Différence entre une complétive et une relative

Cela dit, quand tu es intervenue, ce n'est pas  à propos de la nature
de cette proposition, mais de sa fonction,.
Pour "le souhait que vous l'accompagniez", quand Anne345 a proposé "complément de nom", tu lui as répondu "Je ne crois pas que l'on puisse dire cela."
Quelle autre fonction aurais-tu donc proposée pour cette conjonctive, dans ce cas précis ?

Différence entre une complétive et une relative

Eh bien, il me semblait que je l'avais écrit. Mais effectivement, tu as raison, je ne l'ai pas fait, peut-être justement à cause de l'absence de certitude. (je ne crois pas, ai-je répondu à Anne. Cela dit bien ce que cela veut dire.)

il a exprimé le souhait que... = (pour moi, je le répète) il a souhaité que...
Donc COD.

Différence entre une complétive et une relative

Sauf que là, ce serait le COD d'un nom, c'est original...
Et si l'on suit ton raisonnement :
J'effectue le rangement de la chambre = Je range la chambre
Vu l'équivalence possible avec le COD d'un verbe,  "de la chambre" serait le COD de "rangement" ?

Différence entre une complétive et une relative

Pas si original, non.
Souhaiter est à ma connaissance un verbe de vVolonté qui appelle une complétive introduite par que, ranger, non.
À propos, je n'effectue pas le rangement de ma chambre. Je la range. Point.
On pourrait discuter des heures sur ce passionnant sujet, mais je m'en vais me promener dans les Calanques.

Différence entre une complétive et une relative

J'espère que tu as fait une bonne promenade dans les Calanques.
Moi, de mon côté, je suis allé m'aérer au bord de l'Océan...

Donc, selon toi, la proposition conjonctive  "que vous m'accompagniez" serait un complément d'objet direct du nom "souhait", mais pour des raisons qui m'échappent, ce ne  serait pourtant pas un complément du nom "souhait"...
Faut-il absolument préciser ici "d'objet direct" pour que l'intitulé de la fonction soit valable ?

Différence entre une complétive et une relative

Donc, selon toi, la proposition conjonctive  "que vous m'accompagniez" serait un complément d'objet direct du nom "souhait"

Voyons, Jehan, comment peux-tu me soupçonner de vouloir dire pareille ineptie ? Complément d'objet du nom ?
Cela se peut-il concevoir ?
Oh combien je souffre d'être ainsi méprisée et incomprise !

La phrase était, je crois :

Il a exprimé le souhait /que vous l'accompagniez.

Pour moi exprimer le souhait équivaut à souhaiter, je dirais donc que la proposition subordonnée conjonctive introduite par que est complément d'objet direct de cette périphrase verbale, si j'ose dire.
Je ne crois pas que cela soit absurde. (En latin, on aurait une proposition introduite par ut, ou une proposition infinitive COD.)
S'il était écrit : Il a exprimé un souhait /que tout le monde connaît, bien évidemment, je n'hésiterais pas à dire que la subordonnée relative est complément du nom souhait.

Mais dans le cas qui nous occupe, dire qu'une complétive est complément d'un nom, non, je ne peux pas. Désolée.

Et même ne peut-on considérer que la conjonctive est une déclaration orale qui complète davantage l'expression du souhait que le souhait lui-même ?

Différence entre une complétive et une relative

Vu sous cet angle... Je comprends mieux ton point de vue.
COD d'une périphrase verbale, pourquoi pas dans le cas présent ?

Cependant, l'on peut voir aussi les choses sous cet autre angle.

Il a exprimé un souhait. Il n'a pas exprimé n'importe quel souhait : il a exprimé le souhait que tout le monde connaît.

Il a exprimé un souhait. Il n'a pas exprimé n'importe quel souhait : il a exprimé le souhait que vous l'accompagniez.

Dans cette optique, on peut dire que la conjonctive, tout comme la relative,  apporte une précision supplémentaire quant au nom "souhait" : elle aussi complète le nom.

Différence entre une complétive et une relative

Mais c'est une conjonctive, Jehan ! 
Elle ne complète pas le souhait, elle développe le contenu d'une déclaration, qui se trouve être un souhait je te l'accorde. Mais on aurait tout aussi bien pu dire il a voulu que, il a souhaité que, il a demandé que
COD, je n'en démordrai pas et tant pis si je me fais des ennemis. 

39

Différence entre une complétive et une relative

Je trouve difficile de distinguer une relative sans antécédent et une complétive dans certains cas, par exemple

1. J'ignorais qui tu voulais épouser.
2. Tu as épousé qui tu voulais. (Bon Usage, §1112 b 2)

Dans la première phrase, ''qui tu voulais épouser'' est une complétive.
Dans la deuxième phrase, ''qui'' réfère à une personne et occupe la fonction de COD dans la subordonnée, exactement comme le ''qui'' de la première phrase.  Mais le Bon Usage l'analyse comme un pronom relatif, c'est-à-dire ''qui=celle (la femme précise) que''.

Différence entre une complétive et une relative

mathieu2000 a écrit :

Je trouve difficile de distinguer une relative sans antécédent et une complétive dans certains cas, par exemple

1. J'ignorais qui tu voulais épouser.
2. Tu as épousé qui tu voulais. (Bon Usage, §1112 b 2)

Dans la première phrase, ''qui tu voulais épouser'' est une complétive.

Très exactement une complétive interrogative indirecte, introduite par le pronom interrogatif qui :
Qui veux-tu épouser  ?, interrogation directe/J'ignore qui tu veux épouser, interrogation indirecte.
Dans votre exemple,  le verbe de   la  principale étant à un temps du passé, le verbe de la subordonnée se met également au passé, selon le mécanisme dit de la concordance des temps.


Il est impossible de distinguer une relative sans antécédent et une complétive puisque la relative sans antécédent est une complétive.
Relative est une nature : une proposition introduite par  un relatif.
Complétive est une fonction :  sont complétives des propositions conjonctives, interrogatives (= introduite par un mot interrogatif) et relatives sans antécédent.