Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.

Vrai! Mea culpa, toutes ces majuscules ont du m'embrouiller l'esprit.

Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.

Le contexte politique est fondamental et il faut connaître un brin d'histoire américaine pour ne pas faire un énorme contresens.  Les  13 colonies britanniques ont commencé à trouver le joug de la Grande Bretagne pesant et  sont à la veille d'entrer en guerre .  Elle vont faire sécession : la déclaration d'Indépendance date de 1776.    Les colonies ont pris le risque de se jeter dans la guerre et après de nombreuses batailles elles ont  gagné leur liberté et leur indépendance : elles adopteront une  constitution influencée par les philosophes comme Montesquieu et établiront un gouvernement qui devra respecter les droits des citoyens.


On peut comparer avec une autre phrase célèbre  dans un contexte de guerre froide  : "Plutôt rouge que mort".

Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.

"Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre."

C'est assez compliqué. Comme j'ai vus sur les pages précédentes, vous avez réfléchit sur le sens de la question et son contexte. Je m'attarderais sur autre chose  (En parallèle bien sur) car la phrase implique une décision externe.

Par défaut je prend la phrase traduite en français
"Quiconque […] ne mérite ni l'un ni l'autre"

Cette décision sous entend que la personne sur qui "l'on" décide n'a aucun droits sur ce choix, l'o parle bien de mérite, de récompense; pourquoi parler de sacrifice et de liberté si l'une des libertés qui implique ce choix est blâmée ? Comme dit avant, la liberté d'indifférence est une liberté parmi d'autre au choix d'une sécurité qui pourrait s'avérer dans l'avenir propice au développement de libertés. Par exemple, un groupe d'indigène se voit cloisonner leur modeste village et ainsi éviter l'esclavage, ce qui hôterrais toutes libertés. Par la suite ils pourront se ré-ouvrir et ré-entamer des commerces vers l'extérieur. Après il faudrait reconsidérer la question dans un temps plus long de l'ordre d'une vie.

Bien sur rien n'est permanent et les sécurités sont variables suivant les époques et les périodes
Merci de me corriger si je commet des erreurs

Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.

Pour moi liberté et sécurité de la citation sont à considérer dans une perspective politique de l'époque mais aussi dans la mentalité protestante de l'époque.

Garder le statut de colonies voulait dire ne pas avoir une liberté d'action mais cela ne garantissait pas la sécurité puisque la sécurité dépendait d'un autre pays.  Or les colons connaissaient la valeur et les risques attachés à la liberté : les premiers colons les Pères Fondateurs avaient  tout abandonné et émigré pour gagner leur liberté religieuse.  Ils avaient risqué leur vie et leur installation avait été difficile.    On est bien loin d'anarchisme ou de liberté d'indifférence ou de petits problèmes ponctuels.  Les colons avaient déjà choisi d'être libres en émigrant. 

Le protestantisme de l'époque était très strict.  Le mérite et les efforts pour obtenir un résultat avaient une  grande valeur à leurs yeux même au niveau religieux.  C'est pour cela que la citation parle de mériter sa liberté ou sa sécurité.

25

Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.

N'est-ce pas plus simplement cela ?

26 (Modifié par Balista 23/05/2016 à 12:59)

Quiconque sacrifie sa liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.

Devant une question si simple, je t'inviterai à lire ma réponse sur une question qui lui est voisine:

https://www.etudes-litteraires.com/foru … ml#p431763

En effet à tout slogan, on peut y voir un coté manipulateur en mettant de coté les aspects complexes de la définition de chaque terme de la question.

Je refuse absolument de simplifier à l'extrême un problème à ce que le plus idiot puisse le comprendre, cela ouvre la porte à ce que prônait Adolf Hitler. Ne pas laisser qu'aux politiciens actuels le seul bénéfice de cette lecture. Si on ne prend pas la mesure de son ennemi, c'est que les risques de succomber sont multipliés.

Résumé: il faudrait d'abord définir ce qu'est sa liberté et sa sécurité et l'importance que chaque individu attache à ces notions.


Portia a écrit :

Pour moi liberté et sécurité de la citation sont à considérer dans une perspective politique de l'époque mais aussi dans la mentalité protestante de l'époque.

Et pour l'auteur de la question? c'est à quoi qu'il pensait?

Pour ce qui est de la mentalité protestante de l'époque, je pense qu'il ne s'agit pas de mentalité d'une religion plus que d'une autre, mais de la méchanceté de puissants.

Sans refaire le procès des excès des catholiques par le passé, (massacres de population entière (st Barthélémy) , brûler des hommes pour leurs opinions (Jean Huss et beaucoup d'autres en Espagne (Calvin n'a pas fait mieux, mais il était probablement encore imprégné de culture catholique) , je trouve mal à propos de brandir une mentalité d'une religion par un membre d'une autre, qui est à mes yeux, bien de plus pernicieuse.