1

Flaubert, Madame Bovary, III, 11 - Ce succès l'enhardit ; et dès lors il n'y eut plus dans...

bonjour à tous

je dois faire un commentaire de texte sur le personnage d'Homais, en m'appuyant sur l'extrait suivant :

Ce succès l'enhardit : et dès lors il n'y eut plus dans l'arrondissement un chien écrasé, une grange incendiée, une femme battue, dont aussitôt il ne fit part au public, toujours guidé par l'amour du progrès et la haine des prêtres. Il établissait des comparaisons entre les écoles primaires et les frères ignorantins, au détriment de ces derniers, rappelait la Saint-Barthélemy à propos d'une allocation de cent francs faite à l'église, et dénonçait des abus, lançait des boutades. C'était son mot. Homais sapait ; il devenait dangereux. Cependant, il étouffait dans les limites étroites du journalisme, et bientôt il lui fallut le livre, l'ouvrage ! Alors il composa une statistique generale du canton d'Yonville, suivie d'observations climatologiques, et la statistique le poussa vers la philosophie. Il se préoccupa des grandes questions : problème social, moralisation des classes pauvres, pisciculture, caoutchouc, chemins de fer, etc. Il en vint à rougir d'être un bourgeois. Il affectait le genre artiste, il fumait ! Il s'acheta deux statuettes chic Pompadour, pour décorer son salon. Il n'abandonnait point la pharmacie ; au contraire ! il se tenait au courant des découvertes. Il suivait le grand mouvement des chocolats. C'est le premier qui ait fait venir dans la Seine-Inférieure du cho-ca et de la revalentia. Il s'éprit d'enthousiasme pour les chaînes hydroélectriques Pulvermacher ; il en portait une lui-même ; et, le soir, quand il retirait son gilet de flanelle, madame Homais restait, tout éblouie devant la spirale d'or sous laquelle il disparaissait, et sentait redoubler ses ardeurs pour cet homme plus garrotté qu'un Scythe et splendide comme un mage. Il eut de belles idées à propos du tombeau d'Emma. Il proposa d'abord un tronçon de colonne avec une draperie, ensuite une pyramide, puis un temple de Vesta, une manière de rotonde... ou bien << un amas de ruines >>. Et, dans tous les plans, Homais ne démordait point du saule pleureur, qu'il considérait comme le symbole obligé de la tristesse. Charles et lui firent ensemble un voyage à Rouen, pour voir des tombeaux, chez un entrepreneur de sépultures accompagnés d'un artiste peintre, un nommé Vaufrylard, ami de Bridoux, et qui, tout le temps, débita des calembours. Enfin, après avoir examiné une centaine de dessins, s'être commandé un devis et avoir fait un second voyage à Rouen, Charles se décida pour un mausolée qui devait porter sur ses deux faces principales << un génie tenant une torche éteinte >>. Quant à l'inscription, Homais ne trouvait rien de beau comme : Sta viator, et il en restait là ; il se creusait l'imagination ; il répétait continuellement Sta viator... Enfin, il découvrit amabilem conjugem calcas !

J'ai déjà commencé à faire un plan mais je manque d'idées :

I- Le triomphe d'Homais
a) le pouvoir et la popularité
b) la richesse
c) Le contre point d'Emma

II- Un personnage sot et vaniteux
a) par ses actes
b) par ses dits

III- L'ironie de Flaubert
?

Comme problématique, je pensais à : Comment Flaubert parvient-il à représenter de manière ironique l'ascension sociale du personnage de Homais ?
Je pense que ce plan est désorganisé, je voudrais bien un peu d'aide siouplait

Flaubert, Madame Bovary, III, 11 - Ce succès l'enhardit ; et dès lors il n'y eut plus dans...

Bonjour,

As-tu lu la page de Jean-Luc : Le personnage de Monsieur Homais dans Madame Bovary de Flaubert ? Elle pourrait t'éclairer.

Muriel

3

Flaubert, Madame Bovary, III, 11 - Ce succès l'enhardit ; et dès lors il n'y eut plus dans...

Oui, ça m'a permis d'éclairer le passage, cependant ce n'est pas suffisant pour élaborer un plan et une problématique
J'ai vraiment besoin d'aide s'il vous plaîtBon, j'ai refait mon plan et ma problématique :

A travers le personnage d'Homais, comment Flaubert fait-il une critique de la bêtise humaine ?
ou alors :
A travers le personnage d'Homais, quelle vision Flaubert nous donne-t-il de la société bourgeoise provinciale du milieu du XIXe siècle ?

