1

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Bonjour!
J'ai un devoir type BAC à faire, j'ai choisi la dissert' ( le commentaire me paraissait trop dificile.. ) mais j'ai également du mal à trouver un plan solide...
Le sujet est : Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé?
J'avais trouvé comme plan ( mais il me plait pas sincerement ...  ) :
I) Le temps détériore le souvenir
II) Notre mémoire n'est pas infaillible

Merci de m'aider..

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Juste une idée comme ça, je pense que tu pourrais citer les écrits de Proust qui est considéré comme un écrivain de la mémoire : plusieurs passages de ses écrits , suivant le modèle de Bergson se servent de l'écriture pour se remémorer du passé

3

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Oh merci

4

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Bonjour,
Je suis désolé, mais je ne vois pas la différence entre tes deux parties.
Ensuite, je te conseille de créer des sous-parties à l'intérieur de tes grandes parties, sinon tu ne parviendras jamais à trouver suffisamment de choses à dire.
Sors tout ce qui te passe par la tête : l'écriture est un exutoire des sentiments refoulés, l'écriture est un hommage à notre vie ancienne ; l'écriture est inaltérable (cette fois-ci on se place dans le rôle du lecteur), l'écriture se veut vivante (sentiments, descriptions plus ou moins réalistes...) ; l'écriture est un travail personnel, il est donc vécu : on revit l'instant à la seconde lecture.

L'autre versant ? Le langage écrit utilise des mots peu précis, et une intonation quasi inexistante (peut-on véritablement faire revivre des sanglots à travers de simples mots ?) ; l'écriture c'est coucher un souvenir, c'est s'en débarrasser (exutoire prit dans l'autre sens) ; l'écriture n'est jamais prise sur le vif (logique...), le lecteur ne se sent pas impliqué par un vulgaire bout de papier (pour faire revivre le temps des pharaons, mieux vaut visualiser par la télévision les pyramides...)

Je viens de lancer tout ce qui me passait par la tête : certaines de ces idées sont bonnes, d'autres moins ; l'importance à accorder à chacune fluctue également. Je te laisse donc en chercher de nouvelles et faire le tri.

Bon courage !

5

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Ok, je viens de comprendre ce qui n'allait pas dans mon plan, tes idées m'ont donné des idées Merci beaucoup!!

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Bonjour,
Je trouve intéressant votre choix <cela dit, c'est une aparté> !
Je serais plus encline à dire que l'écrit ne dit pas forcément la vérité, il n'est, ne sera jamais la traduction de l'instant, du vécu, celui de l'initiation, de sa révélation, de sa violence ; il ne sera que simple réminiscence, amplifiée, déformée, idéalisée, jetée et réinterprétée ensuite, quoiqu'il en soit.
La mémoire <individuelle> n'est pas infaillible ainsi que vous le dîtes ; l’universelle ayant d'autres comparaisons peut s’affirmer différemment !

L'écrit serait un cri, une nécessité - formulée/verbalisée afin d'être compris, - mais "à" travers de l'UN, fut-il futile, voire éloigné ! N’oublions pas le fameux préfixe "trans"...

Depuis et avant les sumériens, l'humain, ce vivant bipède, déjà gravait la pierre, s'exprimait, comptait et a laissé des traces...Celles-ci évoquent-t-elles la psychologie de nos ancêtres, le voulaient-ils, savaient-ils qu’ils en étaient dotés ?

Ne jamais oublier que "tout parle de nous", mais au sens général, et non particulier –
L’histoire évoque Socrate, lui n'a rien laissé, il ne fut qu'interprété ! Avons-nous retrouvé le corps de Jésus, dit Christ : Qu'a-t-il écrit, transcrit ? Rien. Nous sommes et devrions être sujets à caution, faute d’avoir été enregistrés lors de nos épreuves !  Que dire de ceux qui en inventent ? Les tortures intimes/morale ne peuvent s'ensregister, elles ne peuvent qu'être décrites (se souvenir ce que le préfixe - signifie -) !

Il serait peut-être intéressant, compte tenu de votre choix, d’évoquer les mémoires : individuelle et l’universelle. Le lien entre ces deux options, c’est la subjectivité que l’individuelle révèle, tandis que la seconde, parle de preuves, par compilations, comparaisons uniformités et redites tangibles.

Il est souvent dit de manière lapidaire, pour toute forme de littérature : Est-ce biographique, est-ce, etc... même si nous revoyons l'histoire, les sciences ou autres domaines, nous imprimons notre encore intime, sans parler de notre univers, notre existence....
Voyez !

