1

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Salut à tous
je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de ce sujet, mais c'est un sujet très intéressant à étudier. Certains titres d'articles de presse surtout dans NouvelOBs, Express, Figaro... peuvent être étudier en terme de glissement sémantique, de connotations....
Si vous avez déjà entendu parle de ça, je vous propose den discuter et de se partager des bibliographies. Merci

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Bonjour,

Effectivement j'en ai entendu parler de ce jeux de mots, mais peux-tu nous en dire un peu plus.

As-tu la méthode qu'on peut utiliser ?

Bonne journée

Wafa

3

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Au fait, il s'agit d'analyser un titre d'article de presse du point de vue lexico-syntaxique (passage d'une expression d'un état figé à un état défigé) et contextuel (le contexte dans lequel on a écrit l'article) et en déduire les véritables significations sous-jacentes. Par exemple :
Cathédrale d'Instabul : "Il était une foie". (Paru dans l'express Magazine) Dans ce cas ce serait très intéressant d'étudier comment "il était une fois " est devenu "il était une foie". Quels sont les changements du point de vue syntaxique, lexicale... Et quelle est la véritable signification de ce titre par rapport à l'article.
Dans cet exemple, l'auteur de l'article veut attirer l'attention du lecteur tout d'abord sur le jeu de mot (l'orthographe) mais en réalitéil veut insinuer que la cathédrale d'Instabul renferme beaucoup d'histoire. Et de sucroît d'histoire de religion. Car La cathédrale a été occupé tout d'abord par les catholiques orthodoxes puis par les musulmans (devenu mosquée) et ainsi de suite et maintenant c'est un musée!!!!
C'es amusant à étdie mais la base c'est qu'il faut juste être très branché syntaxe !!!!
Et moi je cheche de nouvelles documentations!!!!

4

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Y en a un classique en ce moment, issu du nouvel Obs : "Sarkommence"

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Ces jeux de mots sont souvent des calembours plus ou moins réussis.

Je me demande, Rolland, si, à "il était une fois", l'auteur n'a pas opposé plutôt "il était une foi". D'ailleurs, foie est du masculin et serait fautif dans "il était une foie".

Voici d'autres calembours, non politiques, extraits de mon livre.

  • Le grand Dieu fit les planètes et nous faisons les plats nets. (RABELAIS. GARGANTUA)

  • Elle est un beau brin de fil. (AURELIEN SCHOLL. SUR SARAH BERNHARDT)

  • J’adore l’Angleterre. Je lâcherais tout, même la proie, pour Londres. (ALPHONSE ALLAIS. À SE TORDRE)

  • Je panse, donc j'essuie. (ALPHONSE ALLAIS. LES PENSEES)

  • Pauvre France ! Où est l'Augias qui te guérira de ton incurie ? (ALPHONSE ALLAIS. IBIDEM)

  • Il cherchait une âme-sœur, il n’a trouvé qu’un confrère. (WILLY)

  • La critique est Thésée, mais l’art est Hippolyte. (HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC)

  • Une dame du monde s’étonne que, le vibromasseur électrique ayant rendu d’utiles services, personne n’ait encore songé à construire un vibromonfrère. (GASTON DE PAWLOWSKI)

  • Le fruit d'Ève fendu. (JEAN COCTEAU. ALLEGORIES)

  • Si tu ne veux pas que je meure, ne me parle pas de cyprès. (JEAN COCTEAU)

  • Jolie scie à ruban cherche lame sœur pour débiter des petits riens. (PIERRE DAC. L’OS A MOELLE)

  • Il avait eu un ancêtre à Bouvines et un autre à bout de souffle. (PIERRE DAC)

  • On est mieux assis que debout, et vermouth cassis. (PIERRE DAC)

  • Un concerné n'est pas forcément un imbécile en état de siège pas plus qu'un concubin n'est obligatoirement un abruti de nationalité cubaine. (PIERRE DAC)

  • Géricault est un célèbre peintre français, dont la trompette était le violon d'Ingres. (PIERRE DAC)

  • Le cœur va à pied, les sens en auto. (MARCEL ACHARD)

  • Ils étaient quatre qui n’avaient plus de tête, / Quatre à qui l’on avait coupé le cou. / On les appelait les quatre sans cou. (ROBERT DESNOS. LES QUATRE SANS COU)

  • Julien Benda, ce mélancolique passé défini. (HENRI JEANSON)

  • Le serpent du Jeu de Paume et le serment du jus de pomme. (JACQUES PREVERT. PROMENADE DE PICASSO, PAROLES)

  • Elle est très belle, vue de dot. (ALEXANDRE BREFFORT)

  • Un monocle est un verre solitaire. (LEO CAMPION. LEXIQUE POUR RIRE)

