1

Pourquoi n'y a-t-il jamais (ou presque) de passé simple dans une pièce de théâtre ?

Boujour,

J'ai un devoir de linguistique à faire, la question est " Pourquoi n'y a-t-il jamais (ou presque) de passé simple dans une pièce de théâtre ? "
quelqu'un peut me donner des idées?
Merci.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2

Pourquoi n'y a-t-il jamais (ou presque) de passé simple dans une pièce de théâtre ?

Bonjour,

Je ne m'y connais pas spécialement en matière de théâtre mais la première chose qui me vient à l'esprit, et qui me semble la plus logique, c'est que de manière générale le passé simple n'est pas utilisé à l'oral dans la langue française. Or, sachant que le théâtre est un texte destiné à l'oralité... voilà, c'est tout ce que je peux dire. 

Aimablement,
Euphé.

Pourquoi n'y a-t-il jamais (ou presque) de passé simple dans une pièce de théâtre ?

Je travaillerais pour ma part l'opposition mimesis / diegesis...

Pourquoi n'y a-t-il jamais (ou presque) de passé simple dans une pièce de théâtre ?

Je dirais plus simplement que le passé simple sert au récit. Et dans le texte narratif, on peut voir une opposition récit / discours, à savoir une opposition entre ce que l'on raconte (le récit, au passé simple par exemple) et ce que l'on dit/débat (discours dans les dialogues entre personnages), alors que le texte théâtral par sa forme-même se présente comme du pur discours : échanges de propos entre personnages.

Alors, évidemment, contre exemple magnifique, un personnage peut faire du récit dans le texte théâtral et employer du coup le passé simple, cf. Corneille "Nous partîmes 500..."

Pourquoi n'y a-t-il jamais (ou presque) de passé simple dans une pièce de théâtre ?

Je suis d'accord avec Tenno: il y a certes des exemples de passé-simple au théâtre, mais le plus souvent, l'action et la narration sont simultanées: le discours ne raconte pas un fait passé. D'où le présent, ou les temps plus "habituels"!