Articles devant des mots étrangers

Je crois que le « merci » oriente vers une question... 

Articles devant des mots étrangers

Merci.

Alors, je réponds oui...

Articles devant des mots étrangers

Je me permets de m'introduire dans cette conversation pour poser une question un peu différente : en évoquant, par exemple, un nom français dans une conversation en anglais ou l'inverse, vaut-il mieux conserver l'accent de la langue en question ?

14

Articles devant des mots étrangers

La langue d'origine du mot ? Oui. Comment prononces-tu week-end, cheese cake, etc sauf si le mot est intégré à la langue avec une prononciation différente : pizza, etc.

Articles devant des mots étrangers

Quand on importe un mot, il arrive souvent avec sa prononciation  mais cette dernière peut fluctuer :  les mots évoluent au fil des siècles et c'est ainsi qu'on ne les reconnait plus après une centaine d'années.   Les mots voyagent beaucoup ( voir les livres d'Harriette Walter comme Honn]i soit qui mal y pense.     


Pour les noms propres  et pour s'en tenir aux noms récents c'est plus délicat.En fait on n'a pas vraiment le choix pour les noms français : il est impossible d'imaginer une prononciation anglaise puisqu'il n'y a pas vraiment de règles.  Pour un nom propre anglais il faut mettre à part les noms très connus et qui sont devenus connus avec la prononciation d'origine.  Pour les noms ordinaires, le choix peut se faire en fonction des capacités de la personne à parler anglais et des capacités de ses interlocuteurs à entendre une prononciation inhabituelle ou non.   

J'ai un nom britannique que je prononce à l'anglaise si je parle à des anglophones mais à la française si je parle à des francophones

16

Articles devant des mots étrangers

Je trouve que le débat est très intéessant.  En France, l'influence de l'anglais est moins apparente qu'ici, au Québec.
Bien sûr il faut préserver votre belle langue de tout influence, même la défendre. Au Québec, une tendance de tout angliciser est en cours.  Votre belle langue se laisse dépasser par l'anglais, elle perd du terrain au profit d'autres langues.
Jusqu'à quand le français pourrait résister à ce mouvement?

Articles devant des mots étrangers

Pour ce qui est des mots tels que week-end, je dois avouer que je n'ai jamais eu à me poser la question. Mais je pensais surtout aux noms propres ; et dans une conversation avec des anglophones, comment doit-on prononcer "cul-de-sac", "fiancé", "café", "rendez-vous"... ?

A ce propos, Dany, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi. Certes, l'anglais empiète sur nos plates-bandes, mais c'est un phénomène entièrement réciproque à mon sens. En lisant le Time en anglais, j'ai été stupéfaite du nombre d'expressions françaises que je croisais à chaque page...

Articles devant des mots étrangers

Il y a pléthore de mots français en anglais effectivement et cela depuis longtemps.   L'informatique a fait pencher la balance un peu plus fortement vers l'usage de mots anglais en français.

Dans une conversation avec des anglophones on peut prononcer les mots français avec des sons anglais, en jouant sur la longueur des syllabes et en ajoutant un accent tonique.
Avec lexilogos dictionnaires anglais tu trouveras des transcriptions phonétiques et parfois aussi la version audio du mot par exemple sur le Merriam Webster.

Articles devant des mots étrangers

Et, par exemple,

on dirait:

Le Banco do Brasil (banco en portugais est masculin) ou
La Banco do Brasil (gardant le même genre du français)?

Merci d'avance

20

Articles devant des mots étrangers

La tendance naturelle, pour ceux qui ne connaissent pas le portugais et le genre des mots dans cette langue, est de mettre le genre (féminin en l'occurrence) du mot français sous-jacent, banque. Seuls ceux qui connaissent le portugais s'attacheront à respecter le genre masculin. Un décompte des occurrences sans doublon sur la Toile montrent qu'il y a en français deux fois plus de "la Banco do Brasil" que "le Banco do Brasil".
Cette attirance du genre féminin est encore plus visible quand il n'y a pas, dans la langue d'origine, de  nom masculin. Ainsi, l'anglais "bank" est neutre, et on trouve un nombre très faible de "le Bank of England" par rapport à "la Bank of England".