Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Bonsoir

Au point de vue purement sémantique, c'est bien un complément de lieu, nous sommes tous d'accord là-dessus.

Plutôt que le sens  (Après tout, avec ce critère,  on pourrait qualifier également "Je regagne Paris" de  complément de lieu  ) la nomenclature récente préfère prendre en compte le fonctionnement desdits compléments. 

Alors que la vieille école distinguait les CC de verbe (impossibles à  déplacer, comme celui-ci ) et les CC de phrase (supprimables et déplaçables en tête de phrase), la nouvelle nomenclature ne garde l'appellation "compléments circonstanciels" que pour les complément de phrase. Et elle nomme "compléments essentiels" les non-amovibles dépendant étroitement du verbe, comme celui-ci.

Et quel que soit leur sens, s'ils fonctionnent ainsi, ils seront appelés COD s'ils sont construits directement, sans préposition (Je regagne Paris, je traverse Paris, j'habite Paris. ) et COI s'ils sont construits indirectement, avec préposition (Je reviens à Paris., je passe par Paris, j'habite à Paris.)  

Il y a donc ainsi, à l'occasion, des COI de lieu.

Je conçois que c'est un peu déroutant.
Comme dit Muriel, les habitués de la nomenclature classique, comme vous et moi, peuvent avoir du mal à s'y faire. Mais cela n'a rien d'un poisson d'avril en juin !

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Bonsoir,

Il y a les fiches de monsieur Bouillon (en général, je les aime bien), il dit ceci (et se garde bien de parler de COI) (le gras est de moi) :

[…]
4) Les autres compléments de verbe

Il existe une frange de compléments qui sont intuitivement " sentis " comme circonstanciels, à cause de leur sens (lieu, temps, mesure), mais qui sont des compléments de verbe, non supprimables, non détachables, en liaison étroite avec le sens du verbe. Ce ne sont pourtant pas des compléments d'objet : quand ils sont directs, ils ne participent pas à la transformation passive, et n'entraînent pas l'accord du participe passé ; ils s'ajoutent aux compléments d'objet ; on peut leur substituer des adverbes, ou les chercher par un questionnement adverbial. Ce sont donc des fonctions adverbiales.

On peut les appeler compléments essentiels de lieu, temps, mesure, etc. :

Il va (se rend, demeure...) à Paris. / Il vient de Paris. / Il habite Paris. (où ?)

Le cours d'histoire dure deux heures. (combien de temps ?)

Il mesure un mètre soixante et pèse cent vingt kilos. (combien ?)

Cet appareil coûte cent francs.

J'ai revendu ce tableau deux millions à un amateur japonais. (COD 1er + c. ess. mesure + COI 2nd)
[…]
http://bbouillon.free.fr/univ/gram/Fich … an-fct.htm

Muriel

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Ce ne sont pourtant pas des compléments d'objet : quand ils sont directs, ils ne participent pas à la transformation passive..

Pour les compléments essentiels de mesure ou de temps, d'accord.
Mais pour le complément essentiel de lieu, la transformation est possible :

Deux millions de personnes habitent Paris.

Paris est habité par deux millions de personnes.

14

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Je vais au cinéma et un complément circonstanciel essentiel de lieu,
au même titre que : "le poulet pèse trois kilos", "j'habite Paris."et autres verbes appelant nécessairement un complément qui se distingue du complément d'objet.

Mes références: Censier Chateau

15

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Ce n'est pas ce que dit Riegel dans le paragraphe « Le complément circonstanciel dans les grammaires traditionnelles » :

Aussi bien chaque fois qu’un constituant de la phrase joue l’un des rôles sémantiques qui constituent le catalogue des circonstances où ce s’effectue un procès verbal (lieu, temps, instruments, but, etc.) ce constituant se trouve-t-il ipso facto étiqueté complément circonstanciel. Du coup on s’interdit de distinguer entre le complément d’objet indirect du verbe aller dans Cet enfant va à l’école et le complément circonstanciel  dans Cet enfant travaille bien à l’école sous le prétexte que les deux constituants jouent le rôle sémantique de lieu dans les deux phrases et qu’il répondent à la question où ? (…)

Ce qui ne fait que confirmer que tous les grammairiens ne sont pas d’accord, et le désarroi des enseignants qui après avoir abandonné Sancier-Château pour Riegel, retrouvent une grammaire traditionnelle en classe !

