Même si / comme si + conditionnel

Bonjour,

Il est précisé dans les livres de grammaire et sur les sites tels que http://www.aidenet.eu/conjugaison07c.htm que les formes "même si" et "comme si" ne peuvent être suivis du conditionnel.
Pourtant, je trouve que le sens est complètement différent selon qu'on choisit le conditionnel ou un autre temps de l'indicatif.
Comparez :

"Oui, c'est terrible je l'ai grondée parce qu'elle a essayé de mettre fin à ses jours, même si j'aurais fait la même chose à sa place."
Et :
"Oui, c'est terrible je l'ai grondée parce qu'elle a essayé de mettre fin à ses jours, même si j'avais fait la même chose à sa place."

De même :
"C'est ça, c'est ça. J'étais devant ce voyou qui faisait deux mètres de haut. Que voulais-tu que je fasse à part payer et m'en aller ? Arrête de me regarder comme ça et de faire comme si tu l'aurais frappé."

Et :

"C'est ça, c'est ça. J'étais devant ce voyou qui faisait deux mètres de haut. Que voulais-tu que je fasse à part payer et m'en aller ? Arrête de me regarder comme ça et de faire comme si tu l'avais frappé."

Cette interdiction est-elle légitime ?

Merci.

Même si / comme si + conditionnel

Le conditionnel ne s'emploie jamais dans la subordonnée conditionnelle, ou concessive, selon la "règle" "les si n'aiment pas les rais", sauf pour le petit Gibus de la Guerre des boutons !

Même si / comme si + conditionnel

Merci, Anne345, mais je connais déjà cette règle du "Si qui n'aime pas les rais". Cependant, mes exemples ne traduisent pas une idée comme : "Si j'aurais pu, je l'aurais fait", qui est une énormité, je vous l'accorde.
Ici, il y a un sens très distinct si on utilise le conditionnel, alors pourquoi s'en priver ? Comment reformuler autrement, si c'est vraiment interdit ?

Même si / comme si + conditionnel

La règle est claire : On n'emploie jamais de conditionnel, ni de futur, après "comme si, même si, sauf si".
Je ne vois vraiment pas de différence de sens, juste l'erreur, donc ma reformulation risque de ne pas te convenir : "Oui, c'est terrible je l'ai grondée parce qu'elle a essayé de mettre fin à ses jours. J'aurais pourtant fait la même chose à sa place."

Même si / comme si + conditionnel

Que dire alors de cette partie du Bulletin d'Etudes de Linguistique Française Tokyo : Valeurs syntaxiques des coordonnées introduites par l'adverbialisateur si. glané ici http://www.francaisfacile.com/forum/lir … nditionnel


1. Si marquant la condition. Avec si marquant la condition, le verbe de la subordonnée se met à l'indicatif mais jamais au futur ni au conditionnel. Dans la langue littéraire, le verbe de la subordonnée est parfois au plus-que-parfait du subjonctif (dit parfois « conditionnel passé deuxième forme ») : « Il eût presque passé pour un saint, si la finesse de son esprit ne l'eût fait craindre comme un démon » (Flaubert, cité par R. Georgin).

2. Si marquant la concession. Lorsque si exprime non pas la condition mais la concession, la subordonnée est parfois au futur ou au conditionnel : si cela nous étonnera toujours, il reste qu'il a accompli cet exploit ; si on souhaiterait plus de précision, son exposé est convaincant tel qu'il est. Cette construction, qui ne se rencontre que dans le registre très soutenu, est parfois analysée comme une ellipse de s'[il est vrai que], s'[il faut admettre que].

3. Concordance des temps avec si. Dans une subordonnée introduite par si exprimant une condition, une éventualité, le verbe est au présent ou au passé composé, et le verbe de la principale est au présent ou au futur : si tu fais le nécessaire, je pars tout de suite (ou je partirai demain) ; si tu as fait le nécessaire, je pars tout de suite (ou je partirai demain).

Même si, qui traduit une concessive dans mon exemple, pourrait accepter le conditionnel, non ?

Même si / comme si + conditionnel

Tu verras si tes interlocuteurs y voient bien un registre très soutenu...

Même si / comme si + conditionnel

Cf. l'ouvrage Le bon usage  (M. Grevisse) les locutions comme/même si sont suivies toujours par un si conditionnel (même si elles expriment la concession et non pas une condition. )

(Message édité.)

Et à propos de bon usage... Merci de vérifier ton orthographe. Je l'ai corrigée.

Même si / comme si + conditionnel

Bonjour, je n'arrive pas a trouver le temps correct dans cette phrase
Ps: le verbe pouvoir signifie ici vouloir et "même si" est une hypothèse, un argument qui appuie sa volonté, son refus.

"J'ai compris qu'il était un loup garou. Et, par la suite, je ne pus plus déguster le pain avec lui, même si ma vie en [dépendre].

Pour moi, ce n'est pas de l'imparfait car cela voudrait dire que c'est vrai, sa vie en dépend, alors que c'est une hypothèse qui renforce son argument. Peut être le plus que parfait ou le conditionnel (je crois qu'il y a une règle qui autorise le si+conditionnel). Dites moi votre avis. Merci

Même si / comme si + conditionnel

Pas de conditionnel dans une conditionnelle introduite par si.
Donc imparfait : "Et, par la suite, je ne pus plus déguster le pain avec lui, même si ma vie en dépendait", ou, comme te l'a suggéré Fernand, plus-que-parfait "Et, par la suite, je ne pus plus déguster le pain avec lui, même si ma vie en avait dépendu" qui reflète peut-être mieux le plus-que-parfait de la phrase latine.

Même si / comme si + conditionnel

Bonjour.

L'imparfait n'exprime pas toujours un fait réel, il a également une valeur modale, notamment après la conjonction si. Il exprime alors l'hypothèse : "même si ma vie en dépendait".
Ici, du fait que la principale est au passé , on emploiera plutôt le plus-que-parfait :
"même si ma vie en avait dépendu".


Pourquoi être passé du passé composé au passé simple ?
Et "pus plus", ce n'est pas très élégant. Si tu veux exprimer une volonté, utilise "vouloir", ce verbe est fait pour ça. Et si tu tiens à utiliser un conditionnel, emploie "au cas où" :

"J'ai compris qu'il était un loup-garou. Et, par la suite, je n'ai plus voulu déguster le pain avec lui, même au cas où ma vie en aurait dépendu.