1

Obaldia, Le plus beau vers de la langue française

Bonjour, je dois faire un commentaire composé sur "Le plus beau vers de la langue française" de René de Obaldia.
J'ai déjà mon plan :
   
I/ La parodie d'un cours de français

        A/ Le cours

le sujet du cours : une explication sur "le plus beau vers de la langue française ".
Le contenu du cours :
L'étude du vers se borne à celle de la musicalité et du rythme.
Allusion à la théorie, aujourd'hui dépassé, antique sur l'inspiration.
Une  critique  qui s' arrête à exprimer l'admiration et à solliciter celle des élèves.

        B/ La caricature d'un professeur imaginaire

Dans son discours :
Dans son ton et ses tics    
Emphase et paternalisme.
Nasillement et zézaiement.
Dans sa pédagogie :    
Cours magistral.
Répression.

        II/ La satire fantaisiste de l'enseignement et de la conception traditionnelle de la poésie.

        A/ La satire fantaisiste de l'enseignement
La ridiculisation du professeur qui touche à la caricature.
La ridiculisation du cours magistral et didactique.
La ridiculisation du contenu du cours.

        B/ La satire de la conception traditionnelle de la poésie

La poésie traditionnelle vantée par le professeur : le plus beau vers de la langue française est forcément
Dans sa forme :
* un alexandrin parfaitement régulier, césuré et accentué par quatre : celui qu’il aurait pu écrire (vers 10) et celui qui est censé le précéder (vers 16 ) :
*des jeux sonores       
Un contenu sans intérêt et volontairement absurde.

Le contre-exemple : la poésie même de Obaldia marquée par une totale fantaisie :
Dans sa forme :
vers libre,
strophes de longueur inégale,
fantaisie des rimes

Dans son contenu :
Critique de l'académisme, des normes, de l'enseignement traditionnel, de la répression
Promotion suggérée de la fantaisie (images, parodie du professeur, jeux de mots), de l’absurde et du sourire.

2

Obaldia, Le plus beau vers de la langue française

Bonsoir ,

J'ai un commentaire composé à faire sur ce poème , que j'ai fini seulement, je n'arrive pas dans ma conclusion à trouver une ouverture avec un auteur ayant le même style ou un texte ayant les mêmes caractéristique que celui ci.

Je vous remercie de votre aide.

Voici le poème en question pour vous donner une idée.

Le plus beau vers de la langue française

« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »
Voici, mes zinfints
Sans en avoir l’air
Le plus beau vers
De la langue française.
Ai, eu, ai, in
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin…
Le poite aurait pu dire
Tout à son aise :
« Le geai volumineux picorait des pois fins »
Eh bien ! non, mes zinfints.
Le poite qui a du génie
Jusque dans son délire
D’une main moite
A écrit :
« C’était l’heure divine où, sous le ciel gamin,
LE GEAI GÉLATINEUX GEIGNAIT DANS LE JASMIN. »
Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.
Là, le geai est agi
Par le génie du poite
Du poite qui s’identifie
À l’oiseau sorti de son nid
Sorti de sa ouate.
Quel galop !
Quel train dans le soupir !
Quel élan souterrain !
Quand vous serez grinds
Mes zinfints
Et que vous aurez une petite amie anglaise
Vous pourrez murmurer
À son oreille dénaturée
Ce vers, le plus beau de la langue française
Et qui vient tout droit du gallo-romain :
« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »
admirez comme
voyelles et consonnes sont étroitement liées
les zunes zappuyant les zuns de leurs zailes.
Admirez aussi, mes zinfints,
Ces gé à vif
Ces gé sans fin
Tous ces gé zingénus qui sonnent comme un glas :
Le geai géla… « Blaise ! Trois heures de retenue.
Motif :
Tape le rythme avec son soulier froid
Sur la tête nue de son voisin.
Me copierez cent fois :
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »

René de Obaldia
extrait du recueil  « Innocentines »

3

Obaldia, Le plus beau vers de la langue française

Ainsi donc voici un vers qui, n'en doutons pas, passera à la postérité ... oui, mais, comme dirait Obaldia lui-même depuis son entrée à l'Académie française :  « c'est tuant d'être immortel"