Apollinaire, Marie

Bonjour à tous.

Mon oral approche, et je suis prête pour mes 19 textes. En ce qui concerne le 20e, j'ai un peu plus de mal. Il s'agit de "Marie", d'Apollinaire:

Marie

Vous y dansiez petite fille
Y danserez-vous mère-grand
C'est la maclotte qui sautille
Toutes les cloches sonneront
Quand donc reviendrez-vous Marie

Les masques sont silencieux
Et la musique est si lointaine
Qu'elle semble venir des cieux
Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine
Et mon mal est délicieux

Les brebis s'en vont dans la neige
Flocons de laine et ceux d'argent
Des soldats passent et que n'ai-je
Un coeur à moi ce coeur changeant
Changeant et puis encor que sais-je

Sais-je où s'en iront tes cheveux
Crépus comme mer qui moutonne
Sais-je où s'en iront tes cheveux
Et tes mains feuilles de l'automne
Que jonchent aussi nos aveux

Je passais au bord de la Seine
Un livre ancien sous le bras
Le fleuve est pareil à ma peine
Il s'écoule et ne tarit pas
Quand donc finira la semaine.

Mon professeur nous a posés quelques questions sur ce poème, mais nous n'y avons jamais répondu. Même après l'étude du poème, je n'arrive pas à établir deux axes pour chacune de ces questions :

1) Souligner l'originalité de ce texte
2) En quoi consiste la réflexion de ce texte?
3) Caractériser la femme dans ce texte

Evidemment se sont des questions à titre d'exemple, mais je serai rassurée d'avoir une idée de réponse. Merci d'avance!

Apollinaire, Marie

Bonsoir,

Le plan que j'adopterais serait le suivant (j'omets les exemples évidents, si vous le voulez bien) :

1° La "modernité" du poème (attention, il date de 1911 - 1912!)
- Pas de ponctuation
- Enjambements multiples, même d'une strophe à l'autre
- Pas de rimes régulièrement disposées (les strophes sont du reste des quintils, il y a donc un vers qui reste "orphelin"). Certaines rimes sont approximatives ou "osées" Ex : "que n'ai-je"
- Pas de fil conducteur parfois : on cite souvent le cubisme pour donner une image du style d'Apollinaire, qui juxtapose les images (défi à l'explication "linéaire"!) Il y a même rupture dans l'écriture : ainsi on passe brusquement au "récit" au début de la dernière strophe...

Remarque : attention à ne pas paraître ici n'aborder que la forme; vous pouvez toujours dire que ce plan reproduit vos impressions quand vous avez découvert le poème : un texte "difficile", qui semble résister d'abord à l'interprétation!

2° La mouvance de l'amour (et non l'image de la femme!!!)
- Y a -t-il un retour possible de Marie? Un futur de l'amour? (strophe 1)
- Tout fuit : images des brebis, des soldats, de l'eau, des symboles de l'être aimé : cheveux, mains (strophes 3, 4 et 5) (Notez le renversement de l'image classique : ce ne sont pas les feuilles qui jonchent (le sol), ce sont les aveux qui jonchent les mains (ou les feuilles)!
- Cette fuite est irréversible : l'amour fuit vers un "ailleurs" (strophe 2)

3° Seule la conscience demeure...
- Le souvenir à la fois mélancolique (strophes 3 et 5), existentialiste  (il n'y a pas de "clé" : strophe 2), existentiel (strophe 3 "que n'ai-je/un coeur à moi")
- La résignation (fin de la strophe 2), mais celle-ci ne suffit pas...
- L'ivresse douloureuse que l'on voudrait voir finir (dernier vers)

Conclusion
La mouvance de l'écriture est à l'image de la mouvance des souvenirs, des espoirs, du flux perpétuel du monde... Seule la conscience introduit un peu de permanence, sans être une solution... On peut rapprocher ce poème du "Pont Mirabeau", un des miracles de la poésie française... c'est moi qui le dis!!!)
Bonnes révisions! (Je ne me relis pas, il y a peut-être des fautes!!!)Si vous voulez des compléments d'explication, n'hésitez pas!!!

Apollinaire, Marie

Merci, ça m'aide déjà beaucoup

Pourriez-vous résumer ce poème en quelques lignes? Si j'ai bien compris: absence de la femme, espoir du poète de la voir revenir, fuite de cette femme (?), fuite du temps... ?

J'aurai une autre question. Certains parlent de "musique" dans ce poème. Cela se rapproche t-il du fait de "l'effet" de comptine de la première strophe ? Ou bien cela s'étend-il davantage tout au long du poème? Si oui, comment?

