1

Molière, Dom Juan, acte II, scène 3

Bonjour, je suis en 1ère et j'ai un commentaire à faire sur L'acte 2 scène 3 de Dom Juan .

Je voudrais savoir si mon plan est correcte :

I) Une scène Comique
  a) Comique de geste

Didascalies:  - Les Soufflets
                        - Sganarelle reçoit le soufflet destiné à Pierrot (L:58)
                        - Charlotte prend Pierrot par le bras.
                        - Pierrot provoque Dom Juan puis se cache derrière Charlotte (L:44)

  b) Comique de mots
Pierrot: - Il parle en Patois contrairement à Dom Juan : " Quement ? "  (L:13)
                                                                                     " Allez-v'-s-en caresser les vôtres "
                                                                                     (L:16)
                 - Jurons: "Jerniquenne!" (L:9)
                               "Testiguenne!" (L:15)
                               "Ventrequé!" , "Palsanqué" (L:21)
                               "Morquenne!" (L:22)
Dom Juan: - Il se moque de Pierrot car il ne prend même pas la peine de lui  répondre quand il le fait c'est par des "Ah!" (14), "Heu?" (18), "Houais" (52) ..
                     

c) Comique de Situation :
→ 1: Pierrot Vient de sauver Dom Juan de la noyade et en remerciement, il se prend des  Soufflets de la part de se dernier (19)

       2: Sganarelle reçoit un soufflet destiné à Pierrot (58)

       3: Pierrot se voit voler sa promise par celui qu'il vient de sauvé (Dom Juan)

       4: Obsession de Charlotte à vouloir devenir Madame ( Réplique ligne 25)

II) Le rire est divertissant mais peut-il faire réfléchir ?

Mais là je peux dire quoi ?
Merci d'avance C'est peut-etre pas sa la deuxième partie ..
Auriez-vous une idée svp ?

Scène 3

Dom Juan, Sganarelle, Pierrot, Charlotte.
Pierrot, se mettant entre-deux et poussant Dom Juan.
Tout doucement, Monsieur, tenez-vous, s’il vous plaît. Vous vous échauffez trop, et vous pourriez gagner la purésie.
Dom Juan, repoussant rudement Pierrot.
Qui m’amène cet impertinent ?
Pierrot
Je vous dis qu’ou vous tegniez, et qu’ou ne caressiais point nos accordées.
Dom Juan continue de le repousser.
Ah ! que de bruit !
Pierrot
Jerniquenne ! ce n’est pas comme ça qu’il faut pousser les gens.
Charlotte, prenant Pierrot par le bras.
Et laisse-le faire aussi, Piarrot.
Pierrot
Quement ? que je le laisse faire ? Je ne veux pas, moi.
Dom Juan
Ah !
Pierrot
Testiguenne ! parce qu’ous êtes Monsieu, ous viendrez caresser nos femmes à note barbe ? Allez-v’s-en caresser les vôtres.
Dom Juan
Heu ?
Pierrot
Heu. (Dom Juan lui donne un soufflet.) Testigué ! ne me frappez pas. (Autre soufflet.) Oh ! jernigué ! (Autre soufflet.) Ventrequé ! (Autre soufflet.) Palsanqué ! Morquenne ! ça n’est pas bian de battre les gens, et ce n’est pas là la récompense de v’s avoir sauvé d’estre nayé.
Charlotte
Piarrot, ne te fâche point.
Pierrot
Je me veux fâcher ; et t’es une vilaine, toi, d’endurer qu’on te cajole.
Charlotte
Oh ! Piarrot, ce n’est pas ce que tu penses. Ce Monsieur veut m’épouser, et tu ne dois pas te bouter en colère.
Pierrot
Quement ? Jerni ! tu m’es promise.
Charlotte
Ça n’y fait rien, Piarrot. Si tu m’aimes, ne dois-tu pas être bien aise que je devienne Madame ?
Pierrot
Jerniqué ! non. J’aime mieux te voir crevée que de te voir à un autre.
Charlotte
Va, va, Piarrot, ne te mets point en peine : si je sis Madame, je te ferai gagner queuque chose, et tu apporteras du beurre et du fromage cheux nous.
Pierrot
Ventrequenne ! je gni en porterai jamais, quand tu m’en poyrais deux fois autant. Est-ce donc comme ça que t’escoutes ce qu’il te dit ? Morquenne ! si j’avais su ça tantost, je me serais bian gardé de le tirer de gliau, et je gli aurais baillé un bon coup d’aviron sur la teste.
Dom Juan, s’approchant de Pierrot pour le frapper.
Qu’est-ce que vous dites ?
Pierrot, s’éloignant derrière Charlotte.
Jerniquenne ! je ne crains parsonne.
Dom Juan passe du côté où est Pierrot.
Attendez-moi un peu.
Pierrot repasse de l’autre côté de Charlotte.
Je me moque de tout, moi.
Dom Juan court après Pierrot.
Voyons cela.
Pierrot se sauve encore derrière Charlotte.
J’en avons bien vu d’autres.
Dom Juan
Houais !
Sganarelle
Eh ! Monsieur, laissez là ce pauvre misérable. C’est conscience de le battre. Écoute, mon pauvre garçon, retire-toi, et ne lui dis rien.
Pierrot passe devant Sganarelle, et dit fièrement à Dom Juan.
Je veux lui dire, moi.
Dom Juan lève la main pour donner un soufflet à Pierrot, qui baisse la tête, et Sganarelle reçoit le soufflet.
Ah ! je vous apprendrai.
Sganarelle, regardant Pierrot qui s’est baissé pour éviter le soufflet.
Peste soit du maroufle !
Dom Juan
Te voilà payé de ta charité.
Pierrot
Jarni ! je vas dire à sa tante tout ce ménage-ci.
Dom Juan
Enfin je m’en vais être le plus heureux de tous les hommes, et je ne changerais pas mon bonheur à toutes les choses du monde. Que de plaisirs quand vous serez ma femme ! et que…