7

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Désolée de re-déranger mais je rebloque sur le plan.. --'

Voici ce que j'avais commencé à faire :

Plan : I ) l'écriture est un travail personnel, il est donc vécu
    a) l’importance de l’enfance et la quête de l'origine
    b) à travers le vécu, le portrait de écrivain

         II ) l 'écriture est inaltérable
    a) le passé restera toujours présent
    b) l'autobiographie n'est jamais achevée

Intro : Au XVIIIème siècle, l'oeuvre de Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, apparaît comme la première autobiographie. Au XIXe siècle, Le romantisme et le culte du moi favorisent le développement de l'écriture autobiographique. Finalement, au XXe siècle, le genre autobiographique reste dynamique notamment au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Il faut dire également que l'autobiographie a plusieurs fonctions comme par exemple se connaître et se faire connaître, faire le bilan moral de son existence, faire l'éloge ou le blâme de ses proches, les faire revivre et faire revivre son époque, son passé. On peut être alors amenés à se demander : dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé? Pour y répondre nous démontrerons que l’écriture est un travail personnel, il est donc vécu : on revit l’instant à l’écriture ; mais aussi l’écriture est inaltérable : le passé restera toujours présent sur le papier.

ou alors j'ai un autre plan :
I ) l'écriture est un travail personnel, il est donc vécu
    a) l’importance de l’enfance et la quête de l’origine
    b) l 'écriture est inaltérable
II ) cependant le passé peut être erroné
    a) la mémoire défaillante
    b) le souci de la vérité

Vous pouvez m'aider...?
Merci

8

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Voilà ce que j'aurai dit, mais je ne sais pas si ça convient à ton programme.

  I) L'ecriture peut faire resurgir le passé.
   
A) l'autobiographie: Rousseau qui tremble encore lorsqu'il raconte l'épisode du ruban volé, écriture de soi profonde, bla bla (là je crois que tu avais déjà beaucoup d'éléments)
B) Un roman est le reflet de son époque, mots, tournures, préocupations, caractères de son époque, par exemple le monde observé chez Candide n'est pas le même que chez par exemple Madame Bovary.
Sinon romans qui se veulent directement témoins de leur époque comme la série des Rougon Macquart de Zola (là on peut facilement retrouver des citations de Zola à ce sujet.
C) Ecriture ilnatérable, forme fixe, on lit encore ouvrages anciens  ou écriture contiend véritablement ce qu'elle décrit : sur le modèle du Cratyle, les auteurs de la Renaissance : dans son nom Ronsard voit Rose de Pindare (auteur grec) et Ronce Ard, sinon Rimbaud, colorieur de voyelles, s'amuse de ce qu'à Londres, sous la pluie, il se transforme en Arc en ciel (Rainbow).

II) L'écriture ne peut pas contenir le monde et encore moins le passé.

A) langage toujours vain, ne peut pas se ratacher à la réalité, le roman est une structure intransitive, fermée sur elle même . L'artiste dans sa "Tour d'ivoire" (Nerval) n'est pas affecté par le temps et ne peut pas le rendre dans son oeuvre. Ici peut être parler de l'art pour l'art de Gautier et bien d'autres
B) un roman répond à des besoins artistiques, des codes qui le coupent de la réalité, donc de la mémoire et du souvenir. Par exemple dans Germinal si la description de la mine est réaliste l'intrigue nouée autour du triangle amoureux des personnages principaux est vieille comme le monde ou du moins comme l'Astrée d'Urphé. Proust remplace la tartine de son enfance par une made
C) le lecteur du XXI siecle ne vera pas les choses de la même façon qu'un lecteur du XVIIIeme par exemple. Les codes, l'imagination change, on ne peut apercevoir que des ruines, des fantômes, comme le dit Eluard "les traces seules font réver", Proust relit même la comtesse de Sévigné à la lumière de Doistoiveski, le présent altère le passé

III) L'écriture moyen détourné de revoir le passé

A) moyen artistique qui ne permet pas de dire la vérité le passé de façon directe, mais grâce au prisme, au kaleidoscope (Gide) de l'écriture, de façon détournée elle peut faire surgir le passé et même un passé inconscient. Georges Perec utilise pour exprimer l'indicible de son passé des jeux et des contraintes littéraires. Dans la Disparition l'absence de la lettre E symbolise l'absence des parents, de la mère disparue dans les camps de concentration.
Inspiré par Lacan ou Bergson (je ne sais plus trop) des écrivains comme Butor utilisent les mots, ce qu'ils contiennent pour rencontrer son inconscient.
B) dans certains romans on peut rencontrer des biographèmes des moirceaux de la vie de l'auteur. Il est par exemple amusant (heu moi ça m'amuse) de comparer les mémoires d'un fou, autobiographie de jeunesse de Flaubert avec certains passages de L'éducation Sentimentale. Ce genre d'exemple fourmille chez Proust.
C) Enfin certains roman décrive de façon détournée le monde à leur époque et en donne une image plus forte, je pense à 1984 d'Orwell sur la montée du Totalitarisme.
Ou alors il est possible de voir ( mais là c'est un peut tordu) dans la littérature, sous forme codée des mouvements sociaux, Binder(médièviste) pense que dans les chansons courtoises l'amour pour la dame la convoitise du pouvoir féodal.


Voilà j'espère que je ne t'aie pas trop embrouillée et qu'il n'y pas trop de fautes d'orthographe!!!

9

Dans quelle mesure l'écriture permet-elle de faire revivre le passé ?

Humm d'accord merci, je vais donc concilier ça avec ce que j'avais déjà écrit