1

Passé simple et passé composé dans un même texte

Bonjour,

Je traduis actuellement un livre portugais et l'auteur emploie le parfait de l'indicatif, qui en français, peut se traduire par le passé simple ou le passé composé.
L'auteur oscille entre un style "journal intime" et un style "biographie".
Je serais tentée d'utiliser le PC pour le "journal intime" et le PS pour la "biographie".
Mais le choix n'est parfois pas évident car de temps en temps, on sent que l'auteur prend du recul par rapport aux évènements et le passé simple conviendrait mieux, alors qu'on se trouve dans la partie "journal intime".
En outre, j'ai reçu le commentaire d'une personne travaillant dans l'édition qui a m'a dit:
"des problèmes de coordination des temps qui arrêtent la lecture desservent le texte".

Par exemple -
Version au passé composé:

"Aujourd’hui, avec le son des cithares résonnant encore dans ma tête, je me suis levé d’un bond et je me suis rendu, accompagné de Calimério, au palais des Necessidades, pour retrouver enfin mon seigneur D. Pedro.
Dès que je suis descendu face à la place et que j’ai commencé à monter lentement les marches du palais, des centaines d’images et pensées de mon passé ont resurgi et ont pris la place de la cantilène arabe. Je n’étais jamais allé au palais des Necessidades auparavant, mais ce sera désormais le lieu où je me promènerai et travaillerai
.
Comme cela arrive à ceux qui sont dominés par leur imagination, mes yeux se sont brouillés et je distinguais mal l’intense va-et-vient d’officiers, de généraux, d’adjudants, de ministres, de députés, de juges, de conseillers des Cours suprêmes de justice, de législateurs, de domestiques, de journalistes et de simples défenseurs de la cause de la Reine qui transitaient dans l’arrière-cour, de telle sorte qu’en virant à droite, après avoir monté l’escalier principal, je suis entré en collision avec un sujet anguleux qui, au grand malheur de son front et de mon nez, venait de toutes ses forces dans la direction opposée. Comme nous portions tous deux le ruban bleu et blanc qui marque l’appartenance aux Chartistes, nous nous sommes adressés des excuses mutuelles et nous avons pris congé. Si cela s’était produit dans une taverne, la fin eût été sans aucun doute moins courtoise."

Version au passé simple:

"Aujourd’hui, avec le son des cithares résonnant encore dans ma tête, je me suis levé d’un bond et je me suis rendu, accompagné de Calimério, au palais des Necessidades, pour retrouver enfin mon seigneur D. Pedro.
Dès que je suis descendu face à la place et que j’ai commencé à monter lentement les marches du palais, des centaines d’images et pensées de mon passé ont resurgi et ont pris la place de la cantilène arabe. Je n’étais jamais allé au palais des Necessidades auparavant, mais ce sera désormais le lieu où je me promènerai et travaillerai
.
Comme cela arrive à ceux qui sont dominés par leur imagination, mes yeux se brouillèrent et je distinguais mal l’intense va-et-vient d’officiers, de généraux, d’adjudants, de ministres, de députés, de juges, de conseillers des Cours suprêmes de justice, de législateurs, de domestiques, de journalistes et de simples défenseurs de la cause de la Reine qui transitaient dans l’arrière-cour, de telle sorte qu’en virant à droite, après avoir monté l’escalier principal, j’entrai en collision avec un sujet anguleux qui, au grand malheur de son front et de mon nez, venait de toutes ses forces dans la direction opposée. Comme nous portions tous deux le ruban bleu et blanc qui marque l’appartenance aux Chartistes, nous nous adressâmes des excuses mutuelles et prîmes congé. Si cela s’était produit dans une taverne, la fin eût été moins courtoise."

Qu'en pensez-vous?
Ma question est : peut-on passer du PC au PS de cette façon?

Autre exemple:

"Maintenant, avant de sombrer dans un sommeil tant attendu depuis ces dix derniers jours, je consignerai les évènements de cette journée particulière.
Un peu plus abîmé que le jour où nous avons quitté Bilbão, notre carrosse a pénétré aujourd’hui, en début d’après-midi, dans Lisbonne. Calimério a demandé à prendre congé pour aller rendre visite à des parents dans le Bairro Alto et je le lui ai accordé, mais pas avant qu’il ne me déposât dans la rue des Tanneurs, plus exactement à la porte de l’hôtel particulier de mon vieil ami João da Rocha Pinto. 
Il était environ sept heures. Je n’avais pas le moindre espoir de le trouver chez lui à cette heure là mais j’ai décidé néanmoins de m’y rendre, si impatient que j’étais de connaître les dernières nouvelles. Je me suis dirigé vers la porte et ai donné deux coups légers sur le marteau argenté en forme de lyre. En une minute, un visage blanc a apparu, triangulaire, où se détachait une paire d’yeux verts qui pouvaient ressembler à ceux de la chanson de Camões."