Et voici le plan :

I- Homais : le cliché du provincial qui cherche à évoluer
a) ses activités
b) ses signes extérieurs de richesse

II- Un personnage sot et prétentieux
a) un sot qui se veut intellectuel
b) un homme qui préfère le commerce à la science

III- L'ironie du narrateur face à la bêtise humaine
a) le triomphe de la médiocrité
b) Le contrepoint avec Emma : lequel est le plus pathétique ?Personne n'a lu Madame Bovary ?!Bonjour, je dois faire un commentaire littéraire portant sur le chapitre 11 de la partie 3 du roman Madame Bovary. Voici l'extrait :


Ce succès l'enhardit : et dès lors il n'y eut plus dans l'arrondissement un chien écrasé, une grange incendiée, une femme battue, dont aussitôt il ne fit part au public, toujours guidé par l'amour du progrès et la haine des prêtres. Il établissait des comparaisons entre les écoles primaires et les frères ignorantins, au détriment de ces derniers, rappelait la Saint-Barthélemy à propos d'une allocation de cent francs faite à l'église, et dénonçait des abus, lançait des boutades. C'était son mot. Homais sapait ; il devenait dangereux. Cependant, il étouffait dans les limites étroites du journalisme, et bientôt il lui fallut le livre, l'ouvrage ! Alors il composa une statistique generale du canton d'Yonville, suivie d'observations climatologiques, et la statistique le poussa vers la philosophie. Il se préoccupa des grandes questions : problème social, moralisation des classes pauvres, pisciculture, caoutchouc, chemins de fer, etc. Il en vint à rougir d'être un bourgeois. Il affectait le genre artiste, il fumait ! Il s'acheta deux statuettes chic Pompadour, pour décorer son salon. Il n'abandonnait point la pharmacie ; au contraire ! il se tenait au courant des découvertes. Il suivait le grand mouvement des chocolats. C'est le premier qui ait fait venir dans la Seine-Inférieure du cho-ca et de la revalentia. Il s'éprit d'enthousiasme pour les chaînes hydroélectriques Pulvermacher ; il en portait une lui-même ; et, le soir, quand il retirait son gilet de flanelle, madame Homais restait, tout éblouie devant la spirale d'or sous laquelle il disparaissait, et sentait redoubler ses ardeurs pour cet homme plus garrotté qu'un Scythe et splendide comme un mage. Il eut de belles idées à propos du tombeau d'Emma. Il proposa d'abord un tronçon de colonne avec une draperie, ensuite une pyramide, puis un temple de Vesta, une manière de rotonde... ou bien << un amas de ruines >>. Et, dans tous les plans, Homais ne démordait point du saule pleureur, qu'il considérait comme le symbole obligé de la tristesse. Charles et lui firent ensemble un voyage à Rouen, pour voir des tombeaux, chez un entrepreneur de sépultures accompagnés d'un artiste peintre, un nommé Vaufrylard, ami de Bridoux, et qui, tout le temps, débita des calembours. Enfin, après avoir examiné une centaine de dessins, s'être commandé un devis et avoir fait un second voyage à Rouen, Charles se décida pour un mausolée qui devait porter sur ses deux faces principales << un génie tenant une torche éteinte >>. Quant à l'inscription, Homais ne trouvait rien de beau comme : Sta viator, et il en restait là ; il se creusait l'imagination ; il répétait continuellement Sta viator... Enfin, il découvrit amabilem conjugem calcas !

J'ai trouvé ma problématique : En quoi le personnage d'Homais représente-t-il le contrepoint d'Emma et une critique de la société bourgeoise provinciale du milieu du XIXe siècle ?

Et mon plan :
I - Homais : le cliché du provincial qui cherche à évoluer
a) un intellectuel qui privilégie le commerce au savoir
b) un anticlérical et un progressiste aux idées dépassées
c) un nouveau riche aux goûts démesurés

II - Le contre point d’Emma
a) l’incarnation de la bonne conscience et de la réalité
b) l’ascension sociale
c) la richesse

III- Une critique de la société par Flaubert
a) une satire de la société bourgeoise ( superficielle -hypocrite- prétentieuse- opportuniste)
b) une vision pessimiste du monde :le triomphe de la médiocrité

Voilà, j'aimerais savoir si c'est bien ou si c'est du total hors sujet par rapport à la problématique (si toutefois la problématique est bonne !)

Merci d'avance

4

Flaubert, Madame Bovary, III, 11 - Ce succès l'enhardit ; et dès lors il n'y eut plus dans...

S'il vous plaît, j'ai vraiment besoin d'aide, je dois rendre ce travail lundi !