Exemples d'intolérance dans Candide

Bonsoir !

d'abord désolée mon français n'est pas parfait , je suis pas native , mais je vais essayer d'exposer clairement mon problème .
en fait j'ai besoin de quelques exemples qui soulignent l'intolérance dans Candide . le seul exemple qui me vient pour le moment c'est la discussion stérile entre Candide et Martin : "...ils disputèrent quinze jours de suite , et au bout de quinze jours ils étaient aussi avancés que le premier. Mais enfn ils parlaient , ils secommuniquaient des idées.." alors il se voit clairement que voltaire ici critique l'intolérance , si chacun des deux personnage avait fait preuve de tolérance en acceptant la vision de l'autre , ils auraient pu faire autre chose de plus frectueux pendant ces 15 jours !(meme si il me semble que c'est juste une exagération pour ironiser la situation)

pourriez-vous m'aider à trouver d'autres ex. ?

merci

ps: encore désolée s'il y a des fautes n'hésitez pas à me corriger , ça me fera plaisir 

2

Exemples d'intolérance dans Candide

Bonjour Nada,

Bienvenue sur le site !

Comme nous sommes tous bénévoles ici, les réponses peuvent ne pas être immédiates ou ne pas venir du tout.

Revenons à ta question.
L'intolérance, c'est le refus de l'autre, le rejet violent de sa différence qui fait peur et qui est ressentie comme menaçante. Candide dénonce d'abord l'intolérance religieuse. Les exemples en sont nombreux.

Le plus célèbre est l'inquisition et l'autodafé du chapitre 6

On avait en conséquence saisi un Biscayen convaincu d'avoir épousé sa commère, et deux Portugais qui en mangeant un poulet en avaient arraché le lard : on vint lier après le dîner le docteur Pangloss et son disciple Candide, l'un pour avoir parlé, et l'autre pour avoir écouté avec un air d'approbation : tous deux furent menés séparément dans des appartements d'une extrême fraîcheur, dans lesquels on n'était jamais incommodé du soleil ; huit jours après ils furent tous deux revêtus d'un san-benito, et on orna leurs têtes de mitres de papier : la mitre et le san-benito de Candide étaient peints de flammes renversées et de diables qui n'avaient ni queues ni griffes ; mais les diables de Pangloss portaient griffes et queues, et les flammes étaient droites. Ils marchèrent en procession ainsi vêtus, et entendirent un sermon très pathétique, suivi d'une belle musique en faux-bourdon. Candide fut fessé en cadence, pendant qu'on chantait ; le Biscayen et les deux hommes qui n'avaient point voulu manger de lard furent brûlés, et Pangloss fut pendu, quoique ce ne soit pas la coutume. Le même jour la terre trembla de nouveau avec un fracas épouvantable.

Ou les Réductions des Jésuites au Paraguay au chapitre 14 :

-- Tu as donc été déjà dans le Paraguay ? dit Candide. -- Eh vraiment oui ! dit Cacambo ; j'ai été cuistre dans le collège de l'Assomption, et je connais le gouvernement de Los Padres comme je connais les rues de Cadix. C'est une chose admirable que ce gouvernement. Le royaume a déjà plus de trois cents lieues de diamètre ; il est divisé en trente provinces. Los Padres y ont tout, et les peuples rien ; c'est le chef-d'oeuvre de la raison et de la justice. Pour moi, je ne vois rien de si divin que Los Padres, qui font ici la guerre au roi d'Espagne et au roi de Portugal, et qui en Europe confessent ces rois ; qui tuent ici des Espagnols, et qui à Madrid les envoient au ciel : cela me ravit ; avançons ; vous allez être le plus heureux de tous les hommes. Quel plaisir auront Los Padres quand ils sauront qu'il leur vient un capitaine qui sait l'exercice bulgare ! "

Il y a aussi l'intolérance nobiliaire du même chapitre :

Le baron ne pouvait se lasser d'embrasser Candide, il l'appelait son frère, son sauveur. " Ah ! peut-être, lui dit-il, nous pourrons ensemble, mon cher Candide, entrer en vainqueurs dans la ville, et reprendre ma soeur Cunégonde. -- C'est tout ce que je souhaite, dit Candide ; car je comptais l'épouser, et je l'espère encore. -- Vous, insolent ! répondit le baron, vous auriez l'impudence d'épouser ma soeur qui a soixante et douze quartiers ! Je vous trouve bien effronté d'oser me parler d'un dessein si téméraire ! " Candide, pétrifié d'un tel discours, lui répondit : " Mon Révérend Père, tous les quartiers du monde n'y font rien ; j'ai tiré votre soeur des bras d'un Juif et d'un inquisiteur ; elle m'a assez d'obligations, elle veut m'épouser. Maître Pangloss m'a toujours dit que les hommes sont égaux, et assurément je l'épouserai. -- C'est ce que nous verrons, coquin ! " dit le jésuite baron de Thunder-ten-tronckh, et en même temps il lui donna un grand coup du plat de son épée sur le visage. Candide dans l'instant tire la sienne et l'enfonce jusqu'à la garde dans le ventre du baron jésuite ; mais, en la retirant toute fumante, il se mit à pleurer : " Hélas ! mon Dieu, dit-il, j'ai tué mon ancien maître, mon ami, mon beau-frère ; je suis le meilleur homme du monde, et voilà déjà trois hommes que je tue ; et dans ces trois il y a deux prêtres. "

L'esclavage du chapitre 19 :

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n'ayant plus que la moitié de son habit, c'est-à-dire d'un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. " Eh, mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais- tu là, mon ami, dans l'état horrible où je te vois ? -- J'attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre. -- Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t'a traité ainsi ? -- Oui, monsieur, dit le nègre, c'est l'usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l'année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait : " Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l'honneur d'être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. " Hélas ! je ne sais pas si j'ai fait leur fortune, mais ils n'ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous. Les fétiches hollandais qui m'ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d'Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germains. Or vous m'avouerez qu'on ne peut pas en user avec ses parents d'une manière plus horrible.

and so long...

Exemples d'intolérance dans Candide

Comme nous sommes tous bénévoles ici, les réponses peuvent ne pas être immédiates ou ne pas venir du tout.

ok je m'excuse 

merci beaucoup pour ta réponse Jean-Luc , ma vision des choses était un peu limitée , c'est plus clair maintenant