Apollinaire, Aubade chantée à Lætare un an passé

Bonjour tout d'abord, et merci d'avance pour les gens qui répondrons et m'aideront.


Je dois faie un commentaire sur un poème, ci-dessous.

Texte étudié:
Aubade chantée à Lætare un an passé

C'est le printemps viens-t'en Pâquette
Te promener au bois joli
Les poules dans la cour caquètent
L'aube au ciel fait de roses plis
L'amour chemine à ta conquête
Mars et Vénus sont revenus
Ils s'embrassent à bouches folles
Devant des sites ingénus
Où sous les roses qui feuillolent
De beaux dieux roses dansent nus
Viens ma tendresse est la régente
De la floraison qui paraît
La nature est belle et touchante
Pan sifflote dans la forêt
Les grenouilles humides chantent


Je ne sais pas trop comment m'y prendre, en plus ça a l'air d'un texte peu étudié, je n'ai rien trouvé sur internet -ni sur ce site d'ailleurs-.

J'ai quand même relevé un champs lexical de la nature, donc j'ai pensé à faire une partie sur ça. J'ai vu aussi que c'était un poème épicurien, mais je ne sais pas vraiment pourquoi, si quelqu'un pouvait m'aider pour en savoir plus ce serait gentil. Puis une partie sur le lyrisme, mais encore une fois je ne suis pas très sûre de moi.

J'ai ensuite recherché quelques infos sur les Dieux évoqués dans le poème.
Mars = Dieu du printemps, amant de Venus. Il est né grâce à une fleur dans les campagnes? -pas très clair je sais- Quant à la déesse Venus elle est déesses de l'amour et est souvent assimilée à la rose. Pan est dieu de la Nature toute entière => dieu de la fécondité.

Il y'a également un vers qui parle de la nudité des dieux. J'ai vu que la nudité symbolisait une forme de regreso ad uterum, retour symbolique dans l'utérus. Là où d'autres voient l'expression jouissive d'une liberté permise par le franchissement d'un interdit.


donc voilà ...

Apollinaire, Aubade chantée à Lætare un an passé

C'est un bon point de départ, mais je te conseillerais de te pencher bien plus sur le texte lui-même. Les recherches sur les références sont nécessaires, mais c'est un petit aspect du travail : il s'agit d'étudier le poème : sa forme, son vocabulaire, ses registres, ses figures de style, l'énonciation, etc.

Par exemple, tu ne parles pas du fait qu'il s'agisse d'une forme d'invitation "Viens-t'en" avec en plus une tournure vieillie pour un poète du XXème, il s'adresse directement à une destinataire qu'il tutoie. De plus il parle de sa "tendresse" , et de sa "conquête": c'est un poème d'invitation à l'amour. Pour cela, le cadre est la nature, et une nature en accord avec les sentiments et les envies du poète
Le moment symbolique : l'aube; une saison symbolique : "la floraison", et la nature parait amoureuse et joyeuse (saison des amours !), tout est en fête. Oui il faut faire une partie là dessus, sur la nature accueillante, lumineuse, joyeuse, en accord avec le poète. les dieux symbolisent la nature, l'amour, l'homme et la femme (Mars et Vénus).
Que font les dieux ? ils dansent, sifflent, sont nus, s'embrassent... Oui il y a un côté non pas utérus mais jardin d'eden, paradis d'adam et Eve !
C'est un poème assez léger, joyeux, avec un côté un peu naïf, enfantin, donné par le vers 1. Etudie aussi les rythmes, les rimes, et les jeux de sonorités (un exemple : vers 1 "printemps/viens-t'en")

Et puis j'oubliais : c'est une "aubade", elle est "chantée" à une belle sans doute pour lui proposer une promenade d'amoureux ! Et oui tu as raison pour le côté épicurien, le côté "carpe diem".

Apollinaire, Aubade chantée à Lætare un an passé

Tout d'abord merci!
Alors j'ai fais quelques autres recherches. Et je crois avoir trouvé un plan.

I. Un poésie d'ordre pastorale
champs lexical de la nature, le printemps = renouveau , commencement fertilité
"Les références chrétiennes sont également présentes puisque l’indication temporelle du titre, « Laetare », fait allusion à une période du calendrier chrétien, le quatrième dimanche de Carème, période de jeûne qui précède Pâques. La particularité de ce dimanche de Laetare est qu’il constitue une pause dans l’abstinence, dans la privation, dans la souffrance, comme cette aubade dans la Chanson du Mal-Aimé, un moment joyeux, où la Nature comme l’amour renaissent. De même, le surnom quelque peu incongru de la jeune fille, « Pâquette », rappelle la fête chrétienne qui célèbre la résurrection du Christ."
Référence aux Dieux. Venus et Mars ont engendré Cupidon (=amour)

II. L'expression du "carpe diem"

référence à la rose, très utilisée dans le carpe diem. La jeunesse exprimée par le printemps, l'aube, les sites ingénus, la floraison. Dans le titre lui même on parle d'un aubade. Il essaie de convaincre la femme aimée, comme Ronsard avec Hélène ou Cassandre. Il utilise trois arguments différents qui se manifestent dans les trois différentes strophes. Strophe 1 : la nature Strophe 2: les dieux et le désir du poète dans le dernier.


III. Une écriture classique et moderne.


[…]


J'ai peur de tout mélanger et de ne pas bien repérer les grands axes du texte.


Plan B

I. Une poésie d'ordre pastorale
II. Un poème argumentatif
III. L'expression du carpe diem

Apollinaire, Aubade chantée à Lætare un an passé

Pour la troisième partie du plan A, on peut penser à Musset qui a eu une position analogue au moment des contes d'Espagne et d'Italie, en se moquant des classiques comme faisaient les romantiques du cénacle qu'il fréquentait, mais aussi en se moquant des romantiques et de Victor Hugo, ce qui conduit à une position désinvolte clairement affichée dans une écriture qui fait des pied-de nez.
On peut prolonger la remarque vers La Fontaine.

Apollinaire, Aubade chantée à Lætare un an passé

Oui mais justement pour cette partie je ne suis pas vraiment sûre de moi. Je n'ai pas assez de "contenu" disons.