plus fort que dans sa précédente condition, et commet même une faute d'hybris en se pensant "plus beau qu'Apollon" et "plus brave […] que Mars". La condition de l'homme mortel serait peut-être donc préférable à celle des immortels, car ce qui donne goût à l'existence, c'est que l'homme est conscient de sa mort.
I. Une transformation sur scène
A. Un dialogue théâtral
B. Une métamorphose

II. Peinture de la condition humaine
A. Une mort puis une renaissance
B. Un regard neuf sur le monde

Hum.... après réflexion, tout ça est peut-être un peu tiré par les cheveux, mais enfin : c'est fait, c'est fait ! 

4

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Ah enfin quelqu'un !
Mon plan est le suivant :

A- Transformation divin > humain
1- changement moral
2- le rapport à la mort

B- Une vision de l'Homme
1- Jupiter comme la figure de l'individualisme et orgueil.
2- Caricature de l'Homme (ironie, double énonciation, le dramaturge peint avec ironie l'Homme)

C- Des questions existentielles
a- deux questions (ligne 56, 59) qui m'ont rappelé les questions que l'on se posait à l'époque : qui suis-je? comment? pourquoi?
b- un véritable débat (cartésien> je ne me rappelle plus du nom du mouvement)

En conclusion j'ai indiqué que ce texte n'avait pas qu'un sens univoque dans la mesure où si il diverti celui qui lira ou celui qui visionnera la pièce, il invitera dans un second temps le lecteur à réfléchir sur ces questions existentielles, sans pour autant le rebuter.

5

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Et l'allégorie de l'acteur, personne n'en a parlé ? 

6

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Que veux-tu dire par là?

7

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Bon je suis pas sûr (j'ai pas fait le commentaire, hein  ) mais il me semblait que ces personnages qui se déguisent pour prendre l'identité d'un autre (surtout dans un extrait de théâtre) était un peu les allégories de l'acteur.
Ensuite, c'est mon avis et ne le prenez pas comme un corrigé !

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Une amie m'a aussi parlé de mise en abyme du metteur en scène qui se retrouvait dans le personnage de Mercure, donc ça va plutôt bien avec l'allégorie de l'acteur je trouve 

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Je viens de passer l'épreuve, j'ai pris le commentaire et je ne sais pas trop si ma problématique et mon plan sont bon donc je viens les poster ici afin d'avoir vos avis :

Problématique : En quoi ce texte remet il en cause la place des dieux faces à l'homme ?

I - Jupiter un dieu hésitant,incertain et assisté
- répétition d' interrogative par Jupiter.
- Mercure assiste Jupiter, il le dirige et l'aide a redessiner ses traits dans le but de lui donner une apparence humaine.
- Le besoin constant de Jupiter de se convaincre, se rassurer. ("Je vais mourir,je vais mourir..." ; "Essayons")

2 - Un regain de confiance et de pouvoir par la transformation
- Transformation physique, Jupiter passe d'un dieu à la peau d'enfants à un corps d'homme fort.
- Transformation psychologique et moral, Jupiter est plus confiant qu'il ne l'etait lorsqu'il était encore un dieu, il perd son savoir divin et se restreint à celui d 'un homme.
- Jupiter, dieu du ciel et de la mer s'abandonne à un corps humain et ne se prend en main et prend confiance en lui  qu'une fois qu'il acquiert le statut d'humain.

3 - Une remise en question par l'époque de l'auteur et par l'auteur lui même.
- Un texte caractéristique du surréalisme, dépassement du réel ( divinités sur scène, individualisation de l'homme et maitrise de son destin...)
- Une scène caractéristique de l'auteur, Giraudoux transforme fréquemment ses personnages aux cours de ses pièces de théâtre, ce fut le cas par exemple dans Electre, lorsqu'Egisthe passe de l'image du tyran lâche et mesquin à celle d'un homme grand,fort et choisis par les dieux. D'autre part, Giraudoux travaille également dans cette pièce sur la réécriture d'un mythe antique.

Voilà, je pense pas que ce sois parfait, merci d'avance pour vos avis.

10

Bac de français 2011, série littéraire - Commentaire

Personnellement je n'ai pas évoqué ce point! J'espere que je ne serais pas trop pénalisé haha