Prononciation des mots

Bonsoir,

J'ai fait quelques années de déclamation, et j'ai été surpris de constater que la plupart des gens (moi y compris), prononcent mal certains mots.

Un exemple : "grosse", "euro", "vingt", "cinq minutes",....

Malgré plusieurs recherches, il m'est difficile de trouver, sur le net, ou dans un dictionnaire, la bonne prononciation.

Si vous aviez des noms de sites sur lequel on peut vérifier la bonne prononciation d'un mot, merci de me le communiquer.

Bonne soirée à tous

Prononciation des mots

Bonsoir.

Certains mots ont une prononciation qui peut varier selon les régions.
La prononciation "standard" est indiquée pour tous les mots que tu cites (et pour tous les autres) dans le Petit Robert, en alphabet phonétique international.
Tu n'as pas dû bien chercher !

Prononciation des mots

Merci Jehan,

Malheureusement, je n'ai pas le Robert, mais j'ai trouvé sur le net le site fr.wiktionary.org, mais je ne sais pas si je peux lui accorder une confiance aveugle.

Cela serait pas mal, un site de référence pour aider à la prononciation d'un mot ou d'une suite de mots.

Prononciation des mots

En français "standard" on entend :  grôss, eurô, vin, sain minut'.

A propos d'euro une "faute" très fréquente consiste à prononcer le préfixe eu comme dans beurre, alors que son étymologie indique qu'on devrait le prononcer fermé, comme dans feu. Même chose à plus forte raison pour Europe, le eu souvent prononcé "ouvert", à tort. Cest le préfixe grec eu, qu'on retrouve dans de multiples mots, euphorique, Eugène...

Edition : une excellente référence est le Traité de prononciation française de Pierre Fouché (était professeur à la Sorbonne), éd. Klincksieck, épuisé chez l'éditeur mais facile à trouver d'occasion.

Prononciation des mots

Si cela n'entrave en rien la compréhension de la phrase, pourquoi s'agirait-il de fautes de prononciation ? Je dirais que [œ] et [ø] sont deux allophones de /ø/, et que le propre d'un allophone est de pouvoir se substituer à un autre son au sein d'un même mot, sans en altérer la morphologie.

Prononciation des mots

J'ai mis faute entre guillemets.

Il reste que les "fautes" de prononciation, entre autres inconvénients, finissent par avoir une indiscutable vis comica. Les chansonniers usent et abusent des accents comiques. Mais dans la vie courante faire rire ne présente pas que des avantage. Surtout faire rire à ses dépens.

Et puis d'accomodement en accomodement on en vient finalement à ne plus parler le même language, puis plus la même langue. C'est une des principales causes de la différenciation des langues issues du latin. Ne diton pas que jusqu'à l'époque de Charlemagne au moins, la majorité des Européens, à l'exception des habitants de la partie orientale et septentrionale de la Germanie, mais y compris ceux de l'Angleterre actuelle, parlaient des idiomes intercompréhensibles : chaque peuple, d'origine celtique le plus souvent, comprenait le latin de son voisin, l'habitant de Syracuse comprenait un Londonien, un Parisien, un Madrilène. Et c'est bien triste, à mon sens, qu'il n'en soit plus ainsi.


Bonne soirée à tous.

Prononciation des mots

Bonne soirée, Zorah, et très bonne année 2012.

En venir à ne plus parler le même langage par excès d'accommodements ? N'exagérons rien.
Au stade actuel de la longue évolution du français, les différences d'ouverture de certaines voyelles selon les locuteurs ne sauraient générer plusieurs nouvelles langues. Que je sache, et comme le dit Ursus, cela n'empêche nullement les francophones de se comprendre entre eux. Je ne vois donc pas d'inconvénient réel à ces "fautes", sinon celui d'altérer la belle humeur des irréductibles puristes.
Quant à la "vis comica" de tels menus écarts et aux pénibles railleries quotidiennes qui en résulteraient, ne les grossissons pas outre mesure...

Prononciation des mots

Merci de vos voeux, Jehan, je vous souhaite également une très bonne année 2012 dans tous les domaines qui vous sont chers.