16

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

C'est pourquoi je préfère m'en tenir à l'approche traditionnelle, sûrement imparfaite, mais cohérente et claire, que j'avais apprise en CM1 / CM2 (!) dans les années 70, et qui permettait l'analyse "grammaticale" et "logique" de la plupart des phrases au prix d'un effort d'apprentissage très raisonnable et avec un minimum de jargon. Depuis, j'ai vu trop de réformes imposées à la va-vite, et abandonnées cinq ans plus tard.

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Sombrabianca a écrit :
Je vais au cinéma
est un complément circonstanciel essentiel de lieu (...)
Mes références: Censier Chateau

En fait, pour un tel complément de verbe, Sancier-Chateau parle de complément circonstanciel intégré.
Et pour un complément de phrase déplaçable, de complément circonstanciel adjoint.
(p.88 et suivantes, édition Livre de poche 1994)

18

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Mon professeur de linguistique aurait tranché ainsi la question:

Il existe deux types de compléments circonstanciels. Le complément de phrase n'est rattaché à aucun élément précis, il peut ainsi être déplace ou supprimé sans affecter la correction de la phrase - il est néanmoins porteur d'une charge sémantique (ex: je regarde la télévision chez moi). Le complément de verbe est un CC étroitement lié au verbe, si bien qu'il ne peut être ni déplacé ni supprimé sans compromettre la syntaxe de la phrase (ex: je vais au cinéma). Dans le cas présent, il s'agit bien d'un complément circonstanciel de lieu, qui se rattache à la catégorie des compléments de verbe ; on dira : complément circonstanciel de lieu du verbe "vais".

D'un point de vue sémantique cela se justifie très bien, si l'on aborde le problème du point de vue du thème (ce dont on parle) et du rhème (ce qui est dit).
=> Dans la phrase "je regarde la télévision chez moi", le rhème porte sur le COD du verbe "regarde", à savoir "la télévision" ; le complément circonstanciel "chez moi" n'est pas l'information essentielle apportée par la phrase, ce qui explique sa relative liberté.
=> Dans la phrase "je vais au cinéma", le complément circonstanciel "au cinéma" est le rhème, il est l'information essentielle de la phrase, ce qui lui octroie un caractère prédicatif: une plus grande dépendance vis à vis du verbe, l'impossibilité de le supprimer. La rhématisation du complément circonstanciel amène une "prédicativation" de ce qui, à l'origine, n'était qu'un complément de phrase, une information annexe au développement de la phrase. Le complément circonstanciel n'en devient pas un complément d'objet pour autant, il est toujours porteur d'une information locative, mais il se comporte syntaxiquement il est vrai comme un complément d'objet.

19

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Jehan a écrit :

Sombrabianca a écrit :
Je vais au cinéma
est un complément circonstanciel essentiel de lieu (...)
Mes références: Censier Chateau

En fait, pour un tel complément de verbe, Sancier-Chateau parle de complément circonstanciel intégré.
Et pour un complément de phrase déplaçable, de complément circonstanciel adjoint.
(p.88 et suivantes, édition Livre de poche 1994)

C'est exact, mais je répondais de mémoire...

20

Je vais au cinéma - Complément d'objet ou complément circonstanciel ?

Il y avait plus simple:
aller /a.le/ intransitif 3e groupe (conjugaison)

Un verbe intransitif ne peut pas être suivi d'un complément d'objet. "au cinema" ne peut donc qu'être un complément circonstanciel.