Programme des classes préparatoires

Bonsoir.

J'aimerais savoir à quoi m'attendre si jamais j'étais accepté en hypokhâgne l'année prochaine, d'où ma question. J'ai bien lu des remarques assez générales concernant l'absence de programme, mais il existe sûrement des points incontournables, et que les professeurs traitent, quel que soit l'établissement, non ?

- En histoire, quelles sont les périodes plus précisément abordées ?
- En philosophie, y a-t-il des notions à l'instar du programme de terminale ? Si oui, quelles sont les plus récurrentes ?
- En littérature, comment s'organisent les cours ? Par thèmes, ou bien encore par genres comme cela se fait en fac je crois ?

Et pour terminer, une dernière demande à vous soumettre (:D) : l'hypokhâgne est réputée être très formatrice d'un point de vue purement méthodologique. Alors j'aimerais savoir quels sont vos petits "trucs", si vous voyez ce que je veux dire (fiches, prise de note, mémorisation, etc.).

Merci d'avance pour vos informations et témoignages !Enfin... Pour les méthodes, je ne m'adresse pas uniquement aux (hypo)khâgneux ! Les fakheux, ou élèves d'autres filières ont sûrement des choses très intéressantes à partager.

Merci !

Programme des classes préparatoires

Ceres a écrit :

- En histoire, quelles sont les périodes plus précisément abordées ?
- En philosophie, y a-t-il des notions à l'instar du programme de terminale ? Si oui, quelles sont les plus récurrentes ?
- En littérature, comment s'organisent les cours ? Par thèmes, ou bien encore par genres comme cela se fait en fac je crois ?

Au moins trois des quatre grandes périodes (Antiquité / Moyen-Âge / Epoque moderne / Epoque contemporaine) en histoire.
L'histoire contemporaine, qui est la seule à figurer en khâgne et au concours (sauf bien entendu pour ceux qui choisissent en plus la spécialité histoire, et aussi pour les optionnaires de lettres classiques qui ont un enseignement d'histoire grecque et romaine de 2 ou 3h, uniquement pour l'oral, et toujours en khâgne), est généralement la plus étudiée. C'est celle que je vous invite à travailler, donc, que ce soit avant la rentrée ou pendant l'année. Les deux autres périodes sont là principalement pour votre culture générale. Certains professeurs s'en débarrassent d'ailleurs assez vite.

En philosophie, 5 notions (la métaphysique ; la science ; la politique, le droit ; l'art et la technique ; la morale). En khâgne, deux notions figurent au programme à l'écrit, les cinq à l'oral. Le programme est donc assez vaste, vous pouvez considérer en pratique, au moins en hypokhâgne, qu'il n'y en a pas. Je crois que deux oeuvres sont également étudiées en classe dans l'année.

En français, une triple approche générique, historique et thématique en effet, avec une initiation à la critique et une formation à la dissertation (principalement), au commentaire composé écrit (plus marginalement), et à l'explication linéaire de texte (pour l'oral). Là encore, une ou deux oeuvres étudiées en classe.

Et pour terminer, une dernière demande à vous soumettre (:D) : l'hypokhâgne est réputée être très formatrice d'un point de vue purement méthodologique. Alors j'aimerais savoir quels sont vos petits "trucs", si vous voyez ce que je veux dire (fiches, prise de note, mémorisation, etc.).

Les "petits trucs" sont des choses qui doivent nous être adaptées, donc que l'on doit adopter de son propre chef, éventuellement en testant plusieurs solutions. Et il faut aussi savoir les utiliser avec modération, et savoir s'en débarrasser lorsqu'on ne les estime plus utiles.

