Hugo, Les Contemplations, La source tombait du rocher

Bonsoir,
Comme la dernière fois que j'ai posté un sujet sur ce forum, la reponse m'a été bien utile, je vais encore une fois vous demander conseil...

Je vous explique le contexte: je dois analyser cinq poèmes pour le cours de francais (je suis en seconde), pour mon travail de fin d'année. J ai choisi parmis mes poèmes "La source tombait du rocher..." et e dois l'analyser. Le problème est que je ne trouve pas beaucoup de chose à dire sur ce poème  

J'ai quelques idées comme: - Victor Hugo compare la goutte d'eau à une personne, et l'ocean à la Terre entière, il veut faire passer le sentiment que personne n'est indispensable dans notre société, que tout le monde à ça place.                                       

Après, plus rien ne me vient à l'esprit donc si quelqu'un saurait m'aider ce serait vraiment gentil            

Voici le poème:

La source tombait du rocher
La source tombait du rocher
Goutte à goutte à la mer affreuse.
L'océan, fatal au nocher,
Lui dit : - Que me veux-tu, pleureuse ?

Je suis la tempête et l'effroi ;
Je finis où le ciel commence.
Est-ce que j'ai besoin de toi,
Petite, moi qui suis l'immense ? -

La source dit au gouffre amer :
- je te donne, sans bruit ni gloire,
Ce qui te manque, ô vaste mer !
Une goutte d'eau qu'on peut boire.


                                                                        Merci d'avance         Thibaut

2

Hugo, Les Contemplations, La source tombait du rocher

Bonsoir Thibaut,

C'est un poème allégorique bâti sur une antithèse comme souvent chez Hugo.
Fais un tableau à deux entrées et note pour la source et l'océan les qualificatifs et les connotations.
Hugo reprend un peu le chêne et le roseau de La Fontaine.
D'un côté la puissance et l'orgueil, de l'autre la faiblesse et l'humilité qui débouchent sur la sagesse.
Hugo y rajoute une symbolique personnelle : l'océan est pour lui le domaine du mal, un univers qui se déchaîne pour la perte de l'homme (voir Oceano nox ou Les Pauvres gens...). Quant à la source, elle peut avoir une origine biblique, en tout cas, elle est source de vie.
Le poème se termine quand même sur une ambiguïté peut-être non voulue, celle de l'altération de l'eau pure qui se noie dans les immensités salines, signe du bien qui se dénature dans l'océan du mal.

Hugo, Les Contemplations, La source tombait du rocher

Ok merci beaucoup je vais faire cela