Ponge, Les plaisirs de la porte

Bonjour,

J'ai un commentaire à faire sur le poème les plaisirs de la porte de Francis Ponge.


Les rois ne touchent pas aux portes.

Ils ne connaissent pas ce bonheur: pousser devant
soi avec douceur ou rudesse l'un de ces grands panneaux
familiers, se retourner vers lui pour le remettre en place,
-tenir dans ses bras une porte.

Le bonheur d'empoigner au ventre par son noeud
de porcelaine l'un de ces hauts obstacles d'une pièce;
ce corps à corps rapide par lequel un instant la marche
retenue, l'oeil s'ouvre et le corps tout entier s'accom-
-mode à son nouvel appartement.


D'une main amicale il la retient encore, avant de la
repousser décidément et s'enclore,-ce dont le déclic
du ressort puissant mais bien huilé agréablement
l'assure.

Francis PONGE ( le parti pris des choses)

Pouvez vous me dire si mon plan est correct ou non ? Et sinon pouvez vous m'aider à trouver un bon plan s'il vous plait ?

Plan
I) Les rois ni ne poussent ni ne touchent les portes (ils ne prennent pas seuls les décisions )
II) LEs rois révèlent des sentiments lors de la possession des portes.

Merci
Mon devoir est à rendre pour lundi, donc j'aimerais que vous m'aidiez avant demain.
Je suis désolée de vous demander cela, mais vous êtes ma dernière aide.

Merci beaucoup

2

Ponge, Les plaisirs de la porte

Bonjour,
Je n'ai plus fait de commentaire depuis trois ans, donc ne prends pas forcément mes remarques pour certaines.

Cependant, j'ai tendance à penser que ton plan est plutôt très mauvais.
D'abord parce que le poème ne parle pas de roi (c'est plus une introduction qu'autre chose)...
Ensuite parce que tu veux te contenter d'expliquer le poème, et même si le plan doit être construit sur le fond et non sur la forme il ne faut pas se contenter d'expliciter linéairement ce qu'on pense qu'il veut dire.

Ponge, Les plaisirs de la porte

En effet, ton plan ne va pas. le poème rend "hommage" aux portes et ne parle pas des rois en fait. De plus tes axes doivent servir à analyser le contenu et la forme du poème, et non à le résumer.

Regarde d'autres plans de commentaire, en particulier sur Ponge, pour comprendre cela (on en trouve sur ce site et sur d'autres)

Ponge, Les plaisirs de la porte

Ok, alors si je dis que les portes nous permettent de passer Dun endroit a un autre encore inconnu c'est un moyen et qu'il faudrait savoir s'en detacher.                             En gros est ce que c'est ça ? Merci beaucoup

Ponge, Les plaisirs de la porte

Les rois ne touchent pas aux portes.
Ils ne connaissent pas ce bonheur: pousser devant
soi avec douceur ou rudesse l'un de ces grands panneaux
familiers, se retourner vers lui pour le remettre en place,
-tenir dans ses bras une porte.
Le bonheur d'empoigner au ventre par son noeud
de porcelaine l'un de ces hauts obstacles d'une pièce;
ce corps à corps rapide par lequel un instant la marche
retenue, l'oeil s'ouvre et le corps tout entier s'accom-
-mode
à son nouvel appartement.

D'une main amicale il la retient encore, avant de la
repousser décidément et s'enclore,-ce dont le déclic
du ressort puissant mais bien huilé agréablement
l'assure.

Il me semble pour ma part que Ponge met surtout l'accent sur les sensations agréables ou les sentiments rassurants que l'on éprouve à se servir de cet objet si utile et si fréquemment utilisé par les gens ordinaires, qui ne sont pas des rois. Ne perds pas de vue que le poème a pour titre Les plaisirs de la porte..
Nous utilisons si fréquemment les portes que nous ne faisons plus attention à toutes ces sensations, à tous ces sentiments.
Le poème de Ponge a le mérite de nous les rappeler.

Ponge, Les plaisirs de la porte

Alors si je fais :

I) La porte un objet banal dont se sert chaque personne
II) La porte est un moyen de nous rassurer, elle nous procure un plaisir...

Est ce que c'est un peu plus correct cette fois-ci, suis-je dans la bonne direction.

Merci