L'imparfait narratif et passé simple

Bonsoir,

Je voudrais savoir comment je peux reconnaître si je dois utiliser l'imparfait narratif ou le passé simple.

Merci d'avance.

L'imparfait narratif et passé simple

Bonsoir.

Il n'y a aucune obligation stricte d'employer un imparfait de narration au lieu d'un passé simple.

C'est un effet de style, utilisé pour souligner un moment du passé un peu comme par un "arrêt sur image" dans un film. Il est habituellement annoncé par une indication temporelle précise :

"Sans attendre la fin de la dernière course, il partit avec sa fiancée pour l'aérodrome du Bourget. A six heures, ils arrivaient à Londres, et à sept heures, ils étaient mariés." (M. Aymé)

Relis aussi cette discussion dans laquelle je t'avais déjà donné quelques précisions.

L'imparfait narratif et passé simple

Merci beaucoup:)

J'ai lu à propos de ce sujet, mais dans mon livre il y a beaucoup d'exemples où le passe simple est utilisé dans ce type de phrase. C'est la raison pour laquelle j'ai commencé à penser qu'il y a une règle à ce sujet.

L'imparfait narratif et passé simple

Bonjour à tous,
Il y a longtemps que je suis sur le forum. J’ai une question – il s’agit de l’usage de l’imparfait dans le récit d’un roman du passé. Normalement, on emploie l’imparfait comme toile de fond ou arrière plan pour des descriptions du passé où pour exprimer les choses habituelles où bien les actions itératives du passé. En général, le temps avance avec le passé simple et stagne avec l’imparfait
Mais de temps en temps, certains auteurs, au lieu d’employer le passé simple emploient  l’imparfait pour exprimer des actions qui ne sont ni  habituelles ni itératives et qui avaient lieu une fois seulement. Ils emploient même l’imparfait pour exprimer une succession d’actions. George Simenon n’écrit pas :-
La clef tourna dans la serrure de la porte d’entrée. M. Chabot retira son pardessus qu’il accrocha au portemanteau, pénétra dans la cuisine et s’installa dans son fauteuil d’osier.
Mais il écrit :-

« La clef tourna dans la serrure de la porte d’entrée. M. Chabot retirait son pardessus qu’il accrochait au portemanteau, pénétrait dans la cuisine et s’installait dans son fauteuil d’osier. » Simenon, La danseuse du Gai-Moulin.

Les grammairiens appellent cet usage, l’imparfait narratif ou l’imparfait pittoresque.
Etant étranger, je voudrais vous demander (vous les français) quelle nuance vous sentez par cet usage de l’imparfait. Quelle nuance devrais - je sentir – en ce moment je sens que  le temps ralentit comme un film au ralenti.
Merci
Hywel

L'imparfait narratif et passé simple

Bonjour et bienvenue.

La clef tourna dans la serrure de la porte d’entrée. M. Chabot retirait son pardessus qu’il accrochait au portemanteau, pénétrait dans la cuisine et s’installait dans son fauteuil d’osier.

Quelle nuance devrais- je sentir – en ce moment je sens que  le temps ralentit comme un film au ralenti.

C'est quasiment cela. La grammaire Riegel commente ainsi  cet imparfait narratif : "Le fait est envisagé de l'intérieur, dans son déroulement, à la manière d'un arrêt sur image."

L'imparfait narratif et passé simple

Bonjour à tous,
Jehan, merci beaucoup pour la réponse.

Dans « Remise de peine » de Patrick Modiano il écrit d’une période de son enfance quand lui et son jeune frère vivaient dans un village en dehors de Paris. Sa mère, étant actrice, faisait un tour de l’Afrique du nord avec une compagnie de théâtre. C’étaient des amies  de sa mère qui s’occupaient d’eux. Modiano emploie presque toujours l’imparfait et pour moi il est difficile de distinguer entre un imparfait pour exprimer des actions itératives  et l’imparfait narratif.
Dans un chapitre :-

Les jeudis et les samedis Annie nous emmenait à Paris … Nous suivions l’autoroute…. Nous passions sous le tunnel…. Nous traversions le pont…

Je comprends ou suppose que ces occasions sont itératives.
Mais dans un autre chapitre :-

Annie m’emmenait dans un autre quartier de Paris…..Elle arrêtait la quatre chevaux  devant un petit immeuble blanc. Elle me disait d'attendre. Elle n'en aurait pas pour longtemps. Elle entrait dans l'immeuble. Je me promenais sur le trottoir de l'avenue…..

Moi, je ne sais pas si l’imparfait ici est l’imparfait narratif ou non. Surtout quand il y a des discours qui doivent avoir lieu,  chacun une seul fois :-

Elle sortait de l'immeuble avec Roger Vincent. Il me souriait. Il feignait de me rencontrer par hasard.
-    Tiens ... Qu'est-ce que tu fais dans le quartier?
Nous marchions tous les trois sur le trottoir. Sa voiture américaine n'était pas garée devant chez -  lui, et je lui ai demandé pourquoi.
- Je la laisse au garage d'en face...

Que pensez-vous ?
Merci
Hywel

7

L'imparfait narratif et passé simple

bonsoir tout le monde,
j'ai un doute concernant la valeur de l'imparfait dans cette phrase: "il tournait sur lui meme, soulevait une main pour saluer ses camarades, soulevait l'autre alternativement, marchait à grands pas tout en faisant des gestes larges avec ses bras"

je pense que c'est un imparfait narratif puisqu'on a des verbes d'action / C 'est un imparfait descriptif