1

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Bonjour, je suis tout nouveau, mais je me suis inscris car depuis un moment, j'ai un commentaire à faire sur Bouvard et Pécuchet, à savoir, cette oeuvre s'inscrit-elle dans le mouvement du réalisme ou du naturalisme.

J'ai tenté de lire le livre, mais j'avoue ne pas avoir réussi, ce n'est pas du tout mon genre de livre, je n'arrive pas à en lire plus de 10 pages sans avoir une grande envie de le fermer, ce qui est rare d'habitude je me force, là j'y arrive pas même en me forçant x)

Donc voilà, je voulais avoir votre avis, j'ai déjà réfléchis un peu et j'ai trouvé ceci, mais c'est loin d'être assez..

I Un cadre réaliste

II Mais une réflexion par les personnages tirant sur le naturalisme

=> Bouvard et Pécuchet est une oeuvre qui peut s'inscrire dans le mouvement du réalisme de part son cadre, mais la réflexion dont font preuves les deux personnages permettent aussi de l'inscrire dans le naturalisme.

Si vous pouviez m'aider, j'accepterais l'offre avec grand plaisir et vous remercie d'avance !

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Excuse-moi, mais ce "plan" ne peut en aucun cas rendre compte de l'originalité de Bouvard...; il est trop "passe-partout"!!!

3

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Justement, j'ai dis que j'avais trouvé ceci mais ce n'était qu'un début.. je ne suis pas super doué en français, d'où mon intervention sur ce forum pour avoir de l'aide, après, si vous avez quelques conseils à me donner je suis preneur.. Comme dit ma prof' j'arrive très bien à remplir mais jamais à trouver "

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Il y a si l'on veut un côté naturaliste dans Bouvard dans la mesure où l'auteur passe en revue à peu près tous les domaines de la connaissance humaine (du jardinage à l'éducation en passant par l'anatomie, la politique, la métaphysique même...), ce qui a nécessité chez lui une documentation abondante et d'ailleurs transcrite presque sans "apprêt" dans son roman : on est loin des recherches stylistiques raffinées de Salammbô ou de Madame Bovary. Mais l'aspect dominant du livre, c'est évidemment la dérision! Dans toutes leurs expériences, nos héros semblent abonnés à un scénario implacable : documentation - expérimentation enthousiaste - échec; en outre, ce sont plus des caricatures que des personnages nantis d'une véritable densité psychologique : il n'est qu'à observer leur portrait, au début du livre, fait de traits à la fois symétriques (les chapeaux) et opposés (le gros et le maigre...) pour constater que nous ne sommes pas dans un univers réaliste au sens littéraire du terme. La seconde partie du livre, si elle avait existé, aurait été axée sur les phrases ridicules que nos héros, devenus copistes, auraient produites, et dont le Dictionnaire des idées reçues nous donne des exemples (évidemment, sous la plume de Flaubert, ce ne sont plus des textes ridicules, mais une implacable satire de la "bêtise" humaine!!!). Voilà : tu as là, si tu veux, deux parties pour ton analyse!

5

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Bonjour,

Je partage l'avis de jacquesvaissier sur le naturalisme "expérimental" de Flaubert dans Bouvard et Pécuchet.
Je corrigerais son appréciation sur le réalisme : si Flaubert s'en distingue par ses caricatures, il n'en reste pas moins fondamentalement rattaché à ce courant par son pessimisme foncier et son désir de se corriger des illusions romantiques.

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Je ne sais pas si je suis le seul, mais je trouve que cette question (opposition réalisme/naturalisme) n'a aucune, mais alors aucune pertinence pour aborder Bouvard et Pécuchet... d'autant plus qu'il n'y a véritablement qu'en France que l'on peut établir une distinction nette entre naturalisme et réalisme ; le naturalisme en France est baptisé et théorisé par Zola, c'est un mouvement clairement scientiste dans ses revendications (auquel cas, je rejoins l'avis de Jacques Vaissier, l'œuvre de Flaubert peut s'y rattacher par les recherches qu'elle a nécessitées, pas moins de 1 500 livres épluchés!) qui a fait, en tant que tel, quelques adeptes en France et en Europe. Mais hors du cadre restreint des épigones de Zola, on ne peut pas vraiment distinguer réalisme et naturalisme, il n'y a plus de différence de nature entre les deux "mouvements", le deuxième est peut-être plus cru, mais il ne s'agit alors que d'une différence de degré, on considère ainsi Eça de Queiroz comme le grand romancier "réaliste/naturaliste" portugais, Thomas Mann comme un auteur "réaliste/naturaliste" allemand, bref, ces deux mots sont alors quasi-synonymes. Et puis, toutes ces questions théoriques, Flaubert s'en foutait royalement. Et nous aussi.

Bouvard et Pécuchet, réalisme ou naturalisme ?

Foedor