Les différences de prononciation, à ne pas réduire aux simples différences d'ouverture de telle ou telle voyelle, amènent, avec le temps, une différenciation des langues. Il se passe la même chose que dans l'évolution biologique : avec le temps, un protiste marin devient un lion du désert.

Vis comica...Je rêve d'entendre Athalie donné à la Comédie française avec la prononciation des dockers de Marseille. Ou quelques vers d'Eluard ou d'Aragon (Les yeux d'Elsa...), dits par un Alsacien pur souche. Voulez-vous parier que beaucoup d'auditeurs, sauf les "vraiment polis", seront, comme disent les Américains, ROTFL (rolling on the floor laughing), écroulés de rire ?

Je me demande d'ailleurs pourquoi, vous qui êtes, avec raison, d'une exigence pointilleuse dans le domaine de la grammaire et de l'orthographe, vous êtes si permissif pour la prononciation, reconnaissez-le. Je ne croirai que les prononciations régionales sont équivalentes à la prononciation généralement admise que quand elles seront notées comme admissibles par les traités de prononciation et les dictionnaires. Mais "sôleil", par exemple, couramment entendu dans presque tout l'Hexagone, n'y figure pas encore à côté de "soleil". C'est donc jusqu'à présent une prononciation à éviter. J'ai moi-même tendance, par ma scolarité dans une région défavorisée du point de vue linguistique, à parler avec un accent chti hérité de mon enfance et de ma jeunesse. Mais, au prix d'un peu d'attention, je peux parler autrement. Tout le monde peut améliorer sa prononciation. Mais il ne faut pas être découragé par un entourage laxiste !

Vous disiez dans un message précédent que les fautes d'orthographe et les fautes de prononciation ne sont pas à mettre sur le même plan. Je suis d'accord. Les plans sont différents, il y a en effet une différence de degré. Mais pas de nature ! La déviation par rapport à la norme admise est pour moi une faute, et, comme telle, doit être soigneusement évitée, aussi bien pour l'orthographe et la grammaire que pour la prononciation. Il existe des règles, tâchons de les respecter du mieux possible...

Je ne veux pas abuser de votre patience. Merci de m'avoir lu !

Prononciation des mots

Les différences de prononciation, à ne pas réduire aux simples différences d'ouverture de telle ou telle voyelle, amènent, avec le temps, une différenciation des langues.

Je doute cependant que dans quelques siècles le français ait de nouveau éclaté en  multiples langues non compréhensibles entre elles... Mais c'est évidemment invérifiable. 

Vis comica...Je rêve d'entendre Athalie donné à la Comédie française avec la prononciation des dockers de Marseille. Ou quelques vers d'Eluard ou d'Aragon (Les yeux d'Elsa...), dits par un Alsacien pure souche. Voulez-vous parier que beaucoup d'auditeurs, sauf les "vraiment polis", seront, comme disent les Américains, ROTFL (rolling on the floor laughing), écroulés de rire ?

Comme si l'essentiel de la vie quotidienne se passait à déclamer ou à écouter du théâtre classique ou des poèmes... Ne faisons tout de même pas trop de "littérarocentrisme"...

une région défavorisée du point de vue linguistique

Je connaissais les régions économiquement sous-développées, mais pas ce genre de handicap ! 

vous qui êtes, avec raison, d'une exigence pointilleuse dans le domaine de la grammaire et de l'orthographe...

Relisez attentivement mes interventions.  En fait, sans être laxiste,  je m'estime plutôt tolérant dans ces domaines. Une simplification raisonnée de l'orthographe ne me déplairait pas, et j'ai souvent défendu certains néologismes, ou certaines variantes syntaxiques trop vite condamnées sans appel par des puristes qui prétendent tout figer dans une norme intangible...

La déviation par rapport à la norme admise est pour moi une faute, et, comme telle, doit être soigneusement évitée, aussi bien pour l'orthographe et la grammaire que pour la prononciation.

Tiens, même pour la prononciation, vous ne mettez plus "faute" entre guillemets comme dans vos réponses à Ursus  ?