1

Master littérature comparée et niveau de langue

Bonjour,

Je me dirige vers un master de recherche l'an prochain, et comme je souhaiterais par la suite partir dans un pays anglophone (dans le cadre d'un échange universitaire), j'ai pensé que le plus logique serait peut-être de faire un master de littérature comparée. Seulement voilà, j'ai un bon niveau d'anglais mais je ne suis pas bilingue.
Quelqu'un en sait-il plus sur le niveau qu'il faut avoir dans les langues des œuvres sur lesquelles on travaille en littérature comparée?

(question bonus : j'ai des difficultés à me diriger vers un sujet, pensez-vous qu'on peut s'adresser à des professeurs pour être plus ou moins orientés?)

Merci

Master littérature comparée et niveau de langue

CocoRissa a écrit :

Je me dirige vers un master de recherche l'an prochain, et comme je souhaiterais par la suite partir dans un pays anglophone (dans le cadre d'un échange universitaire), j'ai pensé que le plus logique serait peut-être de faire un master de littérature comparée.

D'abord, rien ne vous oblige à vous lancer dans un travail de littérature anglaise, ou de littérature comparée, à mon sens. Vous pouvez très bien étudier et/ou enseigner la littérature française en terre non-francophone.

Seulement voilà, j'ai un bon niveau d'anglais mais je ne suis pas bilingue.
Quelqu'un en sait-il plus sur le niveau qu'il faut avoir dans les langues des œuvres sur lesquelles on travaille en littérature comparée?

Je ne pense pas qu'il faille montrer patte blanche de ce côté-là. C'est à vous de fixer vos propres exigences. Je me pose un peu le même problème que vous d'ailleurs, mais par rapport à des langues anciennes (et deux ou trois autres langues de travail, pour lire la bibliographie secondaire). Je pense que le minimum est de pouvoir lire l'oeuvre en question dans sa langue, même si vous ne pouvez pas en saisir toutes les nuances, et de pouvoir vous orienter dans la littérature critique dans cette ou dans ces langues, si besoin avec l'aide d'un tiers). Travailler sur des ouvrages de référence étrangers implique de pouvoir lire cursivement sinon couramment la langue (au moins la langue académique, dont le vocabulaire et les structures ne présentent normalement pas énormément de difficultés, en tout cas pas trop d'ambiguïtés voulues ou de nuances subtiles). Faire un travail sur un auteur sans connaître un minimum ce qui s'écrit sur lui dans sa langue me semble dangereux...

(question bonus : j'ai des difficultés à me diriger vers un sujet, pensez-vous qu'on peut s'adresser à des professeurs pour être plus ou moins orientés?)

Naturellement, ils sont là pour cela, vous n'avez pas besoin d'attendre la fin de l'année pour les contacter !

Bien cordialement.

3

Master littérature comparée et niveau de langue

Merci pour la réponse,

c'est juste que je pense que mon dossier auras bien plus de chance de passer si mon voyage est justifié par rapport à mes études...

Et oui je serais en mesure de lire l'auteur et les critiques en anglais... Je me demandais juste s'il fallait un très bon niveau, être presque parfaitement bilingue ou si un bon niveau suffisait.

Cordialement

4

Master littérature comparée et niveau de langue

Je confirme ce qu'a dit Arthur au niveau du degré de maîtrise des langues étrangères. On ne te demande pas d'être bilingue, mais d'avoir "a good command" - comme on dit - de la langue étudiée, notamment (et surtout) à la lecture.

Une langue étrangère est par ailleurs un minimum... généralement, les comparatistes qui comptent poursuivre dans ce domaine connaissent au moins deux langues étrangères (et quelques autres qu'ils peuvent lire de manière plus ou moins aisée).

Et même réponse quand à la question bonus, évidemment