1

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Bonsoir à tous,
Je suis une élève de 1ère et j'ai une dissertation à faire et à rendre demain, mais malheureusement je ne trouve pas d'idée !
J'ai déjà commencé, mais j'ai peur d'être hors sujet !

Voici l'énoncé : " Deux interlocuteurs confrontent leur point de vue sur la littérature : pour l’un, toute œuvre littéraire, même si elle appartient au passé, parle aux hommes d’aujourd’hui. Pour l’autre, une œuvre littéraire ne peut être comprise et appréciée que par les lecteurs contemporains de l’auteur "

Je ne vous demande pas de me faire le travail mais de m'aider à trouver quels points je pourrais aborder !

Merci d'avance

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

2

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Dissertation très intéressante :
pour le premier interlocuteur, je te conseille de te  pencher sur de thèmes universels et récurrents : les topoi .
pêle-mêle :
l'amour : Roméo et Juliette, La Princesse de Clèves, L' Insoutenable légèreté de l' être, Belle du Seigneur, Aurélien. Les exemples sont vraiment très nombreux. A toi de piocher dans tes lectures.
l' amitié : Les Faux monnayeurs, L' Homme qui rit...
la haine : Les Trois mousquetaires, Voyage au bout de la nuit.
le mal-être : La Métamorphose, L' Etranger, le théâtre de l' absurde

Pour le deuxième interlocuteur, souligne le fait que l' on ne peut comprendre certains éléments d' une oeuvre littéraire qu' en ayant vécu à la même époque de l' écriture.
Réfère-toi à l' ouvrage critique très intéressant mais assez ardu de Bénichou, Morales du siècle, très utile pour cette partie.
Vois aussi l' importance de l' Histoire et des moeurs qui diffèrent selon les époques. Comme exemple, tu peux prendre du Laclos, du Zola, du Stendhal.
Sinon, appuie toi sur le Moyen-Age. A cette époque, la conception de l' amour n' était pas du tout la même qu' aujourd' hui ( cf le cycle de la Table Ronde ) . C' est la fine' amor.

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Thomas1604 a écrit :

L' Homme qui rit...

Pour l'amitié il y a plus représentatif que ce roman non? Tu penses à laquelle?

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Oui, et puis Bénichou n'a pas écrit "Les morales du siècle", mais "Les morales du grand siècle", et, du jour au lendemain il n'est pas question de lire cet ouvrage qui n'a pas directement rapport au sujet.

Il vaut mieux penser, d'une part,  à un texte ancien qu'on a lu et apprécié, et d'autre part à un texte d'actualité qu'on a également lu et dont on sait qu'il n'a d'autre intérêt que son acttualité, et ensuite se demander comment des sources d'intérêt aussi différentes se mêlent dans quelques œuvres qu'on connait, soit parce qu'elles nous font connaitre une époque par leur actualité, soit parce que leur intérêt est indépendant de l'époque où elles ont été écrites

5

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Thomas1604 a écrit :

L' Homme qui rit...

Pour l'amitié il y a plus représentatif que ce roman non? Tu penses à laquelle

Entre Homo et Ursus (cf incipit )

Oui, et puis Bénichou n'a pas écrit "Les morales du siècle", mais "Les morales du grand siècle", et, du jour au lendemain il n'est pas question de lire cet ouvrage qui n'a pas directement rapport au sujet.

Oui désolé, j' ai oublié un mot.
Navré, mais l' ouvrage de Bénichou ne parle que de cela. L' auteur, tout au long de son ouvrage, renvoie à la question du lien qu' il existe entre une oeuvre littéraire et son contexte de production. La littérature du XVII ème siècle, évoquée ici à travers trois auteurs, Corneille, Molière et Pascal, témoigne des conditions historiques dans lesquelles elle a été écrite. Par conditions, j' entends religieuses, politiques, sociales, économiques et culturelles. J' avais une fiche de lecture à faire sur cet ouvrage pour la fac et j' y ai passé un nombre considérable d' heures. La thèse de Bénichou est en parfaite adéquation avec le sujet.

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Plutôt que de se référer à Bénichou (surtout en 1ère...), d'un point de vue strictement littéraire et pour ce même XVIIe siècle (ce n'est pas le seul siècle concerné, certes), le concept de lectures à clés me paraît plus pertinent.

7

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Que veux-tu dire par lectures à clés ?

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Autre alternative : partir d'arguments, et recouper avec des oeuvres que tu connais.
Pourquoi une oeuvre garderait-elle un certain hermétisme à tout lecteur d'une autre époque ?
   - de manière très pragmatique, on se réfèrera immédiatement au langage ;
   - tout un contexte social qui détermine la visée de l'auteur (théâtre de Molière) ;
   - tout un univers qui transpire derrière l'action, et qui peut paraître obscur (LLD : libertinage, etc.) ;
   -  etc.

C'est une proposition.

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

@Thomas

Certaines oeuvres du XVIIe siècle (par exemple les romans de Mlle de Scudéry), et au-delà, faisaient l'objet dans les salons mondains où ils étaient lus et commentés de recherches scrupuleuses pour savoir quelle personne se cachait derrière tel personnage, quel château ou quel jardin était représenté par les lieux idéalisés de la fiction. Certains clés étaient évidentes, d'autres plus ou moins assumées. Mais subsistait un indéniable jeu entre réalité et fiction et une connivence entre l'auteur et ses lecteurs informés. On peut presque parler de "gazette romanesque" (Chantal Morlet-Chantalat)
Des chercheurs se sont alors au fil des siècles efforcés de trouver les clés de tel ou tel roman (à l'exemple de Victor Cousin pour Le Grand Cyrus, XIXe siècle oblige...).
C'est une lecture qui a certes beaucoup de limites (pour des raisons évidentes) mais le fait qu'on ne lise plus -ou avec beaucoup de réticences- certains vieux ouvrages plus ou moins codés, faute de connaissances suffisantes, témoigne sans doute d'une véritable tension entre une époque reflétée -et simplement reflétée !- dans une oeuvre et le public auquel elle s'adressait.
Le décalage que produisent ces oeuvres trop fortement historicisées et le danger de la deuxième thèse de la citation (une lecture volontiers historicisante et souvent érudite, qui écarte le plaisir) est, je pense, à prendre en compte dans ce sujet.

Mais bon, je crains qu'il ne soit un peu tard...

10

Une œuvre littéraire ne peut-elle parler qu'aux contemporains de l'auteur ?

Merci beaucoup Polo, j' ai appris quelque chose aujourd' hui =p