Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonjour

Une chemise vert et blanc
Une chemise verte et blanche

Si le sujet est de nombre pluriel, pas de problème.

Mais dans ces deux exemples avec un sujet au singulier ?

Grevisse accepte les deux, mais il semble par ailleurs ne pas y avoir d’entente cordiale ! et avez-vous des informations précises à partir de manuels que je ne possède pas forcément.

Que dit HANSE  par exemple ?

Je pense qu’il faut parfois tenir compte de l’harmonie des sons dans la phrase !
Mais surtout si vous répondez ne prenez pas d’adjectifs épicènes : rouge, jaune… la question dans ce cas ne se posant plus.

@

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonsoir !

* Une chemise vert ET blanc.
* Une chemise verte ET blanche.

En L’ABSENCE DE COORDINATION, l’invariabilité est acquise.
* Des étoffes rouge foncé. (Académie)
* Une soie tendre, bleu ciel ou vert pomme. (Zola)

En COORDINATION, il y a effectivement un peu de confusion.
* Une voiturette […] jaune et vert. (Sabatier)
* Une glace vert et rose. (Modiano)
* Une écharpe rouge et blanche. (Thérive)
* La grande affiche bleue et blanche. (Déon)
Au SINGULIER, il semble qu’on a le choix, mais je préconiserais l’invariabilité, telle qu’elle existe en l’absence de coordination.
* Une chemise vert ET blanc.

Au PLURIEL, on retrouve les mêmes aléas, mais l’invariabilité et l’accord n’ont pas la même signification ; le choix devrait donc dépendre du sens.
* Des drapeaux blancs et bleus. (= Les uns blancs et les autres bleus.)
* Des drapeaux blanc et bleu. (= Ils sont tous bicolores.)
Pour éviter une équivoque, Hanse suggère d’écrire dans le premier cas :
* Des drapeaux blancs ET des bleus.

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonjour Edy

Je me doutais bien que vous viendriez en débattre et je vous en remercie.
Depuis la rédaction de mon post, j’ai visité tout le Web ou presque mais avec des résultats très divers et parfois contradictoires. La vérité n’est donc pas sortie du puits du web et avec acharnement (mes origines de sang montagnard) j’ai repris notre Grevisse.

A priori j’avais le même sentiment que vous (dont je ne me suis pas ouvert afin de ne pas influencer les éventuelles réponses), à savoir l’invariabilité des deux adjectifs de couleur. A posteriori je ne suis plus aussi sûr !

J’ai en premier repris les règles d’accord des adjectifs de couleur, sur le seul accord masculin-féminin, et en ne prenant que des adjectifs de couleur de base donc variables à l’occasion. Voici en termes télégraphiques l’historique de mon cheminement :

- La maison neuve > la maison grande > la maison neuve et grande.
.- La maison est neuve > avec attribut donc obligatoirement accord > la maison est neuve et grande. (Cité pour mémoire, et pour me donner bonne conscience).

- ADJECTIFS DE COULEUR

La voiture blanche > la voiture noire > la voiture blanche et noire

Jusque-là c’est limpide comme de l’eau de roche et je me suis appuyé sur le paragraphe 541 où est traité le syntagme adjectif + et + adjectif.
Mais j’ai éliminé d’entrée le premier paragraphe « les adjectifs sont invariables » qui traite uniquement de noms au pluriel.

- Par contre dans le paragraphe suivant « les adjectifs varient » j’ai découvert deux exemples répondant à ma question du départ : Jeunes Anglais portant la Military Cross, violette et blanche (Maurois), exemple précédé d’un autre : Une écharpe rouge et blanche (de Thérive que vous citez).

Un premier constat, consiste à reprendre votre phrase « En COORDINATION, il y a effectivement un peu de confusion. » Et d’ajouter que l’usage hésitant sur cet accord, aucune réponse n’est fautive et que rester invariable peut éviter des ambiguïtés".(ou ambigüité d’après graphie rectifiée) .

