Les bons ouvrages ne sont pas seulement subversifs, mais tous ils remuent et réveillent les...

bonsoir tout le monde j'ai un devoir de dissertation à rendre le 28 decembre ( j'ai pas de vacances je fais des cours de rattrapage) le sujet porte sur la fonction du roman le voici:
"les bons ouvrages ne sont pas seulement subversifs, mais tous ils remuent et réveillent les pensées"
commentez et discutez cette affirmation

voici le plan auquel j'ai pensé:
1- un bon roman n'est-il pas subversif?
2- dans quelle mesure le roman eveille-t-il les pensées?
3- le roman n'a-t-il pas pour but de nous faire rever?

vos suggestions seront les bienvenues
merci!!!!

2

Les bons ouvrages ne sont pas seulement subversifs, mais tous ils remuent et réveillent les...

Bonjour,
Un plan plus détaillé serait peut-être bienvenue. Tu te contentes ici de recoller par bouts la problématique de l'auteur. Avec aussi peu d'éléments, il semble difficile de te conseiller...

A ton avis, le fait qu'il soit subversif est-il en contradiction avec le fait qu'il remue et éveille les pensées.
Tu peux aussi te demander ce que l'auteur sous-entend par "remuer" : s'agit-il d'une simple répétition de réveiller ou alors essaie-t-il de faire passer quelque chose de plus ?
L'affirmation "bon ouvrage" mérite aussi d'être travaillé, car qu'est-ce qu'un "bon ouvrage : un livre plus reconnu mondialement ou plutôt un texte qui nous plaît personnellement ? Ainsi tu peux retourner la problématique : un roman qui remue et réveille les pensées est-il toujours bon? 
L'auteur est-il en train de parler de livres en général ou simplement de littérature ? Un ouvrage scientifique peut-il convenir avec cette définition ?

Je te laisse réfléchir à ces interrogations, en espérant que celles-ci te pousseront à accomplir un plan plus détaillé.

Bonne chance

Les bons ouvrages ne sont pas seulement subversifs, mais tous ils remuent et réveillent les...

Les pistes de réflexion données dans le précédent message pourront sans doute vous aider, mais je me permets deux rectifications :

utilisateur a écrit :

1. L'affirmation "bon ouvrage" mérite aussi d'être travaillé, car qu'est-ce qu'un "bon ouvrage : un livre plus reconnu mondialement ou plutôt un texte qui nous plaît personnellement ?
2. L'auteur est-il en train de parler de livres en général ou simplement de littérature ? Un ouvrage scientifique peut-il convenir avec cette définition ?

1. Un "bon ouvrage", selon la citation, est justement un ouvrage subversif, qui remue et réveille la pensée, au-delà de toute considération de goût ou de notoriété.

2. La dissertation portant sur les fonctions du roman, il faudra veiller à ne pas élargir le sujet aux autres formes d'écriture.

4

Les bons ouvrages ne sont pas seulement subversifs, mais tous ils remuent et réveillent les...

Bonjour Trialph,
Je m'excuse si mes questions pouvaient paraître rhétoriques, mais celles-ci n'esquissaient en fait que quelques axes de réflexion.
Je me permets également d'insister sur le côté personnel du roman. Existe-t-il un livre qui est capable de remuer et réveiller les pensées de chacun ou celui-ci varie-t-il d'une sensibilité à l'autre ? Selon moi, la qualité d'un roman ,d'après la définition, est tout sauf exogène au sujet. L'âge, le milieu social, la situation familiale, etc, sont autant de facteurs qui peuvent faire varier les sensibilités de chacun. Cependant, l'autre point de vue, celui de considérer que certains romans (notamment ceux qui sont arrivés jusqu'à nous par l'intermédiaire d'éliminations successives des plus "mauvais") touchent plus facilement le lecteur est à considérer. Pourtant, si les pensées de chaque individu diffèrent, comment un même livre pourrait-il les réveiller universellement ?
Ce n'est simplement qu'un aspect de la question et j'engage tassure à tenir plus compte de l'avis de Trialph (plus expérimenté que moi) s'il vient à me contredire après qu'il ait lu mes précisions.