  • Un enfant est un fruit qu'on fit. (LEO CAMPION. IBIDEM)

  • L’ennui porte conseil. (GILBERT CESBRON. JOURNAL SANS DATE)

  • Madame, n’achetez plus de tissus écossais. Écossez-les vous-mêmes. (FRANCIS BLANCHE)

  • Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. (FRANCIS BLANCHE)

  • La devise des Blue Bell Girls : la paillette, nous voici ! (SAN-ANTONIO. LES MOTS EN EPINGLE)

  • Tous les égouts sont dans la nature. (SAN-ANTONIO. IBIDEM)

  • C'est pour satisfaire les sens qu'on fait l'amour ; et c'est pour l'essence qu'on fait la guerre. (RAYMOND DEVOS. MATIERE A RIRE)

  • Un croyant, c'est un antiseptique. (RAYMOND DEVOS. IBIDEM)

  • Phryné est cette charmante personne qui transforma une cour d'assises en tribunal de peau lisse. (NOCTUEL)

  • Les philosophes ressemblent sans le savoir aux fourrures. Tous deux attirent les mythes. (JACQUES STERNBERG. LES PENSEES)

  • Le temps passe et fait mes rides. (ROLAND BACRI. LES PENSEES)

  • Ulysse. Que vouliez-vous qu'il fît contre Troie ? (ROLAND BACRI. LE PETIT LETTRE ILLUSTRE)

  • Heureux qui comme Alice a fait un beau voyage. (ROLAND BACRI. IBIDEM)

  • Pour Juliette, tous les chemins mènent à Roméo. (ROLAND BACRI. IBIDEM)

  • Un peu d'Eire, ça fait toujours Dublin. (JEAN-PAUL GROUSSET. SI T’ES GAI, RIS DONC)

  • Un seul hêtre vous manque et tout est des peupliers. (JEAN-PAUL GROUSSET. IBIDEM)

  • Avoir de la cuite dans les idées. (JEAN-PAUL GROUSSET. IBIDEM)

  • Il vaut mieux avoir l'âge de ses artères que l'âge de César Franck. (JEAN YANNE)

  • On se croit l’âme d’un César bis et l’on n’a que l’âge d’un César ter. (GREGOIRE LACROIX. LES EUPHORISMES DE GREGOIRE)

  • Si les fils d’Hippocrate sont des hypocrites, faut-il en déduire que les fils de Démocrite sont des démocrates ? (JEAN SAUTERON)

  • Les états d’âme sont comme un opéra de vagues nerfs. (GREGOIRE LACROIX. LES EUPHORISMES DE GREGOIRE)

  • La devise de la métallurgie anglaise : Tout fer plaît. (CHARLES MORELLET. BAGUENAUDERIES)

  • Une glande est un sécréteur perpétuel de notre académie. (ANONYME)

  • Quand je pense que Mac Arthur aurait pu s’appeler Mac Eugène ! (ANONYME)

  • La vie est amère ; or la vie est l'attente de la mort ; donc la mort est ta cousine. (ANONYME)

  • Le pape est mort. Un autre pape est appelé à régner. Araignée ? Quel drôle de nom pour un pape ! Pourquoi pas libellule ou papillon ? (ANONYME)

  • Les habitants de Fos sont sceptiques. (RADIO)

6

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

salut à tous
En effet, tu as raison pour "foi" c'était une erreur de ma part. Merci pour la liste des calembours.

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

LISEZ Jean-Pierre BRISSET. SES Oeuvres complètes.
LEs presses du réel, 2004, Dijon.

QUESTION jeux de mots, vous les aurez tous servi !

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Voici d’autres mots d’esprit et calembours (avec peut-être des doublons) :

  • Je pense, donc tu suis. (PIERRE DESPROGES)

  • Messieurs, lequel de vous deux est Madame ? (UN PAYSAN SURPRENANT AVEC SON MARI LA NIÈCE DE VOLTAIRE, QUI ÉTAIT PLUTÔT MASCULINE)

  • Il ne faut pas courir deux lèvres à la fois. (HONORÉ DE BALZAC. PROVERBES)

  • Monsieur, vous me prenez sans doute pour une autre ! - Non, Madame, je vous prends pour moi. (JULES BARBEY D’AUREVILLY)

  • Les contraires s’attirent, les extrêmes se couchent. (WILLY)

  • Je lui ferais bien l’amour ! - Vous voulez sans doute dire volontiers ? (MARCEL ACHARD)

  • Bien faire et les séduire ! (ALEXANDRE BREFFORT)

  • Un monsieur entre par inadvertance dans une salle de bains où une dame fait sa toilette. S’il en ressort en disant : « Pardon, Madame ! » , c’est de la politesse. S’il dit : « Pardon, Monsieur ! », c’est du tact. (JEAN NOHAIN)

