1

Ronsard, L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré...

Bonjour, Je dois travailler sur ce poème et je n'arrive pas à l'analyser précisément(ce qu'il décrit...), pouvez vous m'aidez, merci d'avance :

Sonnet pour Hélène de pierre de Ronsard.

L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré,
Passant tu m'avisas, et me tournant la vue,
Tu m'éblouis les yeux, tant j'avais l'âme émue
De me voir en sursaut de tes yeux rencontré.

Ton regard dans le coeur, dans le sang m'est entré
Comme un éclat de foudre alors qu'il fend la nue :
J'eus de froid et de chaud la fièvre continue,
D'un si poignant regard mortellement outré.

Et si ta belle main passant ne m'eût fait signe,
Main blanche, qui se vante être fille d'un Cygne,
Je fusse mort, Hélène, aux rayons de tes yeux;

Mais ton signe retint l'âme presque ravie,
Ton oeil se contenta d'être victorieux,
Ta main se réjouit de me donner la vie.

Ronsard, L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré...

Un "coup de foudre" amoureux, non ?

3

Ronsard, L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré...

Oui, c'est exactement ça , seulement il faut être plus précis !

Ronsard, L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré...

Eh bien, le coup de foudre "lancé" par les yeux d'Hélène a failli faire mourir le poète, son âme allait s'envoler, mais le signe de la main qu'a fait Hélène a empêché l'âme de  s'envoler. Par ce geste, Hélène a (re)donné vie au poète.

5

Ronsard, L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré...

Merci énormément ! C'est parfait

6

Ronsard, L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré...

C'est le moment de l'innamoramento. Il faut absolument que tu feuillettes un cours sur Pétrarque pour comprendre la poésie ronsardienne.