71

L’avenir du concours de l’agrégation

Tant qu'il y aura des agrégés parmi les ministres de premier rang, et notamment ceux de l'Enseignement supérieur et de la recherche, on peut parier que l'agreg ne disparaîtra pas d'un seul coup

L’avenir du concours de l’agrégation

Lysdanslavallee a écrit :

Tant qu'il y aura des agrégés parmi les ministres de premier rang, et notamment ceux de l'Enseignement supérieur et de la recherche, on peut parier que l'agreg ne disparaîtra pas d'un seul coup

Ce qui n'est pas le cas de Luc Chatel, ni de Valérie Pécresse. En revanche, Darcos, oui. Peut-être est-il membre ici, d'ailleurs ... lol

73

L’avenir du concours de l’agrégation

Cher tous,

Comme vous le savez sans doute, l'Education Nationale procède actuellement à une réforme globale des concours et de la formation des enseignants.
L'avenir du CAPES est clairement défini sur le site de l'Education Nationale : la session de 2014 est de nature exceptionnelle et anticipée (épreuves d'admissibilité en juin 2013 et épreuves d'admission en juin 2014) et les session suivantes, à partir de celle de 2015 donc, verront un retour au concours à bac +4 (les épreuves d'admissibilité et d'admission seront toutes passées en fin de M1). Je fais suivre ici le lien http://www.education.gouv.fr/cid65919/c … tions.html
Cependant, rien n'est encore apparu concernant le concours de l'agrégation. Doit-on penser qu'elle aussi sera remise à bac +4 ? Certains oiseaux de mauvaises augures prédisent la disparition du concours...
Par ailleurs, je m'inquiète un peu de cette professionnalisation à outrance des concours. Quid des élèves qui étudieront en master de recherches et non en master enseignement et qui souhaiteront préparer l'agrégation mais aussi en filet de sécurité le CAPES ?  Seront-ils aussi bien préparer ? Les modules de préparation au CAPES des Universités pour les étudiants déjà titulaire d'un master existeront-ils toujours ?
Je suis perturbé par tous ces bouleversements. J'ai toujours envisagé l'agrégation après un master de recherches, et bien sûr de m'inscrire aussi au concours du CAPES, conscient de la difficulté de l'agrégation. Mais maintenant, je ne sais plus si je dois prendre le risque d'aller en master de recherches et voir mes chances d'obtenir le CAPES réduites (et de me retrouver finalement sans être admis à aucun des deux concours) ou alors m'inscrire en master enseignement - mais il s'agit d'une formation qui n'est pas du tout adaptée au concours de l'agrégation. Devant choisir un master pour septembre prochain, il serait temps que les réformes de l'Education Nationale concernant TOUS les concours soient édictées.

74

L’avenir du concours de l’agrégation

Qui sait?

Paris IV (où tu sembles étudier) propose un nombre conséquent de cours de préparation à l'agrégation en tout cas, pour le moment. Donc si tu veux faire Master recherche + suivre ces cours-là c'est pour l'instant possible ; après reste à voir ce que les réformes changeront.

L’avenir du concours de l’agrégation

Je crois (quelqu'un peut-il le confirmer?) que maintenant, ceux qui sont refusés de peu à l'agrégation obtiennent d'office le CAPES, ce qui peut résoudre ton dilemme.

76

L’avenir du concours de l’agrégation

Oui on m'a déjà dit aussi plusieurs fois que les postes qui restaient à pourvoir au CAPES étaient comblés avec les admissibles de l'agrégation... A vérifier donc.
De toute façon, je crois que je vais vraiment continuer en master de recherches car j'ai déjà trouvé un sujet et une directrice de recherches avec qui je m'entends très bien et qui me répète (même si j'ai du mal à la croire) que j'ai le niveau requis pour obtenir l'agrégation.

77

L’avenir du concours de l’agrégation

Bonsoir,

Je pense comme toi qu'il est un peu dangereux de créer des filières trop spécifiques dans l'enseignement.

Ceci dit, je pense qu'il est possible de suivre un master recherche et de tenter le Capes en même temps (c'est-à-dire en M2 : mais attention, si tu souhaites tenter l'agrégation l'année suivante, tu risques de ne disposer que d'une seule année de report, ce qui peut s'avérer court et un peu stressant).

En revanche, pas sûr que les cours de préparation au Capes soient si professionnalisant que ça. Les personnes qui m'ont décrit la préparation disent que les cours sont classiquement orientés vers les écrits et les oraux. Je veux dire par là qu'il ne semble pas y avoir de formation pédagogique particulière.

Il est vrai que le côté "hors-programme" du Capes peut faire peur, si c'est à ça que tu penses. Mais si tu prépares l'agrégation, tu verras que le programme est tout de même assez général (car même s'il porte sur des oeuvres, tu aborderas un certain nombre de thématiques d'ensemble, en plus de la préparation d'une épreuve de "hors-programme" à l'oral). Je crois en tout cas que mes camarades qui ont tenté le Capes n'ont pas vraiment ressenti de différence.

Enfin, ne sois pas pessimiste quant au niveau du concours. Si tu aimes enseigner, tu y arriveras. Profite des tes années de master pour choisir des séminaires assez variés, débuter la grammaire et la phonétique historique, lire beaucoup, t'entraîner aux versions... bref tout ce que tu peux faire "en amont". Et je te conseille de donner des cours particuliers. C'est passionnant, et cela t'entraîne à improviser.

78

L’avenir du concours de l’agrégation

Rabutin a écrit :

Enfin, ne sois pas pessimiste quant au niveau du concours. Si tu aimes enseigner, tu y arriveras. Profite des tes années de master pour choisir des séminaires assez variés, débuter la grammaire et la phonétique historique, lire beaucoup, t'entraîner aux versions... bref tout ce que tu peux faire "en amont". Et je te conseille de donner des cours particuliers. C'est passionnant, et cela t'entraîne à improviser.

Je suis d'un naturel stressé, c'est vrai, et j'aime bien que tout soit prévu clairement dans ma tête. Mais je dois relativiser.
Je suis bien au point en ancien français et français moderne, je travaille ces matières depuis longtemps déjà. Le latin aussi, je suis plutôt bon. Bon après la version en langue vivante, là je vais devoir me perfectionner.
Je vais suivre ton judicieux conseil et me lancer dans les cours particuliers l'année prochaine.