Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

Le texte que j'ai à analyser est le suivant « Soleils couchants VI » de Victor Hugo.

Rédigez une analyse littéraire  dans laquelle je doit démontrer que ce texte est romantique par son lyrisme et par le sentiment de la nature.

Donc, si quel'qun a des conseils ou des idées pour maider a rédiger mes paragraphes de dévelopement j'ai besoin de trouver des idées secondaires. Toute aide sera grandement appréciée.

Merci a l'avance.

Voici mon introduction:
Le plus important des auteurs romantiques de langue française, Victor Hugo a connus de nombreuses peines. On apercevra dans certains de ses oeuvres les reflets des coups et les peines de sa vie privée, ainsi que ceux de la révolution de Juillet. « Soleils Couchants VI » est un poème tirée du recueil « Les feuilles d’automne », publié en 1831. Il est le dernier de six pièces composées entre les mois d’août 1827 et avril 1828. Le poème met en avant la contemplation romantique et introduit les différences qui séparent le monde éternel du héro qui lui, ne sera que de passage. Ce poème de Victor Hugo, démontre très clairement les marques du romantisme; cela apparaît notamment dans son lyrisme et par le sentiment de la nature.

Maintenant pour le dévelopement des idées secondaires serait grandment apprécié

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit!

Tous ces jours passeront; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux!

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

"Ce poème de Victor Hugo, démontre très clairement les marques du romantisme;" idée juste mais expression malhabile
Pourquoi ce poème est-il lyrique ?

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

J'imagine que ce poeme dégage l'expression des sentiments personnel de l'auteur, le narrateur...?

Si je pouvais répondre clairement a cette question j'aurais san doute des pistes pour mon dévelopement...

4

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

Bien qûr que ce poème est l'expression des sentiments personnels de l'auteur, c'est la définition même du lyrisme Demande-toi maintenant quels sentiments se dégagent, comment ils sont amenés dans la logique du poème... Je te conseille de bien revoir tes cours sur le courant romantique, et au besoin de chercher des informations complémentaires sur le web.

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

Oui et n'oublie pas Bobino d'analyser aussi le sentiment de la nature. En quoi Hugo est-il un visionnaire de la Nature dans ce poème ?

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

Voici une fiche que je comptais mettre sur mon site (la première version devrait être en ligne à la rentrée). Elle est incomplète mais j'espère qu'elle t'aidera.

Le thème su soleil couchant est repris par de nombreux romantiques. Son action n'est pas la même sur l'Homme et la Nature

I Fuite du temps
Le temps est omniprésent (champ lexical du temps)
"Soleils couchants" => pluriel => répétitif symbolique => la mort / la fin
Tous les éléments évoqués sont soumis à la fuite du temps.
Allitération en s "sous ce soleil" => glissement du temps
Utilisation du futur Le temps est évoqué dans sa mobilité.
Symbole du fleuve qui s'écoule (cf Pont de Mirabeau) répétition de "et" => les éléments qui se succèdent.
Conclusion partielle: Mais le temps a une influence différente sur l'Homme et la Nature. En effet le temps n'affecte pas la Nature.

II Rapport entre le temps et la Nature
"bois toujours vert" "ridé mais non vieilli" => la Nature reste toujours semblable à elle-même ("toujours" "sans cesse"...)
fleuve => symbolise cette permanence cycle de l'eau => renouvellement eau symbole de la vie
Conclusion partielle: En revanche, l'Homme subit le Temps.

III Amertume de l'auteur face à la condition de l'Homme
En effet l'homme est voué à la mort.
Champ lexical de la mort "refroidi" "mort" opposition entre refroidi et ce soleil joyeux
Impression de dégradation progressive
La disparition de l'Homme n'est suivie de rien.
L'Homme n'est rien face à la Nature.
"Je passe"=> le temps passe et la Nature reste alors que l'homme passe avec le temps.
L'Homme n'est que de passage sur Terre.

Conclusion
Ce poème met en évidence sur u ton mélancolique la fuite du temps. Victor Hugo a 27 ans lorsqu'il écrit ce poème. Cf Pont de mirabeau où la Nature devient le pont. Malgré tout le pessimisme de Victor Hugo n'est pas total. L'Homme peut laisser une tracen un souvenir.

Voici une autre proposition:

Le thème su soleil couchant est repris par de nombreux romantiques. Son action n'est pas la même sur l'Homme et la Nature

I Fuite du temps
Le temps est omniprésent (champ lexical du temps)
"Soleils couchants" => pluriel => répétitif symbolique => la mort / la fin
Tous les éléments évoqués sont soumis à la fuite du temps.
Allitération en s "sous ce soleil" => glissement du temps
Utilisation du futur Le temps est évoqué dans sa mobilité.
Symbole du fleuve qui s'écoule (cf Pont de Mirabeau) répétition de "et" => les éléments qui se succèdent.
Conclusion partielle: Mais le temps a une influence différente sur l'Homme et la Nature. En effet le temps n'affecte pas la Nature.

II Rapport entre le temps et la Nature
"bois toujours vert" "ridé mais non vieilli" => la Nature reste toujours semblable à elle-même ("toujours" "sans cesse"...)
fleuve => symbolise cette permanence cycle de l'eau => renouvellement eau symbole de la vie
Conclusion partielle: En revanche, l'Homme subit le Temps.

III Amertume de l'auteur face à la condition de l'Homme
En effet l'homme est voué à la mort.
Champ lexical de la mort "refroidi" "mort" opposition entre refroidi et ce soleil joyeux
Impression de dégradation progressive
La disparition de l'Homme n'est suivie de rien.
L'Homme n'est rien face à la Nature.
"Je passe"=> le temps passe et la Nature reste alors que l'homme passe avec le temps.
L'Homme n'est que de passage sur Terre.

Conclusion
Ce poème met en évidence sur u ton mélancolique la fuite du temps. Victor Hugo a 27 ans lorsqu'il écrit ce poème. Cf Pont de mirabeau où la Nature devient le pont. Malgré tout le pessimisme de Victor Hugo n'est pas total. L'Homme peut laisser une tracen un souvenir.

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

"Cf Pont de mirabeau où la Nature devient le pont"
Est-ce au poème d'Apollinaire que tu fais allusion ? je ne vois pas en quoi la Nature devient le Pont ?

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

je n'ai pas écrit cette fiche (elle m'a été envoyé pour le site) mais je pense qu'il s'agit d'évoquer un certain parallélisme entre ce poème et celui d'Apollinaire. "ridées mais non veillies" => le pont.

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

Oui, le thème sempiternel du temps qui passe et ne revient pas ; on voit ausi ça dans Le lac et tant s'autres "cueillez dès aujourd'hui"
Mais il y a beaucoup plus dans ce poème de Hugo par rapport à la Nature

Victor Hugo, Soleils Couchants, VI

Bonjour,

Est-ce que quelqu'un peut me dire quels sont les diverses manifestations du lyrisme et où ceci se situe dans ce poème?

Merci