L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire lui fait perdre la singularité...

Bonsoir tout le monde!!

Je ne suis pas ici, pour que les réponses me soient apportées sur un plateau d'argent car je pense que ce ne serait plus de l'aide sinon. Donc voila
J'ai une dissertation qui me parait assez difficile malgré le fait que ce ne soit pas la première.

Le sujet est selon Walter Banjamin que l'adaptation cinématograhique d'une oeuvre littéraire ferait perdre a celle-ci la singularité participant de l'aura de l'oeuvre d'art.

J'ai pas mal d'idées mais je n'arrive pas bien a comprendre le sujet. Le therme d'aura employé me fait douté sur une chose. Dans l'introduction de la dissertation, a votre avis devrais-je definir le therme d'aura et le role qu'il a dans cette phrase? Parce que le role qu'il joue ici est de definir l'oeuvre d'art comme unique et qui exerce une aura particulière.
Je pense devoir aussi expliquer ce qu'est une adaptation cinématographique mais je bloque.
Si vous avez quelques pistes ou indices ou bien conseils je suis toute ouie.

Mais je ne veux pas que l'on me fasse l'introduction car j'ai vu dans d'autres discussions que certain le faisait.

Sur ce je remercie toutes les personnes qui pourront m'éclairer .

La femme est le chef d'œuvre de Dieu surtout quand elle a le diable au corps!

2

L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire lui fait perdre la singularité...

En transposant à l' écran l' hypotexte qu' est l' oeuvre littéraire, le cinéaste fait des choix, décide de se centrer sur tel ou tel épisode, de supprimer des passages... Tout autant de changements qui "dénaturent" l' oeuvre originale, lui enlèvent son essence, sa singularité. L' aura renvoie à une idée d' émanation, de lumière, d' effet prestigieux. Le génie du livre perd donc son aura car le cinéma ne peut pas forcément retranscrire toutes les sensations et les interprétations qu' offre un livre.

L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire lui fait perdre la singularité...

Merci beaucoup
C'est une aide qui me sera precieuse j'ai maintenant les idées qui fusent, j'étais bloqué sur sa.
Donc voila, bonne soirée

4

L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire lui fait perdre la singularité...

Bonjour Never,

Je crois surtout que l'enjeu de ce sujet réside dans cette constatation : le cinéma montre là où le livre suggère. L'image projetée risque de tuer la nécessaire création imaginaire dans l'esprit du lecteur.

Le pouvoir des mots est infini, l'image est figée.

Mais certains chefs-d'œuvre du 7e art arrivent à retrouver cette puissance d'évocation du langage... car il existe aussi un langage, une grammaire cinématographiques...

L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire lui fait perdre la singularité...

L'aura dont parle Benjamin a beaucoup moins à voir avec l'œuvre qu'avec les circonstances de sa découverte.
L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire peut être rapprochée de toutes les adaptations et presque toutes les œuvres sont les adaptations d'une œuvre précédente et souvent de plusieurs qui étaient elles-mêmes des adaptations. Seulement, quand l'œuvre précédente est très connue, on ne peut pas s'en inspirer sans la citer. Toute la peinture religieuse est une adaptation d'écrits commentés dans les écoles alors religieuses. Les œuvres cinématographiques se donnent comme des adaptations d'œuvres connues, et en particulier d'œuvres étudiées dans les écoles, comme les tableaux se donnent pour des représentations de l'Annonciation ou de la Crucifixion.
Mais aujourd'hui on rencontre de plus en plus de cas où le film a été vu avant que le livre qui l'a inspiré soit lu, et les gens qui ont vu Blanche neige à l'écran peuvent être déçus en lisant le conte.

L'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire lui fait perdre la singularité...

Merci beaucoup!!
Désolé de ne pas avoir répondu plus tot.. J'étais assez occupé avec tout ce que l'on doit faire.
Je pense avoir compris le sujet. Merci pour vos aides