1

Mode de construction de la phrase complexe

Bonjour à tous,
Je viens à vous pour un soucis de grammaire française. Mon professeur de grammaire nous a fait faire un contrôlé sur " la phrase complexe " et j'aurais besoin d'aide n'ayant pas le corrigé de cette exercice.

Voici le texte :

Le flacon qu'on avait porté à t'an Mei contenait du vinaigre. Je trouvais que la gorgée qu'elle aurait bue serait amère, mais elle ferait éclater sa gloire, et j'ordonnais, me répétais-je, sourd à la scène qui avait lieu, qu'on lui taillât une robe qui aurait exactement la couleur de la lune : sa splendeur inconnue révélerait à tous l'éclat d'une femme si fidèle. On saurait la puissance de mon amour et la sérénité que nous avions atteinte.
Le messager frappa sont front sur le premier degré de la tribune impériale. Il déclara en pleurant que j'étais veuf. Il décrivit les paupières closes de T'an Mei. Elles étaient si fines qu'on voyait s'y dessiner le cercle immobile de la pupille.

J'aimerais savoir si mes réponses sont justes afin que je puisse passer mon examen en toute tranquillité...

1 ) [qu'on avait porté à T'an Mei ] = Subordonnée relative adjective explicative épithète liée à l'antécédent "flacon", le pronom relatif élidé "qu'" est COD du verbe "avait"

2) [ qu'elle aurait bue ] = relative adjective restrictive épithète liée à l'antécédent "gorgée", le pronom relatif élidé "qu'" est COD du verbe "aurait"

3) [ qui avait lieu ] relative adjective explicative épithète liée à l'antécédent scène, le pronom relatif "qui" est sujet de "avait"

4) [ qu'on lui taillât une robe ] = conjonctive complétive COD du verbe "répétais"

5) [ qui aurait exactement la couleur de la lune ] = relative adjective explicative épithète liée à l'antécédent "robe", le pronom relatif "qui" est sujet de "aurait"

6) [ on saurait la puissance de mon amour ] et [ la sérénité que nous avions atteinte ] = conjonction de coordination

7) [ que nous avions atteinte ] = relative adjective restrictive épithète liée à l'antécédent "sérénité", le pronom relatif "que" est COD du verbe "avions"

8)[ que j'étais veuf ] = conjonctive complétive, COD du verbe " déclara"

9) [ si fines qu'on voyait s'y dessiner le cercle...] Corrélation

Merci d'avance pour toute l'aide que vous pourrez m'apporter.

Mode de construction de la phrase complexe

4) complétive de "ordonnais"
7) que est COD de "avions atteinte" (plus-que-parfait de atteindre)

3

Mode de construction de la phrase complexe

d'accord, mais est ce que le reste vous semble juste ?

Mode de construction de la phrase complexe

Je n'ai rien relevé d'autre, mais comme je ne connais pas la question, il est difficile de dire si les réponses sont pertinentes.

Mode de construction de la phrase complexe

L'exercice était de relever et analyser les différents types de propositions de donner leur nature et fonction ainsi que la fonction du pronom relatif

Mode de construction de la phrase complexe

S'il ne fallait pas relever les prinicipales, c'est bon.
Mais je ne comprends pas la réponse 6 : 2 compléments d'objet coordonnées ne font pas une phrase complexe.

Mode de construction de la phrase complexe

Bonsoir !

Je suis moi même en période d'examen de grammaire donc je pense pouvoir t'aider (ça me permet de réviser en même temps   ).
Tes réponses sont justes, à part la 4 et la 7 comme l'a fait remarquer Anne.

En ce qui concerne la 6 je dirais plutôt :
[on saurait la puissance de mon amour] : proposition indépendante
[et la sérénité que nous avions atteinte] : proposition indépendante coordonnée à la précédente au moyen de la conjonction de coordination"et"

La 9 :
[ si fines qu'on voyait s'y dessiner le cercle...]
Un terme dans la principale est corrélé à un autre dans la subordonnée, entre les deux propositions, il y a interdépendance.

Ici pour compléter ta réponse, tu peux ajouter qu'il s'agit d'une corrélation en régime de subordination (par opposition à la corrélation par subordination implicite du type : plus il est grand plus il est bête.)

Deux dernières remarques :

1- Il est plus correct de dire "épithète liée de l’antécédent" et non "à l’antécédent".

2- [ qui aurait exactement la couleur de la lune ]
Pour cette proposition vous avez dit que qui était sujet de "aurait", il est plus correct de donner l'infinitif du verbe et non sa forme conjuguée. "Qui" est donc sujet de "avoir la couleur". (idem pour toutes les autres)