Et quelle interprétation pouvons nous faire de "les aveux jonchent les mains" ?

Merci d'avance!

Apollinaire, Marie

Ce poème n'est pas un poème "d'amour"! Il n'y a aucun espoir - ou alors celui-ci est fugitif, aussitôt balayé par des pensées moins souriantes - de revoir l'être aimé! (Soit dit en passant, Apollinaire fut largement responsable de la rupture avec Marie Laurencin, envers laquelle il s'était montré infidèle, presque violent, et, comble de la cuistrerie, jaloux!!!) (Ici comme ailleurs, l'homme est infiniment inférieur à son oeuvre!!!) Par contre, l'amour en soi - l'amour de toutes les femmes -peut être un manière d'accéder à une certaine fixité de l'être par delà l'inconstance de toute chose : un recueil est du reste titré : "vitam impendere amori", sorte de devise qui signifie : "consacrer sa vie à l'amour"
Pour ce qui est de la musique, oui, celle-ci est une composante importante de sa poésie; les poèmes d'Apollinaire prennent souvent la forme d'une complainte, d'une chanson (cf "Chanson de mal-aimé") ou d'une comptine; la musique est à la fois symbole de gaité, de jubilation  et de nostalgie : vous avez raison de citer la première strophe de "Marie"...
Si les aveux "jonchent" les mains, c'est qu'ils sont comme des feuilles qui tombent et périssent ou s'envolent au vent...

Une mise en garde : Apollinaire est un auteur difficile; il faut être prudent quand on risque une interprétation le concernant, et l'examinateur vous saura gré de cette prudence...
Et surtout, ne dévalorisez pas ce poète, je l'aime beaucoup... Merci pour lui!

5

Apollinaire, Marie

En complément de ce qui a déjà été dit :

Sur l'aspect musical, il y a la première strophe, mais il faut aussi regarder tout le travail des sonorités, des répétitions, des reprises de termes d'un vers à l'autre. Certes les rimes ne sont pas toujours strictement respectées mais la musicalité est présente à travers tous ces effets. Enfin, il faut aussi cité la référence dans le texte à la musique avec les cloches qui "sonneront", la "musique". Cette musique accompagne le lyrisme, l'élégie du poème.
J'ajouterai qu'à mon sens, il faut absolument commenter les temps dans le poème qui révèlent le changement tant évoqué par l'auteur.  Le terme "changeant" est d'ailleurs utilisé dans le texte et tout un tas de mot et de figures de styles évoquent ce changement. J'insisterai donc sur les futurs et les présents. Je commenterai d'ailleurs aussi la construction du texte avec le changement évoqué en plein milieu pour passer ensuite à une évocation plus "mère grand". J'interprète avec précaution l'utilisation du passé mais je dirais qu'au cours d'une promenade dans Paris, une musique/danse a évoqué au poète une réféxion sur le changement lié à son amour (voir les premiers vers). D'où le fait que la musique soit loin etc.
Enfin, pour compléter, j'irai jusqu'à commenter de façon un peu plus approfondie "Les masques sont silencieux/Et la musique est si lointaine /Qu'elle semble venir des cieux""Le fleuve est pareil à ma peine /Il s'écoule et ne tarit pas" en faisant le parallèle avec la poésie lyrique et l'inspiration poétique.

Apollinaire, Marie

Pommeraie,

Tes analyses sont fort intéressantes, mais on ne saurait tout dire à une candidate qui cherchait au départ de simples pistes de "lecture méthodique"!!!

Apollinaire, Marie

Par contre, l'amour en soi - l'amour de toutes les femmes -peut être un manière d'accéder à une certaine fixité de l'être par delà l'inconstance de toute chose : un recueil est du reste titré : "vitam impendere amori", sorte de devise qui signifie : "consacrer sa vie à l'amour"

Sorte de parodie de ce très cher Jean-Jacques ?

Apollinaire, Marie

Sullivan,
Excuse-moi, mais je ne comprends pas ce que tu veux dire!
Cordialement.J'ai compris!

Pardonne-moi, mais j'avais cru que c'était une méchanceté adressée à moi! (!!!) Non, je ne crois pas qu'il y ait ici parodie, mais un écho certain.

9

Apollinaire, Marie

Bonjour je passe mon oral demain et je n'arrive pas à trouver la réponse à :
Comment ce poème renouvelle-il des thèmes fréquents en poésie?

En effet je n'ai fait qu'une étude linéaire et je n'arrive pas à trouver des axes, s'il vous plait aidez moi!

Apollinaire, Marie

Bonsoir.

Tu pourrais lire le message n°2 de cette discussion...
La réponse donnée par jacquesvaissier devrait t'aider.