  • Il arrive un âge où le moindre mâle est un bien pour une femme. (JEAN DELACOUR)

  • Cette fille ne prenait du caractère que lorsqu’on l’étendait sur la bruyère. (SAN-ANTONIO. LES MOTS EN ÉPINGLE)

  • L’amour est à la portée de toutes les bourses. (SAN-ANTONIO. IBIDEM)

  • Si vous surprenez un homme et une femme en train de faire l’amour, soyez discret et dites : « Excusez-moi, Messieurs. » (JEAN-CHARLES. HISTOIRES)

  • Je ferais bien l’amour avec vous. - Dites donc, je ne suis pas une putain. - Mais qui vous a parlé d’argent ? (JEAN-CHARLES. IBIDEM)

  • La nudité est une absence de vêtements qui ne manque pas d’effets. (NOCTUEL)

  • J’adore être pris en flagrant délire. (RAYMOND DEVOS. MATIÈRE À RIRE)

  • Cent fois sur le fessier remettez votre ouvrage. (JACQUES STERNBERG. LES PENSÉES) (VARIANTE : ... VOTRE HOMMAGE.)

  • Tout est à point si c’est bien tendre. (CHARLES MORELLET. BAGUENAUDERIES)

  • Tu veux un whisky ? - Oh ! juste un doigt. - Tu ne veux pas un whisky avant ? (TÉLÉ)

  • Tu as déjà fait l’amour dans une voiture ? - Non, je n’ai pas encore mon permis. (RADIO)

  • Quand, suivie par un homme, une femme s’arrête, c’est qu’elle marche. (ANONYME)

  • Chéri, c’est vrai que nous avons des relations sexuelles ? - Mais bien sûr ! - Alors pourquoi ne les invitons-nous jamais ? (ANONYME)

  • Mais, Madame, je ne vous dévisage pas, j’envisage. (ANONYME)

  • Une dame à qui Alexis Piron avait tâté les appas, lui donna un soufflet. Piron lui écrivit : « Madame, si votre cœur est aussi dur que votre cul, / Piron est un homme foutu. » Elle eut l’esprit et l’amabilité de lui répondre : « Monsieur, si votre sexe est aussi dur que votre main, / Je vous attends demain. » (ANONYME)

  • L’absinthe a perdu nos pères et perd nos fils. (CALEMBOUR)

  • La moule est une bâilleuse de fond. (CALEMBOUR)

  • Le serpent du Jeu de Paume et le serment du jus de pomme. (JACQUES PRÉVERT. PROMENADE DE PICASSO, PAROLES)

  • Jérusalem : J’ai rusé l’âme. (JACQUES PRÉVERT. FATRAS)

  • Elle est très belle, vue de dot. (ALEXANDRE BREFFORT)

  • Un monocle est un verre solitaire. (LÉO CAMPION. LEXIQUE POUR RIRE)

  • Un enfant est un fruit qu’on fit. (LÉO CAMPION. IBIDEM)

  • L’ennui porte conseil. (GILBERT CESBRON. JOURNAL SANS DATE)

  • Madame, n’achetez plus de tissus écossais. Écossez-les vous-mêmes. (FRANCIS BLANCHE)

  • Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. (FRANCIS BLANCHE)

  • La devise des Blue Bell Girls : la paillette, nous voici ! (SAN-ANTONIO. LES MOTS EN ÉPINGLE)

  • Tous les égouts sont dans la nature. (SAN-ANTONIO. IBIDEM)

  • C’est pour satisfaire les sens qu’on fait l’amour ; et c’est pour l’essence qu’on fait la guerre. (RAYMOND DEVOS. MATIÈRE À RIRE)

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

http://wayback.archive.org/web/*/http:/ … gue01.html un catalogue de jeux de mots dont pas mal issus de journaux.
Les autres rubriques du site sont aussi très plaisantes.

Lexicologie : jeux de mots dans les titres d'articles de presse

Bonsoir, Anne !

Effectivement, c'est divertissant. j'en ferai moisson. Merci !

J'y ai retrouvé des citations que mon troisième livre contient.
Ce qui est attribué à Néron est, à la vérité, un mot de Vespasien.
Une présomption d'exactitude, c'est lorsque, en plus de l'auteur, un ouvrage de référence est indiqué. Mais il y a déjà tant d'auteurs anonymes qu'on finirait par croire que tout le monde a de l'esprit...

* L’amour, c’est comme la grippe : ça s’attrape dans la rue et ça se termine au lit. (ANONYME)

* L'amour est aveugle, mais le mariage lui rend la vue. (GEORG LICHTENBERG. APHORISMES)

* L'argent n’a pas d’odeur. (VESPASIEN À SON FILS TITUS. SUÉTONE. VIES DES DOUZE CÉSARS)