Qu'est-ce qu'être libre face à une loi injuste ?

Qu'est ce qu'être libre face à une loi injuste ? Voici mon sujet de philo sur lequel je n'arrive pas à trouver de réponse car je ne comprends pas le but de cette question et ou veut-elle nous emmener, malgré le plan:

-Une loi qui limite les libertés sans les garantir est une loi injuste.

-Que faire face à une loi injuste ?

J'aurai juste besoin de quelques pistes pour commencer,merci pour votre aide

Qu'est-ce qu'être libre face à une loi injuste ?

Une piste: Etre libre face à une loi injuste, c'est ne pas la respecter, mais accepter les conséquences de ce non-respect de la loi et la "punition" qui en découle. C'est ce que j'appellerais une liberté sociale, on agit selon son libre arbitre tout en assumant le risque d'être punie par la société.

3

Qu'est-ce qu'être libre face à une loi injuste ?

Spontanément je penserai à Kant et à la Critique de la Raison pratique. Et l'idée selon laquelle il faut être moral en toute circonstance, c'est à dire se soumettre à la loi que l'on s'est prescrite SOI MÊME afin d'être véritablement libre. Être moral, c'est agir selon une maxime qui est universalisable. C'est à dire que chaque action dite morale doit pouvoir être reproduite en toute circonstance et être à chaque fois "morale". Exemple : le fait de dire la vérité. C'est une action qui est universalisable au sens ou dire la vérité maintient la possibilité d'un monde. Cependant, l'exemple inverse, c'est à dire mentir, n'est pas universalisable. En effet, imaginons un monde ou tout le monde mentirait. Cela n'aurait plus aucun sens. Bref
Ainsi, être libre c'est agir selon une loi morale qui ouvre le champs du possible en montrant que je peux faire ce que je dois faire ("je dois donc je peux") même si les conditions sociales ou toutes autres conditions (ici les conditions juridiques donc) semblent "résister" à cet agir libre.
Bon, je te laisse faire les recherches qui te permettront de comprendre mieux la pensée Kantienne. Mais, ce dont il faut se rappeler, c'est que pour Kant, une action est morale si elle est universalisable certes, mais aussi, dans un but de protection de la vie humaine. Car, l'on peut facilement critiquer sa pensée, comme l'a fait Benjamin Constant. Et cet exemple touche justement à ton sujet. Constant à pris un exemple qui tentait d'infirmer l'idée kantienne selon laquelle toute action morale est universalisable. Admettons donc que nous soyons dans un régime totalitaire ou les lois sont à proprement parler, injustes. Prenons le cas ou quelqu'un cache un ami juif chez lui, alors que la gestapo le recherche. La gestapo arrive, et demande si l'on cache l'ami. Benjamin Constant argue que si l'on suit Kant, l'on doit dire la vérité, dire que l'on cache l'ami, et donc courir à sa perte. La morale Kantienne ne fonctionnerait pas vraiment car ici, le fait de dire la vérité n'est plus universalisable vu que cela entraîne la mort de quelqu'un. Cependant, Kant à répondu, et a exprimé l'idée selon laquelle être morale c'est protéger la vie humaine. Donc bien sur, l'exemple ici est sujet à discussion et est même plutôt difficile dans le sens tragique du terme. On peut se moquer et dire qu'un kantien qui serait fidèle à la doctrine dirait la vérité (donc qu'il cache un juif en effet) mais empêcherait la gestapo d'aller le chercher afin de le protéger et donc de sauver sa vie. Mais, au fond, ce que l'on peut retenir de cet exemple, c'est que être libre face à une loi injuste, ne serait-ce pas agir selon notre loi morale, et aller contre la loi dite injuste au nom justement de la moralité ?

Le fait d'être moral prouve bien notre liberté car dans un monde sans liberté, l'on ne se poserait même pas la question d'être moral ou non. La pensée Kantienne peut donc être un point de ta réflexion. Être libre face à une loi injuste, c'est respecter la loi morale en nous.

4

Qu'est-ce qu'être libre face à une loi injuste ?

Une amorce de réflexion : Diderot, Supplément au Voyage de Bougainville, entretien entre Orou et l'aumônier. Face à une loi injuste, il faut l'amender mais la respecter, car comment fixer le juste et l'injuste ? Et comment conserver le principe de loi si chacun fixe ce qu'il ne peut ou ne veut respecter ?