Et sa version au PS, qui me semble plus approprié:

"Maintenant, avant de sombrer dans un sommeil tant attendu depuis dix derniers jours, je consignerai les évènements de cette journée particulière.
Un peu plus abîmé que le jour où nous quittâmes Bilbão, notre carrosse pénétra aujourd’hui, en début d’après-midi, dans Lisbonne. Calimério demanda à prendre un congé pour aller rendre visite à des parents dans le Bairro Alto et je le lui accordai, mais pas avant qu’il ne me déposât dans la rue des Tanneurs, plus exactement à la porte de l’hôtel particulier de mon vieil ami João da Rocha Pinto. 
Il était environ sept heures. Je n’avais pas le moindre espoir de le trouver chez lui à cette heure là mais je décidai néanmoins de m’y rendre, si anxieux que j’étais de connaître les dernières nouvelles. Je me dirigeai vers la porte et donnai deux coups légers sur le marteau argenté en forme de lyre. En une minute, un visage blanc apparut, triangulaire, où se détachait une paire d’yeux verts qui pouvaient ressembler à ceux de la chanson de Camões."


Merci de votre aide!!
Bonne soirée,

V.

Passé simple et passé composé dans un même texte

Bonjour,

Alterner les deux temps rend la lecture peu agréable. Il faut donc s'en tenir au passé simple ou au passé composé tout au long du livre, sauf si (mais cela ne semble pas le cas) les parties "journal intime" et "biographie" sont clairement distinctes (changement de typo ou changement clair de partie, de chapitre, etc.).

Le problème consiste à choisir le "bon" temps :
Le passé simple rend le style plus soutenu, plus littéraire, mais il sonne faux dans les parties "journal intime". Le passé composé donnera une cohérence à l'ensemble sans surprendre le lecteur dans les parties qui auraient pu être écrites au passé simple (on n'y pense pas au fil de la lecture, quand tout est au passé composé). Je vote donc pour le passé composé !

Bon courage !

3

Passé simple et passé composé dans un même texte

Merci pour le conseil Relecteur!
V.Re,

J'ai adopté le passé composé mais par exemple, cette phrase me pose problème:

La première carte fut un roi de pique qui m’a ramené à la triste idée que je ne serais plus baron. Mais la seconde, un deux de cœur froissé, m’a consolé en m’indiquant que je n’aurais plus à me soumettre à l’apathie du mariage.

Là, je ne vois pas comment me défaire du passé simple "fut".
"La première carte a été un roi de pique" sonne faux, non?! Il faut peut être que je retourne la phrase dans ce cas?!

Merci,

4

Passé simple et passé composé dans un même texte

Je ne suis ni relecteur ni traducteur, mais je proposerais :
Une (selon le contexte : La) première carte, un roi de pique, m'a ramené à la triste idée que je ne serai plus baron. Mais la seconde, un deux de coeur...
Voire :
Un roi de pique m'a ramené à la triste idée que je ne serai plus baron. Mais la seconde carte, un deux de coeur...
Ou encore (selon la phrase qui précède) :
La premier carte tirée (donnée), un roi de pique, m'a ramené à la triste idée que je ne serai plus baron, ...

5

Passé simple et passé composé dans un même texte

Merci beaucoup 

6

Passé simple et passé composé dans un même texte

Et pourquoi ne pas relater tout simplement ainsi :
La première carte, un roi de pique, me ramena à la triste idée que je ne serais plus baron. Mais la seconde carte, un deux de coeur froissé, me consola en m’indiquant que je n'aurais plus à me soumettre à l’apathie du mariage.

Car si vous dites : que je ne serai plus baron,

vous ne pouvez dire, par la suite : que je n'aurais plus à me soumettre ...
Cette logique là, de choisir entre futur ou conditionnel détermine aussi votre choix du passé simple ou composé....

7

Passé simple et passé composé dans un même texte

Merci Artiplume.

Question: Que voulez-vous dire par "Cette logique là, de choisir entre futur ou conditionnel détermine aussi votre choix du passé simple ou composé.…"

V.

Passé simple et passé composé dans un même texte

Je n'ai pas très bien compris moi non plus...

Passé simple et passé composé dans un même texte

veronique1979 a écrit :

Merci pour le conseil Relecteur!
V.Re,

J'ai adopté le passé composé mais par exemple, cette phrase me pose problème:

La première carte fut un roi de pique qui m’a ramené à la triste idée que je ne serais plus baron. Mais la seconde, un deux de cœur froissé, m’a consolé en m’indiquant que je n’aurais plus à me soumettre à l’apathie du mariage.

Là, je ne vois pas comment me défaire du passé simple "fut".
"La première carte a été un roi de pique" sonne faux, non?! Il faut peut être que je retourne la phrase dans ce cas?!

Merci,

Il y a trois possibilités :
1° Ou le temps des faits est éloigné et surtout "coupé" du temps de leur énonciation, l'ensemble devant se présenter comme un récit "classique"; à ce moment-là, il faut dire :
fut... ramena... serais (cond prés à valeur de futur du passé)... consola... aurais.

2° a) Soit le temps des faits est relativement proche du temps présent, au point que ses conséquences se font encore sentir au moment de l'énonciation, b) Soit le temps des faits est éloigné, mais on veut donner une tournure plus familière à leur énonciation, comme lorsqu'on raconte des faits oralement, on a alors :
a été ... a ramené... serais  ... a consolé ... aurais.

3° Ou les faits datent du jour même, sont donc très peu antérieurs au temps de leur énonciation, et ont des conséquences qui se feront ressentir au-delà du temps de l'énonciation, comme c'est le cas dans le journal intime ou les récits qui en empruntent la forme (cf l'Etranger); on aura en ce cas :
a été ... a ramené ... serai  (futur de l'indicatif) ... a consolé ... aurai.

Passé simple et passé composé dans un même texte

Ah, évidemment, détaillé de la sorte, c'est beaucoup plus clair.
Merci Jacques !