Sinon, je n'ai pas fait énormément de fiches en prépa, ou alors sur des sujets assez pointus ; il peut être bon de constituer des groupes de travail (avec des camarades sérieux, si possible de niveau équivalent) pour se partager les fiches. La lecture de première main doit impérativement rester prioritaire, même si elle apparaît (et est !) plus longue et moins directement efficace. Que ce soit en lettres, en histoire, en philosophie ou en langues. Pour les prises de notes, à vous de voir entre cahiers, feuilles volantes + classeur, ou ordinateur portable (j'ai utilisé les trois solutions personnellement, en fonction des matières). Il n'est pas toujours utile de relire les cours, encore moins de les apprendre par coeur ; les doubler d'une lecture sur un sujet analogue me paraît plus opportun.

De toute façon, c'est à vous de trouver votre rythme pour toutes ces questions de logistique. Il ne faut pas traîner, mais vous en avez tout de même le temps en prépa.

Cordialement.

Programme des classes préparatoires

Au moins trois des quatre grandes périodes (Antiquité / Moyen-Âge / Epoque moderne / Epoque contemporaine) en histoire. L'histoire contemporaine, qui est la seule à figurer en khâgne et au concours […] est généralement la plus étudiée. C'est celle que je vous invite à travailler, donc, que ce soit avant la rentrée ou pendant l'année. Les deux autres périodes sont là principalement pour votre culture générale. Certains professeurs s'en débarrassent d'ailleurs assez vite.

Je vois... Quels sont les grands ouvrages conseillés pour l'Antiquité/MA/Epoque moderne ? Quand à l'histoire contemporaine -qui ne m'attire pas franchement-, dans mon lycée, avec préparation aux concours IEP, le CDI a mis à notre disposition les ouvrages de Berstein et Milza (Histoire du XXe siècle 1900-1945, 1945-1973, 1973 à nos jours). On les considère comme une référence : est-ce une bonne idée de les acheter et de les lire pendant ces vacances ? Ou bien d'autres sont-ils mieux conçus et préférés des professeurs ?

En philosophie, 5 notions (la métaphysique ; la science ; la politique, le droit ; l'art et la technique ; la morale). En khâgne, deux notions figurent au programme à l'écrit, les cinq à l'oral. Le programme est donc assez vaste, vous pouvez considérer en pratique, au moins en hypokhâgne, qu'il n'y en a pas. Je crois que deux oeuvres sont également étudiées en classe dans l'année.

Et j'imagine que les deux notions de l'écrit varient selon les années. Étant donné que cela recoupe une majeure partie du programme de terminale, il est bon d'en maîtriser le contenu à la rentrée, je me trompe ? Je vais tâcher de lire 2 œuvres par notions, ça devrait suffire dans un premier temps.

En français, une triple approche générique, historique et thématique en effet, avec une initiation à la critique et une formation à la dissertation (principalement), au commentaire composé écrit (plus marginalement), et à l'explication linéaire de texte (pour l'oral). Là encore, une ou deux oeuvres étudiées en classe.

La dissertation littéraire est-elle à ce point différente de celle qui est proposée au lycée ? N'y étant pas très doué, penses-tu qu'il soit pertinent de se procurer les ouvrages méthodologiques, d'A. Colin par exemple ?

Les "petits trucs" sont des choses qui doivent nous être adaptées, donc que l'on doit adopter de son propre chef, éventuellement en testant plusieurs solutions. Et il faut aussi savoir les utiliser avec modération, et savoir s'en débarrasser lorsqu'on ne les estime plus utiles.

Il faut préciser que j'ai du mal à être régulier, constant dans mon travail (j'ai des périodes de vide, de saturation) : je gère très mal la masse de travail, alors qu'elle n'est pas très grande au lycée ! D'où un certain surmenage !

