1

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

Bonjour j'ai le même problème pour mon explication de texte  mais sur un des paragraphes je ne comprends pas trop ce qu'il faut en dégager je ne comprends rien . J'aimerai avoir de l'aide . Merci par avance

Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase : « je pense », j'obtiens des séries d'affirmations téméraires qu'il est difficile et peut-être impossible de justifier. Par exemple, que c'est moi qui pense, qu'il faut absolument que quelque chose pense, que la pensée est le résultat de l'activité d'un être connu comme cause, qu'il y a un « je », enfin qu'on a établi d'avance ce qu'il faut entendre par penser, et que je sais ce que c'est que penser. Car si je n'avais pas tranché la question par avance, et pour mon compte, comment pourrais-je jurer qu'il ne s'agit pas plutôt d'un « vouloir », d'un « sentir » ? Bref, ce « je pense » suppose que je compare, pour établir ce qu'il est, mon état présent avec d'autres états que j'ai observés en moi ; vu qu'il me faut recourir à un « savoir » venu d'ailleurs, ce « je pense » n'a certainement pour moi aucune valeur de certitude immédiate. Au lieu de cette certitude immédiate à laquelle le vulgaire peut croire, le philosophe, pour sa part, ne reçoit qu'une poignée de problèmes métaphysiques, qui peuvent se formuler ainsi : où suis-je allé chercher ma notion de « penser » ? Pourquoi dois-je croire encore à la cause et à l'effet ? Qu'est-ce qui me donne le droit de parler d'un « je », et d'un « je » qui soit cause, et, pour comble, cause de la pensée ?

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

J'ai du travailler sur ce texte, voici ce que j'en ai écrit (corrigé par le prof de philo qui m'a dit que les idées étaient bonnes  ) :

Explication de la thèse de l'auteur:
Nietzsche soulève ici le problème de l'existence de la conscience. Il affirme qu'il s'agit principalement d'une question grammaticale : le fait d'exprimer à la première personne le "Je pense" nous indique que cette pensée, inclue dans la conscience que nous possédons, est nôtre, qu'elle est attribuée à un être dont elle ne peut pas se détacher. Ce "je" prouve qu'il y a forcément quelqu'un derrnière cette pensée et que la pensée nous appartient donc ; cependant, si l'on devait dire "ça pense", l'auteur estime que nous verrions les choses différemment car cette pensée ne nous serait pas directement attribuée et nous n'aurions donc aucun contrôle sur elle. Pour Nietzsche nous n'avons en effet pas de contrôle sur la conscience et sur la pensée qui ne se manifesteraient alors que quand elles le "souhaitent", que l'être doté de conscience ne décide pas du cours de celles-ci.

Plan du texte : Comment développe-t-il sa thèse?
Nietzsche présente tout d'abord sa thèse et prouve que si l'on croit être maître de nos pensées, c'est en raison d'une tournure grammaticale puisque l'on attribue le "moi" à l'action de penser. Il réfute ensuite cette idée en affrimant qu'il ne faut pas s'arrêter à cette simple expression et tente de prouver que la pensée n'est pas forcément totalement nôtre, que nous ne sommes pas complètement maîtres de cette dernière : il ne s'agirait alors que d'une simple hypothèse.

Je te donne maintenant quelques pistes étudiées dans le cours:
- Nietzsche s'attaque au cogito cartésien en montrant qu'il n'est qu'une illusion rassurante
- la conscience n'est qu'un phénomène secondaire
- surestimation du conscient dont on a fait une unité
- erreur qui repose sur l'idée fausse qui pose que l'instrospection (=se regarder en soi-même) nous donne une connaissance claire & distincte de ce qu'est l'esprit
- la conscience de soi reste en surface ; n'est que l'extrême fin de tout un processus complexe tapis derrière elle (=INCONSCIENT)

En espérant t'avoir éclairé(e)
Bon courage!

3

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

Merci beaucoup de m'avoir aidé je suis sur ce texte depuis samedi matin et merci beaucoup pour tout !!!

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

De rien, j'espère que ça t'aidera, ça te donne déjà une idée des éléments principaux qui se dégagent du texte! N'hésite pas si tu ne comprends pas certaines choses

5

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

Bonjour je bosse sur ce texte depuis hier et jaimerais en savoir plus sur les parties du plan ou alors ou trouver des infos pour completer ces parties merci de repondre

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

Bonjour et bienvenue.

Le message de MrsVale (voir ci-dessus) devrait t'apporter des pistes...

Nietzsche, Par delà le bien et le mal - Si j'analyse le processus exprimé dans cette phrase...

Bonjour, je suis en terminal S je travail sur le même texte et il y a un passage que je n’arrive à comprendre c’est celui ci :
« Bref, ce « je pense » suppose que je compare, pour établir ce qu'il est, mon état présent avec d'autres états que j'ai observés en moi ; vu qu'il me faut recourir à un « savoir » venu d'ailleurs, ce « je pense » n'a certainement pour moi aucune valeur de certitude immédiate. Au lieu de cette certitude immédiate à laquelle le vulgaire peut croire, le philosophe, pour sa part, ne reçoit qu'une poignée de problèmes métaphysiques, qui peuvent se formuler ainsi : où suis-je allé chercher ma notion de « penser » ? Pourquoi dois-je croire encore à la cause et à l'effet ? Qu'est-ce qui me donne le droit de parler d'un « je », et d'un « je » qui soit cause, et, pour comble, cause de la pensée? »
Es ce que vous pourriez m’aider ou me donner des pistes s’il vous plaît