2

Molière, Dom Juan, acte II, scène 3

Bonjour,
Si je me souviens bien (ça remonte à plus de deux ans, donc...), la seconde partie proposée par mon professeur avait été "une scène pathétique" du fait de l'impuissance de Pierrot devant la supériorité autant intellectuelle que de classe social de Dom Juan; par la non-reconnaissance de celui-ci devant son sauveur ; à cause de l'ingratitude de la femme et son idiotie.

Pour faire le plan de ce commentaire, il faut bien se demander quelle est la distinction de cette scène comparée aux autres et sa place dans la pièce. A ce moment, alors que le spectateur commençait à s'attacher à Dom Juan, certes "pourceau d'épicure", mais aussi intelligent, brave et inflexible, Molière veut rappeler qu'il n'est pas un héros ordinaire. Il est aussi un être cruel et égoïste, et détruit systématiquement tout ce qu'il approche. Cette scène est justement emblématique de ce paradoxe : elle fait rire certes (c'est tout de même le but de la pièce), mais d'un rire grinçant devant l'amère compréhension. Dom Juan n'est pas si héroïque qu'on pourrait le penser (ici les spectateurs sont derrière Pierrot, et non pour Dom Juan comme dans la scène où son précepteur se fait manipuler).

Molière, Dom Juan, acte II, scène 3

Bonjour/Bonsoir,
je suis en seconde et mon professeur de français nous a donné un devoir qui consiste à rédiger 3 paragraphes explicatifs qui démontrent que nous avons à faire à une scène de farce (acte II scène III de Dom Juan de Molière).
Je ne sais pas quoi mettre dans ces paragraphes, merci de votre aide.

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

4

Molière, Dom Juan, acte II, scène 3

Tu dois d'abord revoir ce qui caractérise le genre de la farce. Si tu trouves trois caractéristiques, tu auras les thèmes des trois paragraphes.

https://www.etudes-litteraires.com/figu … /farce.php