Sinon, je n'ai pas fait énormément de fiches en prépa, ou alors sur des sujets assez pointus ; il peut être bon de constituer des groupes de travail (avec des camarades sérieux, si possible de niveau équivalent) pour se partager les fiches. La lecture de première main doit impérativement rester prioritaire, même si elle apparaît (et est !) plus longue et moins directement efficace. Que ce soit en lettres, en histoire, en philosophie ou en langues. Pour les prises de notes, à vous de voir entre cahiers, feuilles volantes + classeur, ou ordinateur portable (j'ai utilisé les trois solutions personnellement, en fonction des matières). Il n'est pas toujours utile de relire les cours, encore moins de les apprendre par coeur ; les doubler d'une lecture sur un sujet analogue me paraît plus opportun.

Oui. J'avais bien pensé à l'ordinateur portable, mais pas pour une prise de note directe (j'ai une tendance schématisante) ; plutôt pour tout ce qui est recherches complémentaires, fiches lectures, partages de cours, etc. Dans ce cas, est-il vraiment utile ? L'achat ne doit pas être pris à la légère à mon avis.

De toute façon, c'est à vous de trouver votre rythme pour toutes ces questions de logistique. Il ne faut pas traîner, mais vous en avez tout de même le temps en prépa.

C'est bien la première fois qu'on me dit ça .

Merci beaucoup !

4

Programme des classes préparatoires

Ceres a écrit :

De toute façon, c'est à vous de trouver votre rythme pour toutes ces questions de logistique. Il ne faut pas traîner, mais vous en avez tout de même le temps en prépa.

C'est bien la première fois qu'on me dit ça .

Merci beaucoup !

Oui enfin c'est Arthur qui te dit ça aussi

5

Programme des classes préparatoires

De toute façon, chaque lycée envoie en principe à ses futurs étudiants la liste des lectures d'été et éventuellement des lectures de l'année, et ce vers fin juin/début juillet. Chaque professeur y donnera ses intentions de lectures dans les temps. Je pense que pour le moment, la meilleure chose à faire est d'abord de se concentrer sur le bac, et ensuite sur ces lectures, sans oublier de souffler aussi un peu durant les vacances d'été et de relâcher la pression. Même s'il y aura des lectures inévitables, et à faire avec sérieux, il s'agit d'entamer l'HK en pleine forme et non pas d'arriver déjà épuisé par les lectures d'été.

Programme des classes préparatoires

De toute façon, chaque lycée envoie en principe à ses futurs étudiants la liste des lectures d'été et éventuellement des lectures de l'année, et ce vers fin juin/début juillet.

Lesquelles ne sont pas très fournies dans la CPGE en question d'après certaines connaissances.

Je pense que pour le moment, la meilleure chose à faire est d'abord de se concentrer […] sur ses lectures (sans oublier de souffler aussi un peu durant les vacances d'été). Même s'il y aura des lectures, il s'agit d'entamer l'HK en pleine forme et non pas arriver déjà épuisé par les lectures d'été.

Lire activement, et efficacement n'est pas non plus à ce point épuisant...

7

Programme des classes préparatoires

Si tu veux des références de lecture, tu pourras te rendre sur bon nombre de sites de lycées qui mettent aussi en ligne ces indications. Mais c'est aussi parfois très personnel, selon le professeur et son propre programme (pour les matières sans programme).

Je ne dis pas que lire activement est épuisant, je veux dire qu'en dehors de ces lectures il faut aussi profiter pleinement des vacances d'été et penser à autre chose qu'à la prépa. Il ne faut pas non plus se figer sur une liste de lectures obligatoires, du 1er juillet au 31 août. C'est sûr qu'une fois arrivé en HK, tu auras bien - de temps pour toi, y compris lors des vacances intermédiaires. Alors autant bien profiter avant de ce "temps pour soi" qu'on a encore librement (pour faire des lectures personnelles par exemple, puisqu'on en parle ! ).

Programme des classes préparatoires

Ceres a écrit :

Au moins trois des quatre grandes périodes (Antiquité / Moyen-Âge / Epoque moderne / Epoque contemporaine) en histoire. L'histoire contemporaine, qui est la seule à figurer en khâgne et au concours […] est généralement la plus étudiée. C'est celle que je vous invite à travailler, donc, que ce soit avant la rentrée ou pendant l'année. Les deux autres périodes sont là principalement pour votre culture générale. Certains professeurs s'en débarrassent d'ailleurs assez vite.

