Exercice sur les articles

Bonjour,

Je serai reconnaissante de me corriger.
Merci d'avance.

Lorsque j’ouvris les yeux, il faisait - jour; ma voisine dormait encore, et j’en
profitai pour l’examiner discrètement. C’était ce que l’on appelle une belle femme, et elle
devrait peser dans -? cent quarante kilos. Son corps généreux était vêtu d'une robe de soie à fleurs rouges et verts. Ses chaussures - rouge vif - se trouvaient pour un moment assez loin des pieds auxquels elles étaient destinées. Ses cheveux, un noir brillant, soyeux, étaient soigneusement coiffés en petites boucles qui recouvraient toute la tête. Pour couronner le tout, la voyageuse portait un chapeau de paille sur lequel on avait fixé un échantillonnage à peu près complet de la faune et de la flore d'Argentine. Ses mains, croisées sur ses genoux en un geste pudique, portaient les traces qu’y avaient laissées des travaux ménagers quotidiens; mais, comme c’est souvent le cas chez les personnes très fortes, elles étaient petites et de formes exquises.
Tandis que je poursuivais avec une discrétion relative mon examen, ma voisine poussa un ultime soupir et, ouvrant ses grands yeux sombres promena autour d’elle le regard un peu vague d'un nourrisson qui sort d'un long sommeil. Puis son attention s’arrêta sur moi, et une mille fossettes de sourire apparurent sur son large visage. Lorsque le steward nous apporta le petit déjeuner, elle se précipita sur son sac avec l'intention de payer son repas. Comme on lui expliquait que toutes les consommations étaient gratuites, elle se répandit en exclamations de la joie, et l’on aurait pu croire, à l’entendre, qu’il s’agissait, non d'un malheureux café servi dans un timbale de carton, mais le meilleur champagne du monde.
Bientôt les ampoules rouges s’allumèrent pour nous avertir que l'appareil se préparait à atterrir et, une fois de plus à faire le plein d’essence.

Exercice sur les articles

Lorsque j’ouvris les yeux, il faisait - jour; ma voisine dormait encore, et j’en
profitai pour l’examiner discrètement. C’était ce que l’on appelle une belle femme, et elle
devrait peser dans les cent quarante kilos. Son corps généreux était vêtu d'une robe de soie à fleurs rouges et vertes. Ses chaussures - rouge vif - se trouvaient pour le moment assez loin des pieds auxquels elles étaient destinées. Ses cheveux, d'un noir brillant, soyeux, étaient soigneusement coiffés en petites boucles qui recouvraient toute la tête. Pour couronner le tout, la voyageuse portait un chapeau de paille sur lequel on avait fixé un échantillonnage à peu près complet de la faune et de la flore d'Argentine. Ses mains, croisées sur ses genoux en un geste pudique, portaient les traces qu’y avaient laissées les travaux ménagers quotidiens; mais, comme c’est souvent le cas chez les personnes très fortes, elles étaient petites et de formes exquises.
Tandis que je poursuivais avec une discrétion relative mon examen, ma voisine poussa un ultime soupir et, ouvrant ses grands yeux sombres promena autour d’elle le regard un peu vague d'un nourrisson qui sort d'un long sommeil. Puis son attention s’arrêta sur moi, et une mille fossettes de sourire apparurent sur son large visage. Lorsque le steward nous apporta le petit déjeuner, elle se précipita sur son sac avec l'intention de payer son repas. Comme on lui expliquait que toutes les consommations étaient gratuites, elle se répandit en exclamations de la joie, et l’on aurait pu croire, à l’entendre, qu’il s’agissait, non d'un malheureux café servi dans une timbale de carton, mais du meilleur champagne du monde.
Bientôt les ampoules rouges s’allumèrent pour nous avertir que l'appareil se préparait à atterrir et, une fois de plus à faire le plein d’essence.

Exercice sur les articles

Merci beaucoup Anne:)

J'ai encore des questions à propos de mes fautes.
Merci d'avance

elle devrait peser dans les cent quarante kilos=quel est la signification de cette phrase?

Ses cheveux, d'un noir brillant, soyeux, étaient soigneusement coiffés en petites boucles qui recouvraient toute la tête. =la même question

mille fossettes de sourire = pourquoi sans article?

exclamations de joie=pourquoi de au lieu de "de la"?

Exercice sur les articles

Bonjour.

Elle devrait devait peser dans les cent quarante kilos.
=  On pouvait penser que son poids était de cent quarante kilos environ. Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins. Mais son poids était proche de cent quarante kilos.

Ses cheveux, d'un noir brillant...
=   un noir brillant = une couleur noire brillante. Les cheveux avec une couleur noire brillante. 

mille fossettes de sourire
exclamations de joie

Absence d'article. Valeur générale du nom.
Cela suffit à comprendre par quoi sont provoquées les fossettes ou les exclamations.

Exercice sur les articles

Merci Jehan:)

Exercice sur les articles

Bonjour !

- Peser dans les cent quarante kilos = Peser environ/à peu près cent quarante kilos.