MAIS, j’ai surtout découvert car je l’avais allègrement sauté jusqu’à ce jour, le NB de la fin de ce 541, où il est dit : « les adjectifs de couleur dont il n’a pas été question dans ce § 541 varient naturellement, comme des adjectifs ordinaires »

Et je me suis accroché à cette bouée pour maintenant écrire :

Une chemise verte ET blanche.

Après ce long récit, je serais particulièrement heureux de connaître votre avis sur mes élucubrations grammaticales.

Avant de laisser mes index refroidir un peu, je vous dis @micalement.

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Mes index refroidis je reviens vers vous, pour connaître votre sentiment sur un sujet qui me démange.

Pour faire suite à ces recherches sur l’accord des adjectifs de couleur.

Je voudrais faire-part de mon doute quant aux innombrables citations qui accompagnent les règles, exceptions et remarques rencontrées à titre d’exemples, dans tout manuel qui se respecte.

Outre le caractère parfois rébarbatif que ce vocabulaire inspire aux débutants, je me pose la question suivante :
   
       Tous ces auteurs vénérables et «incontestés » n’auraient-ils pas simplement commis des erreurs d’orthographe, sciemment ou inconsciemment ? Sciemment dans un but de provocation (mais eux seuls le savent vraiment), ou inconsciemment, car entre la plume facile, les idées prolifiques d’une part et l’ignorance de certaines règles grammaticales d’autre part je ne sais où se situent les barrières.

Ces gens-là qui étaient souvent reçus au salon des notables, manifestaient certainement une certaine arrogance dans l’art de s’exprimer et pouvaient s’estimer au-dessus des lois grammaticales. C’est tout de même bizarre qu’à des époques où la langue française était bien en cour, il y ait eu autant de citations contradictoires.

Personnellement, je crois qu’essayer de tirer la vérité à travers ces écrits fluctuants  suivant les auteurs, ne peut que compliquer la recherche des solutions et surtout place les règles de base en porte à faux. L’accord des participes est à mes yeux révélateur de cet état.

J’espère que ce post attirera de nombreuses remarques, chacun de nous ayant ses propres sensibilités.
@

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonsoir, Henry !

Deux extraits de mon livre :
* Les grands écrivains n’ont jamais été faits pour subir la loi des grammairiens, mais pour imposer la leur, et non pas seulement leur volonté, mais leur caprice. (Claudel)
* C’est à l’audace de leurs fautes de grammaire que l’on reconnaît les grands écrivains. (Montherlant)
Beaux exemples, en vérité ! Même si ce ne sont que des provocations, qu’ils se gardent d’ailleurs bien de mettre en application.

Votre curiosité a piqué la mienne ; je suis allé voir le Robert, Difficultés du français.

Les adjectifs de couleur sont invariables lorsqu’ils sont « ASSOCIÉS à un autre adjectif ou à un substantif qui les NUANCE ».
* Des robes rouge sombre.
* Des maisons bleu-vert.
On se rappellera au passage que le trait d’union s’emploie entre les adjectifs de COULEUR FRANCHE : bleu-vert, mais gris perle, bleu roi, bleu nuit.
Vous observerez que l’ASSOCIATION implique à la fois la juxtaposition (avec ou sans trait d’union) et la coordination avec ET. Nous reviendrons sur le ET.

GREVISSE EST PLUS EXPLICITE :
1 adjectif + adjectif subordonné :
* des étoffes rouge foncé, des carreaux vert-jaune (j’ai inséré le trait d’union),
2 adjectif subordonné + adjectif :
* une redingote gros (sic) bleu,
3 adjectif + nom :
* une soie bleu ciel ou vert pomme,
4 adjectif + de + nom :
* une soie gris de lin.

Reste ce qui nous préoccupe : ADJECTIF + ET + ADJECTIF.
Grevisse, je l’ai dit, donne des citations dans les deux sens :
* Une voiturette […] jaune et VERT. (Sabatier)
* Une glace VERT et rose. (Modiano)
* Une écharpe rouge et BLANCHE. (Thérive)
* La grande affiche BLEUE et BLANCHE. (Déon)
Il donne personnellement le choix SELON QU’on considère qu’il s’agit d’une seule indication ou de deux indications distinctes. Je crois pouvoir interpréter :
1 invariabilité si les couleurs SE FONDENT pour former une nuance,
2 accord si elles RESTENT VISIBLES comme dans un patchwork.