Je vois... Quels sont les grands ouvrages conseillés pour l'Antiquité/MA/Epoque moderne ? Quand à l'histoire contemporaine -qui ne m'attire pas franchement-, dans mon lycée, avec préparation aux concours IEP, le CDI a mis à notre disposition les ouvrages de Berstein et Milza (Histoire du XXe siècle 1900-1945, 1945-1973, 1973 à nos jours). On les considère comme une référence : est-ce une bonne idée de les acheter et de les lire pendant ces vacances ? Ou bien d'autres sont-ils mieux conçus et préférés des professeurs ?

Vous pouvez les lire pendant les vacances si vous le souhaitez (je ne l'ai pas fait). Je ne pense pas que ce soit utile de les acheter : ce sont des résumés plutôt que de véritables manuels. Si vous voulez investir dans une bonne histoire de la France, par exemple, vous avez la Nouvelle histoire de la France contemporaine, au Seuil (20 tomes). Pour le monde, Berstein et Milza, ou Droz et Rowley (toujours au Seuil) peuvent convenir, mais partiellement (et ces manuels ne traitent que du XXe : l'histoire contemporaine commence avec 1789). Il faudra compléter assez rapidement. C'est l'acquis essentiel de la prépa : on étudie réellement l'histoire, c'est-à-dire qu'on lit les historiens, et plus seulement un ou deux manuels comme dans le secondaire. L'histoire est une des matières qui change le plus radicalement par rapport au lycée (avec la géographie, mais sa place est plus marginale). Il vous faudra lire à peu près autant en histoire qu'en français ou en philosophie, désormais. Pour l'Antiquité, je vous conseille les volumes d'Histoire grecque et d'Histoire romaine dans la collection PUF - Quadrige manuels (couvertures vertes). Mais c'est inutile de les lire pour l'instant. J'ai à peu près échappé à l'histoire moderne et l'histoire médiévale en hypokhâgne, je n'ai donc pas de références incontournables à vous donner... de toute façon, elles varient selon les professeurs. Sentez-vous libre dans vos achats, vous n'aurez plus que très peu de lectures imposées.

Et j'imagine que les deux notions de l'écrit varient selon les années. Étant donné que cela recoupe une majeure partie du programme de terminale, il est bon d'en maîtriser le contenu à la rentrée, je me trompe ? Je vais tâcher de lire 2 œuvres par notions, ça devrait suffire dans un premier temps.

La philosophie est sans doute la matière où le niveau moyen des entrants de CPGE est le plus faible, sauf exceptions (avec l'histoire, mais dans cette matière, la plupart des élèves ont au moins quelques connaissances "scolaires" de terminale, dates, grands repères, etc.). L'écart est parfois assez substantiel entre anciens L et ES/S. Certains n'ont notamment jamais lu une oeuvre intégrale. Ne vous en faites pas trop si vous avez travaillé assez régulièrement dans l'année, vous n'aurez pas de problème. Lisez surtout des oeuvres si vous en avez l'envie, c'est cela qui finira par vous démarquer.

La dissertation littéraire est-elle à ce point différente de celle qui est proposée au lycée ? N'y étant pas très doué, penses-tu qu'il soit pertinent de se procurer les ouvrages méthodologiques, d'A. Colin par exemple ?

