1

Forme passive et faire + infinitif

Bonjour à tous,

forme passive et se faire + infinitif

J'ai retenu une phrase dans les infos de 13 heures ( France inter, le sujet était --une pétition en faveur des femmes violées) :

"Au lieu de dire 'elle a été violée', on dit 'elle s'est fait violer', comme si elle avait fait qch. " La phrase était à peut près comme ça.

Ma question, est la suivante :

Est-ce qu'il y a vraiment une différence entre (je modifie la question )

la forme passive : être volé , critiqué, battu ...
et se faire voler, critiquer, battre  ... ?


Je vous prie de me donner une explication, Merci d'avance.

Forme passive et faire + infinitif

Je trouve que oui ; dans le premier cas, il s'agit d'une voix passive, qui fait de la femme violée le patient du procès verbal, ou si tu préfères, le sujet syntaxique subit, sans aucune ambiguïté. "Se faire violer" est ce que Riegel/Rioul/Pellat nomment une périphrase verbale "diathétique passive", c'est-à-dire qu'elle donne des informations relatives à la diathèse du procès verbal dénoté par le verbe à l'infinitif : le sujet syntaxique subit alors l'action, mais on laisse entendre qu'il a laissé faire.

Forme passive et faire + infinitif

D'abord, tu pourrais parler dans le langage des "honnêtes gens" pour répondre à la question d'un non spécialiste (apparemment). Eh oui, je suis un admirateur des Classiques!
Deuxièmement, crois-tu vraiment que si l'on dit d'une femme : "Elle s'est fait violer", celle-ci a laissé faire l'acte? Révise ta sémantique, bon Dieu!

Forme passive et faire + infinitif

Il est de fait que Riegel indique bizarrement "un certain degré de responsabilité" pour se faire... et ,"au contraire", de la "passivité" pour se laisser... Très discutable pour le cas qui nous occupe : une femme qui "se laisse violer" est semble-t-il considérée (à tort ou à raison) par le locuteur comme plus consentante que celle qui "se fait violer" malgré toute sa résistance. Là, Riegel me déçoit.

Le TLF, lui, parle de la "valeur passive" de cette tournure, sans se prononcer sur un quelconque degré de responsabilité. Ce qui est plus avisé, me semble-t-il.

Forme passive et faire + infinitif

Bien sûr! La différence entre ces deux tournures passives me semble être la suivante :
- La tournure Une femme a été violée énonce le fait "objectivement".
- La tournure Une femme s'est fait violer met au contraire l'accent sur la violence subie par la victime!

Forme passive et faire + infinitif

Dans les deux cas, le complément d'agent n'est pas nécessairement exprimé. Voir tes deux exemples.

Mais je dirais que la tournure avec "se faire" met davantage l'accent sur cet agent implicite que la tournure passive "basique". Ce qui rejoint ton analyse.

Forme passive et faire + infinitif

Nous avons deux façons différentes d'exprimer la même chose! Quant à l'absence du complément d'agent, c'est presque la raison d'être de la tournure passive, comme je le dis souvent à mes élèves! La phrase passive "canonique" (Sujet + verbe passif + complément d'agent) étant en effet assez rare!

8

Forme passive et faire + infinitif

Bonjour à tous,

Merci de m'avoir donné des explications très intéressantes.
J'ai trouvé les quelques lignes auxquelles vous avez fait allusion.

Grammaire méthodique du français (PRR)

Toutes ces constructions admettent comme complément d'agent le sujet de la phrase active correspondante. Les verbes "faire" et "laisser " gardent une valeur causative(VII1.4.7.) : le premier implique de la part du sujet un certain degré de responsabilité ( Il s'est fait opérer par un charlatan-Il s'est fait renverser par une voiture ( par imprudence / pour toucher une indemnité)- Il a tout fait pour se faire remarquer ) ; le second, au contraire , souligne sa "passivité" ( Il s'est laissé emmener/frapper sans réagir).
Quant aux verbes de perception se voir et s'entendre, ils font du complément, en général humain, de la phrase active un sujet "spectateur "de ce qui lui arrive , grâce au pronom réfléchiqui le représente dans sa fonction initiale de complément du verbe actif : Le jury a décerné le premier prix à Paul -- Paul a vu le jury lui décerner le premier prix.--Paul s'est vu décerner le premier prix par le jury.



Je vous cite aussi des explications que j'ai prises dans un autre livre :
Grammaire pour l'enseignement/apprentissage du FLE
(G.D. de Salins)

A partir du corpus proposé plus haut, étudions les rôles actanciels dans les constitutions factitives avec le semi-auxiliaire faire.

On constate qu'on voit presque toujours qui est le rôle commanditaire de l'action. Mais est-ce bien toujours le cas ?
1) Marie a fait repeindre la maison.  (Marie : le rôle commanditaire ...)
2) Pierre et Marie font travailler leurs employés.  (...)
3) Les parents font garder leurs enfants pendant les vacances. (...)
4)Les enfants font écouter leurs disques à leurs copains.  (...)
5) Tu as fait rire tes invités. signifie
a. ou bien que "tu" est le commanditaire et "tes invités" l'agent du verbe "rire" ;
b. ou bien que "tu" est la victime et la cause involontaire du rire des invités.

Les paraphrases respectives seraient :
a. Tu as fait en sorte que tes invités rient.
b. Tes invités ont ri de toi.

Donc selon le contexte, le commanditaire apparent de l'action peut se transformer en simple victime.
6) Tu t'es fait voler.
représente un cas flagrant   d'absence de commanditaire !
Cet énoncé se paraphrase par  : Tu as été volé.

et non par : Tu as fait en sorte qu'on te vole ( ce qui ne serait pas très raisonnable !)

Conclusion : dans une construction factitive avec faire, le sujet grammatical du verbe faire n'est pas toujours le commanditaire de l'action du verbe à l'infinitif, il peut être le patient ou la victime .

Ce deuxième petit texte a donné les mêmes explication que vous.

Est-ce que vous pouvez faire des commentaire sur ces mots -là ?

"Quant aux verbes de perception se voir et s'entendre, ils font du complément, en général humain, de la phrase active un sujet "spectateur "de ce qui lui arrive , grâce au pronom réfléchiqui le représente dans sa fonction initiale de complément du verbe actif : Le jury a décerné le premier prix à Paul -- Paul a vu le jury lui décerner le premier prix.--Paul s'est vu décerner le premier prix par le jury."

Merci d'avance.

Forme passive et faire + infinitif

Bonsoir.

Pour le sujet qui nous occupait, la Grammaire de Salins est effectivement plus nuancée (et donc plus plus pertinente) que la grammaire Riegel.

Pour ce qui est de la tournure se voir, en revanche, Riegel me paraît assez bien exprimer la chose. Je ne vois guère de commentaires à faire...