1

La tragédie définie comme le genre destiné à produire la catharsis peut-elle encore s'appliquer au théâtre moderne ?

Bonjour à tous.

J'ai ici une dissertation à rédiger et suis en première ES, seulement, des exemples sont requis (il m'en faudrait une dizaine au moins) mais ma culture théâtrale est, et je le regrette, limitée...

Le sujet est : Pensez-vous que la tragédie traditionnellement définie comme le genre déstiné à produire la catharsis puisse encore s'appliquer aux oeuvres du théâtre moderne et contemporain ?

Auriez-vous quelques exemples à portée de main ? J'ai ceux du corpus qui sont Caligula de Camus, LA Lecon de Ionesco, L'histoire de Cixous et enfin 11 septembre 2001 de Vinaver

Mon plan n'est pas encore entièrement défini. Je pensais commencer par dire que la catharsis prend une place de moins en moins importante, déjà par le fait que le théâtre est de plus en plus réservé à une élite mais également parce que la catharsis en elle-même est de plus en plus présente dans d'autres domaines.
Je relativise en deuxième grande partie en affirmant que si la classe populaire voit moins de pièces de théâtre, celles-ci sont très souvent bien plus marquantes puisque l'on est plus libre de montrer ce que l'on veut sur scène, et l'effet est donc peut-être plus marquant et la catharsis plus opérante : comme par exemple dans Rhinocéros de Ionesco.


Ce plan me parait trop vague pour être valable cependant :-/
J'aurais souhaité faire une opposition entre le "moderne" du sujet et le "contemporain" : le contemporain ne marque t-il pas l'époque tandis que le moderne plutôt le style de la pièce ? Comme dans la poésie quoi...

La tragédie définie comme le genre destiné à produire la catharsis peut-elle encore s'appliquer au théâtre moderne ?

Je trouve que tes idées restent trop vagues et ne s'appliquent pas suffisamment à ton corpus et aux autres textes que tu connais.
Reviens à la définition donnée par Aristote de la catharsis dans sa Poétique.
Considère ensuite si la composition des pièces modernes et contemporaines qui constituent ton corpus permet ou non la catharsis. Celle-ci, qui vise la transformation en plaisir esthétique des émotions négatives que sont la crainte et la pitié (pour quoi / qui ? à interroger), ne peut avoir lieu pour Aristote qu'en fonction d'une composition rigoureuse de la tragédie, faite d'un noeud, de péripéties, du renversement de destins, d'un certain dénouement etc.
Interroger la catharsis aristotélicienne pour évaluer le théâtre moderne et contemporain, c'est aussi interroger le statut de la tragédie au XXe et au XXIe siècles. Les pièces de ton corpus sont-elles encore des tragédies au sens classique (mettre en scène des destins que ne savent plus forcément maîtriser les personnages) ?
Il me semble d'ailleurs qu'au vu de la formation du sujet c'est d'abord la définition de la tragédie comme cause d'une catharsis chez le spectateur-lecteur qui est à discuter dans le contexte du théâtre contemporain plutôt que de la catharsis elle-même, qui, il est vrai, tend de plus en plus à être appliquée dans d'autres domaines (la psychanalyse en particulier) et pour d'autres genres littéraires.

Enfin, juste en guise de "culture personnelle", puisque tu t'interroges sur le sens du contemporain aujourd'hui, je te suggère de lire cette introduction : http://www.vox-poetica.org/t/articles/ruffel2010.html.

Bon courage !