Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Alors Sujet S Philo

- Est-ce absurde de désirer l'impossible ?

- Existe-t-il des questions auxquelles une science ne puisse répondre ?

- Explication de texte, Tocqueville De la démocration en Amérique. Sur l'Interêt Général.Je crois je me susi planté, j'ai dit que c'étiat pour sur comment intéresser les gens à l'intérêt général, et pas pour les intéresser à la démocratie, même si, l'idée de démocratie en elle même  est sous tendue à mon explication, ça me semblait évident que ça parlait de démocratie et donc je me suis focalisé sur l'intérêt général contre l'intérêt  particulier, avec la relation état et niveau local, mais j'ia pas une seule fois donné le mot Démocratie dans ma copie.Jeune Scipion, tu penses que ma bourde va me coûter cher ou pas ?

Les affaires générales d’un pays n’occupent que les principaux citoyens. Ceux-là ne se rassemblent que de loin en loin dans les mêmes lieux ; et, comme il arrive souvent qu’ensuite ils se perdent de vue, il ne s’établit pas entre eux de liens durables. Mais, quand il s’agit de faire régler les affaires particulières d’un canton par les hommes qui l’habitent, les mêmes individus sont toujours en contact, et ils sont en quelque sorte forcés de se connaître et de se complaire.

On tire difficilement un homme de lui-même pour l’intéresser à la destinée de tout l’État, parce qu’il comprend mal l’influence que la destinée de l’État peut exercer sur son sort. Mais faut-il faire passer un chemin au bout de son domaine, il verra d’un premier coup d’œil qu’il se rencontre un rapport entre cette petite affaire publique et ses plus grandes affaires privées, et il découvrira, sans qu’on le lui montre, le lien étroit qui unit ici l’intérêt particulier à l’intérêt général.

C’est donc en chargeant les citoyens de l’administration des petites affaires, bien plus qu’en leur livrant le gouvernement des grandes, qu’on les intéresse au bien public et qu’on leur fait voir le besoin qu’ils ont sans cesse les uns des autres pour le produire.

On peut, par une action d’éclat, captiver tout à coup la faveur d’un peuple ; mais, pour gagner l’amour et le respect de la population qui vous entoure, il faut une longue succession de petits services rendus, de bons offices obscurs, une habitude constante de bienveillance et une représentation bien établie de désintéressement.

Les libertés locales, qui font qu’un grand nombre de citoyens mettent du prix à l’affection de leurs voisins et de leurs proches, ramènent donc sans cesse les hommes les uns vers les autres, en dépit des instincts qui les séparent, et les forcent à s’entraider.

Alexis de Toqueville, De la démocratie en Amérique

2

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Sans le texte c'est dur de dire. Après c'est vrai que c'est dommage de pas mettre le terme qui montrerait que tu as saisi le fond du texte, mais sans l'écrire si tu sens que tu as compris la pensée de l'auteur, le correcteur le ressentira je pense. Tu n'as plus d'épreuve toi aujourd'hui ? D'ailleurs en S vous passez quoi demain?D'ailleurs nous on a parler de Tocqueville en socio et de La Démocratie en Amérique, et effectivement ce que craint Tocq c'est la dégénérescence de la démocratie qui s'expliquerait par la montée de l'individualisme dont la conséquence serait un désintérêt pour la politique, et donc l'abandon de la souveraineté à la classe politique.

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Moi comme commentaire j'ia mis que si on va au botu de l'idée, de passer par l'action locale, des citoyens on pourrait se retrouver avec des micros sociétés indépendante les unes des autres du point de vue politique mais interdépendante du point de vue économique, ce uqi pourrait amener à uen montée des communautarisme, des dérives communautaires tels que discriminations envers certaines parties minoritaires des populations de ces micro sociétés, et qu'ainsi,  ça montre que même si la pensée Rousseauiste de tous les citoyens doivent participer à la politique à l'echelle de l'état est dur à mettre en place, elle doit malgré tout gardé une certaine place dans la vie politique d'un état.Moi finalement mon commentaire, ça devrait passer plutôt bien.

