Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010

Ben, l'essentiel est dans le titre...
Que pensez-vous du lauréat du Goncourt 2010?

Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010

La deuxième partie de "La carte et le territoire" est une tentative de roman policier si ratée que sa lecture est insupportable. Mais, quand on passe de la fiction à la réalité, l'idée de mettre le roman sur le web où tout le monde peut le télécharger gratuitement pendant quatre jours me parait extrêmement ingénieuse et bien mieux tenir la fonction d'office que les envois qui perpétuent un usage coûteux et désuet.
La première partie, par contre est très intéressante, ingénieusement construite. Bien qu'on sente le roman écrit pour avoir le Goncourt, comme on sent une copie d'examen écrite pour être reçu, le roman mérite plus que la note à cause de la première partie : il mérite la lecture.
Quant au personnage médiatique qui transforme la dépression en désespoir, il joue bien son rôle surtout quand on le fait paraitre sur un plateau à côté de Mr de Villepin, qui, comme il le fait remarquer, a écrit plus de livres que lui (mais ils se vendent moins). Il  y a  plus d'un  point commun entre les deux livres que ces auteurs ont fait paraître en même temps, et même entre les auteurs eux-mêmes.
J'étais hier et avant-hier au congrès de Wikimédia qui se tenait cette année à Paris et Michel Houellebecq y était un sujet aussi tabou que Dominique de Villepin dans une réunion de l'UMP. Pour l'un comme pour l'autre, la vie du poète est entamée par un mode de contact avec le public qui les fait grimacer. Les deux peuvent se reconnaître dans ce passage de "La Carte et le territoire": "On peut travailler en solitaire pendant de années, c'est même la seule manière de travailler à vrai dire; vient toujours un moment où l'on éprouve le besoin de montrer son travail au monde, moins pour recueillir son jugement que pour se rassurer soi-même sur l'existence de ce travail, et même sur son existence propre, au sein d'une espèce sociale où l'individualité n'est guère qu'une fiction brève."
Et ce contact est difficile pour l'un comme pour l'autre pour la même raison qu'on lit dans la deuxième partie de "La carte et le territoire":"A Paris l'air ambiant est comme saturé d'information, on aperçoit qu'on le veuille ou non les titres dans les kiosques, on entend les converstions dans la queue des supermarchés. Lorsqu'il s'était rendu dans la Creuse pour l'enterrement de sa grand-mère, il s'était rendu compte que la densité atmosphérique d'information diminuait nettement à mesure que l'on s'éloignait de la capitale; et que plus généralement les choses humaines perdaient de leur importance, peu à peu tout disparaissait, hormis les plantes."

3

Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010

Vu le peu d'intérêt que semble avoir soulevé ce sujet, je n'en crée pas un autre sur le même auteur...

J'ai presque terminé Soumission et je vous livre mon humble avis :

1/ C'est plutôt bien écrit pour un auteur contemporain, moyennement bien écrit pour un auteur qui s'est vu décerner le prix Goncourt, plutôt passable si l'on compare à des auteurs plus classiques - même du milieu du XXe siècle.

2/ Il s'agit d'un roman de politique fiction. L'histoire qui joue sur la vraisemblance d'un autre possible capte l'attention. Le quotidien est bien observé, bien rendu et il y a des passages drôles. Hélas, il y a, environ toutes les 30-40 pages, quelques (brèves) lignes pornographiques qui, à mon avis, non seulement n'apportent rien mais gâchent un peu l'ensemble.

3/ Concernant la polémique lancée par quelques hurluberlus qui ont probablement des comptes personnels à régler avec l'auteur, il n'y a strictement rien à en dire. Il s'agit bien d'un roman et non d''un essai ou d'un manifeste.

En conclusion, les amateurs de Houellebecq aimeront, tandis que ceux qui ne le connaissent pas et qui ont 3 heures à consacrer à un roman léger (à l'exception des courts passages mentionnés ci-dessus) et pas trop mal écrit passeront un agréable moment.