1

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Bien bonjours à tous,

Comment comprendriez-vous la phrase suivante : "...Dans l'assoupissement de sa conscience, elle prit même les répugnances du mari pour des aspirations vers l'amant..."

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Sa ferveur amoureuse pour son amant s'éteint peu à peu, et elle confond la répugnance qu'elle a pour son mari avec l'amour pour son amant. Le texte développe toute une opposition métaphorique entre le feu et la glace (la chaleur/le froid, la lumière/la nuit…) : la haine comme l'amour sont du côté du feu, et Emma croit donc voir dans sa haine une manifestation de l'amour.

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Bravo ! J'avais lu la question et avais envie de répondre (sans me référer au contexte). Mais j'avais abandonné, craignant de faire une réponse redondante, alambiquée, et finalement inutile. J'apprécie votre réponse pertinente qui tient en quatre lignes.

4

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Salut Trialph, merci pour cette très bonne réponse.
Mais je dois t'avouer, qu'à lire ce bout de phrase tel quel, sans tenir compte de son contexte, je vois ça plutôt comme: les défauts de Charles ("...les répugnances du mari...") lui font rappeler Léon, qui partagerait certains de ces défauts.

De plus, quand tu dis ceci:

Trialph a écrit :

Sa ferveur amoureuse pour son amant s'éteint peu à peu, et elle confond la répugnance qu'elle a pour son mari avec l'amour pour son amant.

Que veut dire concrètement: confondre la répugnance pour le mari avec l'amour pour son amant? Ou si je reformule ma question, d'où viendrait cette confusion dans l'esprit d'Emma? (parce qu'il y a qqch de contradictoire là-dedans).

5

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

C'est un transfert de frustration tournée en répulsion.

"Emma Bovary ne prendrait pas Rodolphe pour un prince charmant si elle n'imitait pas les héroïnes romantiques."
(René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque, p.31)

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Que veut dire concrètement: confondre la répugnance pour le mari avec l'amour pour son amant? Ou si je reformule ma question, d'où viendrait cette confusion dans l'esprit d'Emma? (parce qu'il y a qqch de contradictoire là-dedans).

Le passage est assez obscur, je suis bien d'accord. Il semble qu'Emma éprouve de la répugnance pour son mari et qu'elle croie que cette répugnance est l'amour qu'elle éprouve pour Léon. En d'autres termes, elle ne parvient pas à identifier correctement le sentiment qu'elle éprouve… ce qui est effectivement pour le moins étrange, car rien ne semble plus opposé que la répugnance et l'amour. Ces deux sentiments se rejoignent cependant sur deux points :
- d'abord, ce sont des sentiments : ils s'opposent ensemble à l'apathie dans laquelle tombe ensuite Emma.
- ensuite, ils relèvent tous les deux de l'idéal, ils sont deux manifestations de l'idéalisme d'Emma. C'est parce qu'Emma se nourrit de rêves romanesques qu'elle déteste son mari et qu'elle aime Léon. Cette contiguïté des deux sentiments me semble intéressante, parce qu'elle contredit la lecture simple qu'on pourrait faire de l'histoire d'Emma —une femme qui n'aime pas son mari et DONC qui cherche un amant : l'histoire est bien plutôt celle d'une femme qui vit dans un idéal romanesque et DONC qui déteste son mari et aime un amant dans le même mouvement.

…Ce qui me fascine décidément dans ce roman, c'est que l'idéal romantique qui est dénoncé chez Emma structure en même temps le texte : penser que l'opposition amour/haine vaut moins que l'opposition vie de l'âme, passions, émotions / indifférence, apathie, désenchantement, c'est une idée complètement romantique… Du coup, au moment même où Flaubert montre comme Emma est aveuglée par la pensée romantique, il la perdure lui-même.

7

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Léon ou Rodolphe ? 

8

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Emma exècre sa petite vie en général, son médiocre mari en particulier, et se trouve d'autant mieux disposée à aimer son amant, qui ne présente pourtant que l'attrait de la nouveauté et de ce qu'elle croit être l'aventure romanesque.

En grossissant un peu le trait, on pourrait presque comparer cela au démon de minuit.Au démon de midi, pardon !   Terrible lapsus tout droit sorti des années 80.

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Mais on sait que quand on lit Flaubert, il nous entraînera au bout de la nuit… 

Flaubert, Madame Bovary, II, 7 - Dans l'assoupissement de sa conscience, ...

Surtout un jour comme celui-ci