4

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Si vous voulez parler de la philo, j'ai ouvert un sujet dans la partie "Entraide" . Pour l'instant je n'ai posté que pour les L mais je vais poster les autres sujets.-Est-ce absurde de désirer l'impossible ?
-Existe-il des questions auxquelles une science ne puisse répondre ?

Commentaire sur Toqueville, un extrait de De la démocratisation en Amérique.Merci Comateen, j’ai tout déplacé.

5

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

D'accord, merci bien!

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

D'autres personnes ont-elles pris le sujet 1 à savoir "Est-il absurde de désirer l'impossible ?"

J'ai peur de m'être royalement planté, car je n'ai pas jugé intéressant de développer le désir et l'absurde (je me suis contenté de les définir une fois et puis c'est tout), je me suis focalisé sur la notion d'impossible, en développant dans un premier axe pourquoi il existe des choses impossibles, dans un second axe ce qu'il nous est permis d'espérer quant à ces choses impossibles et enfin dans mon troisième axe j'ai développé le fait que la recherche de l'impossible est une caractéristique première de l'homme, que c'est ça qui le fait progresser en tant qu'être libre qui ne peut s'arrêter à sa conception actuelle du possible (en développant Sartre avec l'existence précède l'essence...).
Mais voilà quoi dans tous les corrigés de philo que je vois sur internet les gens se sont focalisés sur le désir. Je n'ai même pas eu de cours sur cette leçon !

7

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

La façon dont tu as traité le sujet est intéressante mais tu as raison, le sujet portait avant tout sur le désir! En fait je pense que ce que tu as fait est cohérent mais que tu as oublié toute une partie de la problématique!
Mais en même temps si tu n'as pas étudié le désir il est difficile d'aller très loin...
Mon plan de philosophie sur le 1er sujet

I) Tout désir est impossible
a) définition du désir comme expression de la finitude de l'homme, écart entre soi et l'idéal
b)Le désir se crée dans la sphère de l'imagination
c)Spinoza: est désirable ce que l'on désire, le désir est irréfléchi
Ainsi impossibilité de combler nos désirs

II) La question revient à: "Est-il absurde de désirer"
a) le désir comme expression de la conscience, nécessité de l'homme
b) le désir comme essence de l'homme (Spinoza)
c)le désir à l'origine de l'élévation de l'homme dans la culture, réalisation du "plan de la nature" (Rousseau, Kant)
d)nécessité morale de désir: pour la morale du bonheur (si on désire le bonheur on désire le bien), pour la morale du devoir (le désir reviens à l'amour de soi et s'oppose à la morale et pourtant est nécessaire au concept de "devoir", de "contrainte morale)

III)Le désir comme misère de l'homme ou comment atteindre le bonheur en restant homme
a)la misère de l'homme, vivre dans le futur  (temporalisation de la conscience + Pascal)
b) la misère de l'homme, le spectacle de sa propre frustration et de sa folie
c) le stoïcisme, actualisation du désir, rediriger le désir est un moyen d'atteindre le bonheur, la complétude

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Moi mon plan sur le commentaire j'ia pris

I l1-7 pour la première partie, problématisation et mise en avant des différence entre échelle nationale et locale,

II l8-18 Proposition d'une solution fondée sur l'action locale des citoyens, pour les intéressé à l'intérêt général plutôt qu'à l'interêt particulier..

I l18 à fin Explication de comment l'action locale permet cet intérêt.

9

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Je dois dire que je ne me suis pas vraiment intéressée à l'explication de texte donc il m'est difficile de juger Je me sens moins à l'aise dans le commentaire que dans la dissertation!

10

Sujets du bac 2009 - Épreuve de philo, série S

Bonjour,
Quelqu'un aurait-il pris le second sujet sur la science ?