- Les cheveux d'un noir brillant : le mot "d'un" sert à l'esthétique, et sert ici aussi à définir la couleur.
On ne peut pas juste dire "les cheveux d'un noir étaient coiffés"... il faut utilisé un adjectif comme "brillant, soyeux" etc...
Dans le même genre, on peut dire "un enfant d'une intelligence vive", "un motif d'une symétrie parfaite" etc...


- Mille fossettes de sourire : "sourire" est utilisé de manière très générale, ce n'est pas un sourire en particulier, donc on n'utilise pas "du". C'est comme un matériau en fait ; de même, on dit un château de sable, un as de trèfle etc...

- Exclamations de joie : c'est difficile à expliquer, c'est un peu comme l'histoire des fossettes ; c'est comme si la joie était le "matériau" des exclamations, donc comme pour un mur de pierres, on parle d'exclamations de joie, et non de la joie.


J'espère avoir pu t'aider, mais honnêtement, ce sont juste des règles de grammaire, il n'y a pas forcément de raison précise derrière cela.



edit : je viens de voir que tu avais eu une réponse entre temps, mais peut-être que mon message peut préciser un peu ?

Exercice sur les articles

Merci beaucoup Naelia. C'est une grande aide pour moi:)
La première phrase était la plus bizarre pour moi.

Je pense que les exclamations de joie fonctionnent comme "mourir de joie". J'ai pensé que ce cas existe seulement s'il s'agit de "V+NOM"
mourir de joie= je meurs parce que je suis joyeuse.

Exercice sur les articles

Oui, c'est exact, on peut dire "mourir de joie", "s'exclamer de joie"...
Contente d'avoir pu t'aider

Exercice sur les articles

Encore une fois, je suis obligée de demander de l'aide.

Merci d'avance de me corriger.

Bruno, fidèle ami. Je ne l’ai pas suffisamment décrit. Suffit-il de dire qu’il est indescriptible ? Non. Je préfère - essayer  et échouer qu'à ne pas essayer du tout. Le duvet follet de ses cheveux blancs frémissait doucement - son crâne tel un pissenlit de vent. Bien des fois, Bruno, j’ai été tenté de souffler sur ton crâne et de faire un voeu. Seul un dernier reste la bienséance m’en empêche. Ou peut-être devrais-je commencer à décrire ta taille qui n’est vraiment pas grande. Les meilleurs jours, c’est tout juste si tu m’arrives une poitrine. Ou je devrais peut-être commencer par les lunettes que tu as trouvées dans une boîte et que tu t’es appropriées, d' énormes machins ronds qui agrandissent tes yeux affreusement, des lunettes de femme, Bruno ! Je n’ai jamais eu le coeur de te le dire. Un jour, j’ai pourtant essayé de te décrire : Il était une fois un garçon. Il vivait dans un village qui n’existe plus, dans une maison qui n’existe plus, au bord d'un pré qui n’existe plus, où tout a été découvert et où tout était possible. Un bâton pouvait être -épée. Un caillou pouvait être le diamant le plus précieux. Sa maison était séparée par le pré de celle d'une fille qui n’existe plus. Ils ont inventé des milliers de jeux. Elle était - reine. Dans une lumière automnale, sa chevelure brillait comme une couronne. Quand le ciel s’assombrissait, ils se séparaient avec - tristesse, ils partaient avec des feuilles dans les cheveux, sans un mot dire, ses yeux remplis d' amour.

Exercice sur les articles

Bruno, fidèle ami. Je ne l’ai pas suffisamment décrit. Suffit-il de dire qu’il est indescriptible ? Non. Je préfère essayer et échouer que ne pas essayer du tout. Le duvet follet de ses cheveux blancs frémissait doucement - son crâne tel un pissenlit au vent. Bien des fois, Bruno, j’ai été tenté de souffler sur ton crâne et de faire un vœu. Seul un dernier reste de bienséance m’en empêche. Ou peut-être devrais-je commencer par décrire ta taille qui n’est vraiment pas grande. Les meilleurs jours, c’est tout juste si tu m’arrives à la poitrine. Ou je devrais peut-être commencer par les lunettes que tu as trouvées dans une boîte et que tu t’es appropriées, d' énormes machins ronds qui agrandissent tes yeux affreusement, des lunettes de femme, Bruno ! Je n’ai jamais eu le cœur de te le dire. Un jour, j’ai pourtant essayé de te décrire : Il était une fois un garçon. Il vivait dans un village qui n’existe plus, dans une maison qui n’existe plus, au bord d'un pré qui n’existe plus, où tout a été découvert et où tout était possible. Un bâton pouvait être une épée. Un caillou pouvait être le diamant le plus précieux. Sa maison était séparée par un pré de celle d'une fille qui n’existe plus. Ils ont inventé des milliers de jeux. Elle était reine. Dans une lumière automnale, sa chevelure brillait comme une couronne. Quand le ciel s’assombrissait, ils se séparaient avec tristesse, ils partaient avec des feuilles dans les cheveux, sans un mot dire, ses yeux remplis d' amour.