1

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Bonjour,

Je cherche des informations, en vain, depuis plusieurs jours, sur ce sujet, c'est pourquoi je me décide à vous écrire.
J'ai 24 ans, et j'achève actuellement ma seconde année de Master de Lettres Modernes, et je suis vraiment perdue quant à mon orientation future.

Je désirais m'engager dans la voie du Doctorat, aimant profondément la recherche, mais j'ai (à peu de jours près) malheureusement dépassé le délais de candidature dans mon université, afin de postuler en tant que doctorant contractuel, et de percevoir une allocation durant la thèse.
Je songe à plusieurs solutions.
- A-t-on beaucoup de chances de devenir contractuel ? Je n'ai trouvé aucune statistique ou informations sur le sujet. Mes notes sont plutôt bonnes (Master 1 avec mention B et Master 2 avec 15/20 de moyenne pour le moment, mais à Paris 3...), mais je ne suis pas agrégée, et j'imagine qu'il y un grand nombre de meilleurs candidats.
Si j'avais de grandes chances d'être choisie, je m'inscrirais alors un an à la préparation du CAPES (afin d'enrichir mes connaissances sur l'enseignement et bénéficier des bourses), avant de retenter l'entrée en tant que Doctorant contractuel (munie d'un directeur de thèse et d'un projet de thèse solide).

Si je n'avais, de toute façon, que très peu de chances d'être choisie, ne vaut-il mieux pas me lancer tout de suite dans ce Doctorat ?

Cependant, existe-t-il encore d'autres moyens de financement ? J'ai cru comprendre que les bourses et autres allocations étaient remplacées depuis 2009 par ce Contrat de Doctorat Contractuel.

Comment survivre ? Je vis seule, dans mon propre logement, et je doute que des jobs ponctuels me permettent d'assumer à la fois mes études et ma vie quotidienne.

Je serais heureuse, si vous pouviez m'éclairer par votre expérience.

Merci d'avance.

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Il est hasardeux, à mon sens, de se lancer dans un doctorat en lettres sans avoir un concours de l'enseignement secondaire pour assurer ses arrières. On peut certes se faire plaisir pendant trois ans, mais le retour à la réalité en fin de parcours est parfois brutal.
Pourquoi ne pas tenter l'agrég. l'an prochain ?

3

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Bonjour,

Merci pour votre réponse.
Vous abordez justement le point qui me préoccupe. Cependant, je me suis renseignée au sujet de l'Agregation externe, cette année (car j'envisageais aussi de m'inscrire à la préparation de ce concours) et j'ai compris que je ne l'aurais jamais avant de nombreuses tentatives (je suis particulièrement à l'aise dans la recherche, la rédaction, la littérature, mais il y a trop de lacunes en grammaire et surtout une méconnaissance totale de l'ancien français, difficile à rattraper). Or, il se pose la même question : j'ai encore droit à un an de bourses (cette rentrée). Mais si je rate l'agrégation, comment survivre l'année prochaine ? Si je retente le concours, vu la charge de travail, pourrais-je le réussir en cumulant un emploi de caissière ou autre à mi-temps afin de manger quotidiennement et payer le loyer ?

Je me dis qu'en partant en Doctorat, éventuellement, je pourrais trouver un emploi parallèle, ayant tout de même plus de "temps" et de disponibilité. Cependant, pour en revenir à votre remarque, en effet, je m'inquiète de l'avenir. Les chances d'avoir un emploi seront plus limitées. Mon futur directeur de thèse, cependant, est docteur, mais pas agrégé. Je garde au fond l'espoir de trouver des possibilités...

4

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Tente le Capes, quitte à avoir un job à côté : si tu es organisée, sérieuse, tu pourrais y arriver. C'est en tout cas plus envisageable que l'agrégation, en une seule année. Ensuite, renseigne-toi sur le monitorat : il faut obtenir une bourse de thèse (donc effectivement, mieux vaut avoir un projet mûri et solide), et ensuite tu prépares ta thèse tout en donnant quelques heures de cours à l'université. L'avantage, c'est que ça te valide ton Capes (tout comme une année de stage dans le secondaire). Une fois ta thèse terminée, soit tu trouves un poste d'ATER en université, soit tu enseignes en collège ou lycée.
Le problème, c'est que les postes en fac sont de plus en plus rares (y compris les postes d'ATER). Mieux vaut assurer ses arrières avec un concours en poche.