Par parenthèse, je me permets de faire remarquer que la fin du n°541 est sans pertinence : « Les adjectifs de couleur dont il n’a pas été question dans ce paragraphe varient naturellement, comme les adjectifs ordinaires : une voiture verte. »
Pourquoi sans pertinence ? Parce que les adjectifs invariables dont il a été question sont uniquement ceux que j’ai détaillés ci-dessus (1 à 4 et la suite). Grevisse a simplement voulu dire que les adjectifs s’accordent lorsqu’ils NE SONT PAS COMPOSÉS. Comme si nous avions un doute !

Alors ? UNE CHEMISE VERTE ET BLANCHE ? UNE CHEMISE VERT ET BLANC ?
Cette chemise va finir par nous donner des « boutons »…

Je vais donc conclure :
1 Pourquoi ne pas dire plus simplement « UNE CHEMISE VERT-BLANC », avec trait d’union, puisque cette construction ne présente pas de difficulté. J’ai en effet cité plus haut « DES MAISONS BLEU-VERT ».

2 Si l’on veut absolument GARDER LA CONJONCTION ET, je suggérerais :
a) l’invariabilité si c’est une nuance : une chemise VERT et BLANC,
b) l’accord si c’est un patchwork : une chemise VERTE et BLANCHE.

MAIS si je me réfère au Robert, l’INVARIABILITÉ DEVRAIT QUAND MÊME ÊTRE PRÉFÉRÉE, et c’est le conseil que j’avais d’ailleurs donné :
* Des chiens noir et blanc. (J’ajoute : une chienne noir et blanc.)
* Des écussons noir et feu.
* Des lambris noir et or.
* Des drapeaux bleu, blanc (et) rouge. (J’ai ajouté le et.)

Je rappelle cependant qu’au pluriel « des chiens noirs et blancs » signifierait qu’il y a des chiens noirs et des chiens blancs. D’où le conseil de Hanse : « des chiens noirs et des blancs ».

L’avantage de la grammaire, c’est qu’on peut travailler sur des classes sans guère s’occuper de la réalité ; en effet, je demande à voir cette fameuse CHEMISE VERT-BLANC…

Cordialement vôtre,
Edy

6

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonjour,

à ce titre, j'aimerais comprendre pq "marron" est invariable quand il est adjectif au même titre que "orange" ou "rose".
Dans la logique qui serait "parce qu'il est aussi nom commun", je ne comprends pas alors pq "bleu" ne le serait pas aussi. Un bleu est un télégramme après tout...

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonjour Jérémy aux mille questions,

Ton télégramme "un bleu" est un télégramme écrit sur un papier couleur "bleu", (donc un adjectif !) c'est une métonymie (ou une synecdoque, va savoir !    ).

Muriel

8

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

On peut aussi dire un "bleu de travail", ou "bleu de chauffe". C'est une bonne question Jérémy !
La langue française contient tellement de subtilités et d'exceptions dont nous, amoureux de la langue de Molière, tentons de percer les mystères, en vain bien souvent.

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Bonjour.

Un mot qui est à l'origine un adjectif de couleur (bleu) peut effectivement se substantiver : le bleu du ciel, un bleu (un télégramme, une trace de coup, une salopette, un novice ) voire se transformer en adverbe (rire jaune, voir rouge...).

Un nom utilisé comme adjectif de couleur reste invariable en général: des yeux marron, des pantalons garance, des complets anthracite, des crayons orange, etc.

Mais quelques-uns de ces noms (très peu en vérité) sont toutefois sont devenus variables comme de vrais adjectifs: des tissus mauves, des crevettes roses, des pelages fauves...

Eh oui, la langue française nous en fait voir de toutes les couleurs !

10

Deux adjectifs de couleur coordonnés par et

Il me semble que les nouvelles directives orthographiques accordent l'adjectif de couleur, même s'il a pour origine un nom.