1

La Bruyère, Les Caractères - Pourquoi peut-on parler de réécriture ?

Bonjours,

J'aimerais savoir pourquoi à propos du texte de La Bruyère, Les Caractère on peut parler de réécriture.
Je n'arrive pas a trouver la solution  .       
                                                                 Merci 

La Bruyère, Les Caractères - Pourquoi peut-on parler de réécriture ?

Les Caractères de La Bruyère sont précédés des Caractères de Théophraste.

3

La Bruyère, Les Caractères - Pourquoi peut-on parler de réécriture ?

Bonjour Delapelou!

J'ai envie de dire à propos de ton souci, pas directement car je connais pas le texte, que souvent on parle de réecriture d'un texte ou même d'un thème lorsqu'au préalable,il en existe déjà un. Et donc, le nouvel auteur se l'approprie et suit à la fin, une production nouvelle avec bien évidemment des moifications. C'est l'exemple des textes comme Antigone de Sophocle(sans risque d me tromper)et de Jean Anouilh; Orphée de J.Cocteau et Orfé'o c'est l'enfer de Bemba, ou même le mythe de Carmen... 

La Bruyère, Les Caractères - Pourquoi peut-on parler de réécriture ?

Plusieurs raisons font qu'on peut qualifier ce texte de "réecriture".

Si ma mémoire est exacte _ et si elle ne l'est pas nous ne sommes pas sortis de l'auberge _ il y eut en tout 9 éditions du l ivre de La Bruyère.
Successivement, et à chaque réédition ( à vérifier ) → wikipédia ! LaBruyère a enrichi son œuvre initiale de nouveaux "caractères", de chapitres ou de rajouts.

Il s'agit donc d'une réecriture de son propre ouvrage  _ un véritable palimpseste, dont les couches successives parachèvent la maturation.
Chaque nouvelle peau de l'ouvrage le complète, s'adapte aux mœurs du temps ou aux derniers évènements mondains, à la réception dont il est l'objet. Le livre a été longtemps une matière "vivante", avant d'adopter la forme déféinitive que nous lui connaissons _ mais peut-on supposer que La Buryère vivant encore aurait ajouté indéfiniment d'autres chapitres et d'autres appendices à sa compilation finale ?
Tout l'intérêt de cette question réside dans le fait que l'ouvrage traite de la cour, d'un monde politique et mondain sujet aux occurrences, et journellement enrichi de nouveaux évènements. Ouvrage à l'image de son sujet ?

Deuxième raison, en effet , comme l'a précisé quelqu'un précédemment, La Bruyère légitime son ouvrage en le présentant comme une prolongation, un paratexte, une adaptation contemporaine d'un ouvrage antique, dont il propose une traduction.
Subtil prétexte, ou héritage véritable ? Le fait est que le siècle n'est pas à l'innovation et ne reconnaît une oeuvre qu'à la condition de se prévaloir d'un modèle antique ou classique.
C'est le classicisme.