5

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Je pense que la meilleure solution est de tenter le capes. Les conditions de travail dans un collège ne sont certes pas idéales mais sont meilleures que celles d'autres métiers. Par ailleurs, étant donné qu'il est possible à présent de postuler pour un contrat doctoral un an après la soutenance du Master 2 (à vérifier, mais je suis à peu près certain que cela est à présent possible), tu peux passer le capes l'année prochaine, et commencer à travailler le doctorat de façon soft sans t'inscrire officiellement, ce qui te permettra d'avoir des idées plus précises et de présenter, lors de la demande du contrat, un projet plus solide. Ainsi, si tu rates l'allocation, tu auras malgré tout le capes et pourras non seulement avoir un métier à la clef mais aussi le temps pour bosser ta thèse (le week-end par exemple : je sais ça demande des efforts, mais ce ne sera pas facile dans tous les cas). Rien ne t'empêche de demander un poste d'ATER par la suite.
Quoi que tu décides, ton projet de recherche doit être excellent. Etant donné que tu vas t'adresser à une commission, qui, pour la plus grande partie, vient d'autres disciplines que la tienne, tu dois rester basique dans tes propos (à savoir éviter de traiter la question comme si tu t'adressais à une commission de grands spécialistes de ton sujet) tout en étant précise, c'est à dire, proposer des pistes de réfléxion solides et ORIGINALES (montrer à tout prix que telle chose et telle chose a été traitée concernant p.ex. Balzac, mais que telle et telle question interesse de plus en plus les spécialistes de Balzac, et qu'il vaut la peine de consacrer des travaux à ce sujet). By the way, as-tu eu le OK du directeur du labo qui t'accueillerait éventuellement ? 
Pour ma part, la préparation de cette demande d'allocation avait été plus ou moins l'enfer LOL. J'ai dû rédiger le projet plusieurs fois, reprendre les corrections de deux professeurs, cibler de façon précise ce qui était nécessaire et ce qui était superflu, m'entraîner à l'oral pour être dans les temps (10minutes de présentation), savoir par coeur ce que je disais, et bien cibler ce qui, à l'oral, devrait absolument être entendu de tous et ce qui pouvait, à la rigueur, passer inaperçu. Etc etc etc
Bonne chance en tout cas, et n'abandonne en aucun cas
T. Polychronis

6

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Salut MonRivage, je suis tombée par hasard sur ton post, faisant les mêmes recherches que toi.
Je suis également en Master 2 Lettres Modernes à Paris 3 et je cherche un moyen d'obtenir une allocation doctorale pour l'année prochaine (l'agreg ne me tente pas trop non plus..). J'ai 25 ans et continuer uniquement avec la bourse du Crous n'est pas possible (le prix de la vie entre autre...)
Toi qui est passé par la, aurais-tu des conseils s'il te plait ?
En te remerciant par avance !

7

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Bonjour Framboise,

Je ne veux pas te décourager, mais il devient de plus en plus difficile d'obtenir un contrat doctoral en Lettres modernes, et ton dossier a peu de chances d'être retenu face à des dossiers d'agrégés

Le principal, outre la solidité de ton projet bien sûr, est d'en parler avec ton futur directeur de thèse : lui (ou elle) sait a priori combien de contrats doctoraux seront alloués pour la rentrée prochaine ; il pourra également te dire s'il a d'autres candidats en lice.

Bon courage !

ProfJuliette

8 (Modifié par Titania91 26/02/2017 à 21:59)

Devenir doctorant contractuel ou financer sa thèse

Theopolychronis a écrit :

Je pense que la meilleure solution est de tenter le capes. Les conditions de travail dans un collège ne sont certes pas idéales mais sont meilleures que celles d'autres métiers. […]  tu auras malgré tout le capes et pourras non seulement avoir un métier à la clef mais aussi le temps pour bosser ta thèse (le week-end par exemple : je sais ça demande des efforts, mais ce ne sera pas facile dans tous les cas).

Ne le prenez pas mal mais je suis assez sidérée (et un peu révoltée) de voir que l'enseignement est considéré comme un pis-aller, un "choix" par défaut.
C'est un métier qui est déjà assez difficile à pratiquer de la passion alors sans entrain...
Quant au temps pour travailler sa thèse cela me semble très utopique. Combien de mes collègues de lettres et d'histoire - avec d'excellents dossiers -  ont passé le capes/cafep pour gagner leur croûte et n'ont finalement jamais pu passer le cap de la thèse!
Enseigner dans les disciplines "littéraires" demande un investissement et un temps énorme, surtout les premières années. Bâtir des cours pour plusieurs niveaux (s'il fallait compter sur les manuels..), corriger des copies (surtout sur les niveaux à examen) peut demander des heures voire des semaines. C'est une réalité de terrain que l'on a tendance à occulter mais l'enseignement, surtout les premières années, c'est débordant, prenant, épuisant.
Il est fort regrettable que l'enseignement ne soit qu'un gagne pain pour certains. C'est une vocation à part entière. Et tant mieux si on a en plus le goût et les capacités pour la recherche en plus.