Les plus beaux textes de la littérature française

Merci, Jacques...

Cet hommage à Maître François,
Je le connais, ça va de soi !

N'avais-je pas écrit, sur le fil où chacun expliquait son pseudo :

Je porte un prénom composé commençant par Jean, et la rue où j'habite se nomme rue Jéhenne... J'ai mélangé le tout, et voilà!
Bon, d'accord, le résultat fait un peu médiéval... Je ne suis pourtant pas médiéviste. Et je ne me considère pas non plus comme  un passéiste grincheux et rétrograde. Ce n'est pas du tout mon état d'esprit.
Mais je me sens tout de même parfois "moyenâgeux" sur les bords, comme dans la chanson de l'intemporel Brassens.
Brassens,  un orfèvre de la langue française comme je les aime !

Les plus beaux textes de la littérature française

bon soir a tous
s'il vous plait pourquoi vous n'essayez pas d'écrire vos textes aussi.

Les plus beaux textes de la littérature française

Car ce fil est un hommage, et nul ici n'a la prétention d'ériger ses textes sur un tel piédestal.

34 (Modifié par Jehan 28/08/2018 à 15:58)

Les plus beaux textes de la littérature française

Je me permettrai encore cette chanson de Brassens, que j'adore parole et musique :

La tondue

La belle qui couchait avec le roi de Prusse
Avec le roi de Prusse
A qui l'on a tondu le crâne rasibus
Le crâne rasibus

Son penchant prononcé pour les ich liebe dich
Pour les ich liebe dich
Lui valut de porter quelques cheveux postiches
Quelques cheveux postiches

Les braves sans-culottes et les bonnets phrygiens
Et les bonnets phrygiens
Ont livré sa crinière à un tondeur de chiens
A un tondeur de chiens

J'aurais dû prendre un peu parti pour sa toison
Parti pour sa toison
J'aurais dû dire un mot pour sauver son chignon
Pour sauver son chignon

Mais je n'ai pas bougé du fond de ma torpeur
Du fond de ma torpeur
Les coupeurs de cheveux en quatre m'ont fait peur
En quatre m'ont fait peur

Quand pire qu'une brosse elle eut été tondue
Elle eut été tondue
J'ai dit c'est malheureux ces accroch'-coeur perdus
Ces accroch'-coeur perdus

Et ramassant l'un d'eux qui traînait dans l'ornière
Qui traînait dans l'ornière
Je l'ai comme une fleur mis à ma boutonnière
Mis à ma boutonnière

En me voyant partir arborant mon toupet
Arborant mon toupet
Tous ces coupeurs de natt's m'ont pris pour un suspect
M'ont pris pour un suspect

Comme de la patrie je ne mérite guère
Je ne mérite guère
J'ai pas la croix d'honneur j'ai pas la croix de guerre
J'ai pas la croix de guerre

Et je n'en souffre pas avec trop de rigueur
Avec trop de rigueur
J'ai ma rosette à moi c'est un accroche-coeur
C'est un accroche-coeur.

35

Les plus beaux textes de la littérature française

J'aime beaucoup Stances à Marquise, de CORNEILLE :

"Marquise si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu'à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m'a vu ce que vous êtes
Vous serez ce que je suis.

Cependant j'ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n'avoir pas trop d'alarmes
De ces ravages du temps.
Vous en avez qu'on adore;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.

Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu'il me plaira de vous.

Chez cette race nouvelle,
Où j'aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu'autant que je l'aurai dit.

Pensez-y, belle Marquise.
Quoiqu'un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu'on le courtise,
Quand il est fait comme moi."

Mais aussi Derniers vers de RONSARD :

"Je n’ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé ;
Je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son fils, deux grands maîtres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m’a trompé.
Adieu, plaisant soleil, mon œil est étoupé,
Mon corps s’en va descendre où tout se désassemble.

Quel ami me voyant en ce point dépouillé
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu, chers compagnons, adieu, mes chers amis,
Je m’en vais le premier vous préparer la place."Et c'est sans oublier ce texte que je trouve personnellement magnifique, Le déserteur, de Boris Vian :

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir
S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer

Les plus beaux textes de la littérature française

Romanee.Litt a écrit :

J'aime beaucoup Stances à Marquise, de CORNEILLE :

[…]

Connais-tu la réponse de "Marquise" à Corneille?

Marquise si mon visage
A quelques traits un peu vieux
Souvenez-vous qu'à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m'a vu ce que vous êtes
Vous serez ce que je suis

Peut-être que je suis vieille
Répond Marquise cependant
J'ai vingt-six ans mon vieux Corneille
Et je t'emmerde en attendant
                     Georges Brassens

Les plus beaux textes de la littérature française

Peut-être que je serai vieille
Répond Marquise cependant
J'ai vingt-six ans mon vieux Corneille
Et je t'emmerde en attendant


La mise en musique est bien de Brassens... mais cette strophe-réponse est de Tristan Bernard.

Les plus beaux textes de la littérature française

J'étais sûr que Brassens ferait réagir Jehan!!! Je ne sais pas pourquoi j'ai écrit "suis" au lieu de "serai", ce qui constitue évidemment un contresens absolu!

39

Les plus beaux textes de la littérature française

La dernière phrase du roman La Nostalgie de l'ange d'Alice Sebold est d'une authentique délicatesse:

" Je vous souhaite à tous une longue vie de bonheur. "

Une oeuvre ineffable...

40

Les plus beaux textes de la littérature française

"J'ai souvent attribué ces sublimes visions à des anges chargés de façonner mon âme à de divines destinées; elles ont doué mes yeux de la faculté de voir l'esprit intime des choses; elles ont préparé mon coeur aux magies qui font le poète malheureux, quand il a le fatal pouvoir de comparer ce qu'il sent à ce qui est, les grandes choses voulues au peu qu'il obtient; elles ont écrit dans ma tête un livre où j'ai pu lire ce que je devais exprimer, elles ont mis sur mes lèvres le charbon de l'improvisateur."
- "Le Lys dans la vallée". Honoré de Balzac

Quand je lis un livre je suis toujours avec un crayon à papier à la recherche d'extrait ou de phrases qui me font wahou dans la poitrine!

En fait il y a tellement de textes ou de citations ou de poèmes qui me font tout chose, et ils sont tapissés dans ma chambre!!