Elle le devient assez rapidement, en effet. Il ne faut pas dramatiser la chose, il n'y a pas de "méthode miracle" non plus (et vous avez le temps de l'assimiler, ne dramatisez pas... la dissertation en lettres et sciences humaines se pratique assez peu à l'université dans les premières années de licence, et on assiste encore à des exposés de méthodologie en L3...  ). Plus vos connaissances prendront de l'ampleur, plus vous aurez d'idées qui vous viendront en tête, et de facilités à construire un plan.
Les ouvrages de méthodologie me semblent assez peu utiles à acheter. Consultez-les dans l'année éventuellement, si votre professeur vous le recommande. L'important n'est pas de pouvoir réciter les principes de la Méthode sur le bout des doigts, l'important c'est que... ça marche. La dissertation est avant tout un bricolage intelligent. Si vous pouvez vous passer de lectures méthodologiques, c'est toujours ça de gagné.

Il faut préciser que j'ai du mal à être régulier, constant dans mon travail (j'ai des périodes de vide, de saturation) : je gère très mal la masse de travail, alors qu'elle n'est pas très grande au lycée ! D'où un certain surmenage !

Ce n'est pas vraiment un problème en prépa, ou plutôt cela devient le quotidien pour tout le monde... je n'ai pas connu en prépa beaucoup de gens qui pouvaient se vanter d'avoir fini leur dissertation une semaine à l'avance...

Oui. J'avais bien pensé à l'ordinateur portable, mais pas pour une prise de note directe (j'ai une tendance schématisante) ; plutôt pour tout ce qui est recherches complémentaires, fiches lectures, partages de cours, etc. Dans ce cas, est-il vraiment utile ? L'achat ne doit pas être pris à la légère à mon avis.

Faites cet achat dans le courant de l'année si vous n'êtes pas convaincu tout de suite. Il y a une discussion toute récente sur ce forum à propos de l'ordinateur, d'ailleurs.

De toute façon, c'est à vous de trouver votre rythme pour toutes ces questions de logistique. Il ne faut pas traîner, mais vous en avez tout de même le temps en prépa.

C'est bien la première fois qu'on me dit ça .

Merci beaucoup !

L'hypokhâgne reste une année relativement tranquille par rapport à la khâgne qui est toute entière tournée vers le concours (surtout depuis l'introduction de programmes plus précis en khâgne). C'est une année de rodage, même s'il y a aussi un certain nombre de connaissances à y assimiler. Il faut savoir en profiter ; même si vous vous sentirez peut-être d'emblée assommé au début de l'année, comme 80 ou 90% de vos camarades, vous verrez qu'on s'habitue assez vite !

PS :
- Les précisions données plus haut pour la khâgne concernent le concours de l'ENS (Paris - Ulm). Le concours de l'ENS Lyon est légèrement différent (oraux allégés, épreuves de spécialité différentes).
- Pour les lectures d'été, je vous conseille : un peu d'histoire, car vous n'y êtes pas habitué ; un peu de littérature étrangère (en LV1), car vous n'y êtes pas habitué non plus probablement ; de longs romans ou de longs recueils de poésie, car ces lectures au long cours sont parfois difficiles à mener avec un emploi du temps chargé et des échéances serrées.

9

Programme des classes préparatoires

En histoire moderne, le grand manuel de référence est La France à l'époque moderne de Lucien Bély : un bon ouvrage de base pour la période (et pour la France). Mais j'ai cru comprendre (via ce forum notamment) que dans beaucoup de prépas A/L, on passait vite sur les différentes périodes pour surtout aborder de l'histoire contempo, en vue du concours.

Programme des classes préparatoires

Oui, le Bély est bon, de même que les ouvrages de Jouanna sur le XVIe, ou Braudel sur la Méditerranée. Pour la médiévale, par exemple, Le Goff, ou Gauvard, sont des historiens sûrs et intéressants.
Si vous ressentez aussi quelques lacunes en culture générale (vous n'avez jamais lu Homère, vous avez trop peu ouvert la Bible, vous ne connaissez pas les grands courants politiques français, les grandes divisions du christianisme, quelques concepts économiques, etc.), cela peut être bon de s'y pencher un peu. Vous pouvez être certain que cela vous servira.