Vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Écrivez le discours d’adieu que vous prononcez devant les habitants...

Bonjour, j'ai besoin d'aide pour une écriture d'invention que je dois rendre jeudi.

Le sujet est le suivant : vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Ecrivez le discours d'adieu que vous prononcez devant les habitants (en expliquant pourquoi vous avez decider de partir).

Et je dois m'aider de ce texte de Fénelon :

"Le fleuve Bétis coule dans un pays fertile et sous un ciel doux, qui est toujours serein. Le pays a pris le nom du fleuve, qui se jette dans le grand Océan, assez près des Colonnes d'Hercule et de cet endroit où la mer furieuse, rompant ses digues, sépara autrefois la terre de Tharsis d'avec la grande Afrique. Ce pays semble avoir conservé les délices de l'âge d'or. Les hivers y sont tièdes, et les rigoureux aquilons n'y soufflent jamais. L'ardeur de l'été y est toujours tempérée par des zéphyrs rafraîchissants, qui viennent adoucir l'air vers le milieu du jour. Ainsi toute l'année n'est qu'un heureux hymen du printemps et de l'automne, qui semblent se donner la main. La terre, dans les vallons et dans les campagnes unies, y porte chaque année une double moisson. Les chemins y sont bordés de lauriers, de grenadiers, de jasmins et d'autres arbres toujours verts et toujours fleuris. Les montagnes sont couvertes de troupeaux, qui fournissent des laines fines recherchées de toutes les nations connues. Il y a plusieurs mines d'or et d'argent dans ce beau pays; mais les habitants, simples et heureux dans leur simplicité, ne daignent pas seulement compter l'or et l'argent parmi leurs richesses: ils n'estiment que ce qui sert véritablement aux besoins de l'homme. Quand nous avons commencé à faire notre commerce chez ces peuples, nous avons trouvé l'or et l'argent parmi eux employés aux mêmes usages que le fer, par exemple, pour des socs de charrue. Comme ils ne faisaient aucun commerce au-dehors, ils n'avaient besoin d'aucune monnaie. Ils sont presque tous bergers ou laboureurs. On voit en ce pays peu d'artisans: car ils ne veulent souffrir que les arts qui servent aux véritables nécessités des hommes; encore même la plupart des hommes en ce pays, étant adonnés à l'agriculture ou à conduire des troupeaux, ne laissent pas d'exercer les arts nécessaires pour leur vie simple et frugale.[…]
Quand on leur parle des peuples qui ont l'art de faire des bâtiments superbes, des meubles d'or et d'argent, des étoffes ornées de broderies et de pierres précieuses, des parfums exquis, des mets délicieux, des instruments dont l'harmonie charme, ils répondent en ces termes: "Ces peuples sont bien malheureux d'avoir employé tant de travail et d'industrie à se corrompre eux-mêmes! Ce superflu amollit, enivre, tourmente ceux qui le possèdent: il tente ceux qui en sont privés de vouloir l'acquérir par l'injustice et par la violence. Peut-on nommer bien un superflu qui ne sert qu'à rendre les hommes mauvais? Les hommes de ces pays sont-ils plus sains et plus robustes que nous? Vivent-ils plus longtemps? Sont-ils plus unis entre eux? Mènent-ils une vie plus libre, plus tranquille, plus gaie? Au contraire, ils doivent être jaloux les uns des autres, rongés par une lâche et noire envie, toujours agités par l'ambition, par la crainte, par l'avarice, incapables des plaisirs purs et simples, puisqu'ils sont esclaves de tant de fausses nécessités dont ils font dépendre tout leur bonheur."

Mon problème est que je ne vois pas quel argument utilisé pour critiquer un pays utopique. A part pour le fait qu'il ne change jamais / ne fait aucun progrès technique et scientifique.

Merci beaucoup de votre aide

2

Vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Écrivez le discours d’adieu que vous prononcez devant les habitants...

Bonjour Natria,

C'est le sujet du dernier EAF.

Tu as bien vu sur quoi pouvait porter la critique : une terre enfermée dans son passé. Il faut donc développer des contre-arguments. Fénelon prétend que les arts, les techniques ont entraîné de vicieuses déviances.

Regarde cette page du site : https://www.etudes-litteraires.com/bac- … e-s-es.php

A toi de prendre le contrepied !

Vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Écrivez le discours d’adieu que vous prononcez devant les habitants...

Et bien voici le sujet de bac de Français pour les séries S/ES ( en tout cas S c'est sur ). J'ai moi même fait l'écriture d'invention au bac ou j'ai eu 7/20 ( en fait j'avais mal compris le sujet ).
Maintenant que j'ai compris le sujet je vais pouvoir répondre convenablement.

Déjà je pense qu'il y a plusieurs choses possible à faire :

Ne pas critiquer l'utopie elle même mais ce qui l'entoure. Il y a dans les autres pays Guerre famine ou autre mais celui ci reste renfermé sur lui même et est égoïste. Les habitants s'entraident mais ils n'aideront jamais les pays alentour.

Il y aussi la possibilité d'un perspective d'avenir : le pays est voué à l'échec n'évoluant pas de la même manière qu'un peuple normal.

Le pays ne peut pas faire d'échange avec les autres pays pour les deux raisons cités au dessus, si il y a un problème de sécheresse ou autre qui ferait que leur récoltes ou élevage périssent, ils n'auraient aucun moyen de survivre ne pouvant pas échanger à un autre peuple sous peine de perdre tout ce pour quoi ils se sont battu c'est à dire perdre tout une utopie en perdant leurs richesses...

Je pense qu'il y a bien d'autres choses à dire comme une décadence d'un peuple n'utilisant que l'or pour tout les métiers... Mais je ne vois pas grand chose d'autre...

Vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Écrivez le discours d’adieu que vous prononcez devant les habitants...

Ah, l'écriture d'invention, un bien dangereux sujet... Souvent très mal noté, car considéré comme "sujet de paresseux".

En effet, il faudrait creuser sur le fait que ce pays échappe à la réalité des choses. Pour quelqu'un qui a vécu à l'extérieur, difficile de se conformer à un tel mode de vie, les habitants étant très peu concernés par ce qui les entoure... Culpabilisant, même.

On peut également critiquer le fait qu'ils soient si renfermés sur eux-mêmes, ce qui est assez malsain en soi. Ils sont donc obligés de pratiquer l'endogamie, ce qui, à long terme, peut causer des malformations, etc. Et bien entendu, ils ne se renouvellent pas.

Une phrase peut être intéressante à relever : "car ils ne veulent souffrir que les arts qui servent aux véritables nécessités des hommes" ; ce mode de vie exclut donc tout art jugé "inutile" tel que la musique, la peinture, et j'en passe. Les habitants de la Bétique passent donc à côté de beaucoup de choses... Ils sont certes heureux, mais ne manque-t-il pas quelque chose à cette plénitude ? On en revient également à cette question de se renouveler : ils n'apprenent rien de nouveau, ne découvrent rien de nouveau... Et là encore, du point de vue du visiteur, cette vie est fade, terne, ennuyeuse comparée à celle du monde extérieur.

Pour ce qui est de leur décadence... Il faut être attentif, et donner de bons arguments.

J'aurais beaucoup d'autres choses à dire, mais il est tard et je crois que nous avons tous donné les principales possibilités, Jean-Luc le premier. Sur ce, bonne nuit à tous.

Vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Écrivez le discours d’adieu que vous prononcez devant les habitants...

Merci pour vos réponse sa m'a vraiment aider. 
Me reste plus qu'a mettre mon texte au propre.