Épithète liée, détachée ou attribut ?

Bonjour,

Voilà, je n'arrive pas à trouver la fonction de l'adjectif douce dans cet exemple:

Et je serai, sous sa voix toujours douce à votre ennui qui bêle, je serai, moi, par vos chemins, son chien fidèle.

Douce se rapporte à voix. Est-ce qu'il peut s'agir d'une épithète liée bien que l'adjectif ne soit pas collé au nom? Ou détachée, mais il n'y a pas de virgule qui les sépare... A moins que se soit attribut, mais dans ce cas il n'y a pas de verbe attributif.

Qu'en pensez-vous?

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Bonjour.

Le fait qu'il y ait un adverbe intercalé ("toujours") n'y change rien :
c'est bien sûr une épithète liée.
sa voix douce, sa voix si douce, sa voix très douce, sa voix toujours douce...

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Ah merci! Je penchais justement plutôt pour cette option!

J'ai un autre doute, ailleurs:

Vous voilà, vous voilà, pauvres bonnes pensées !
L'espoir qu'il faut, regret des grâces dépensées,
Douceur de coeur avec sévérité d'esprit,
Et cette vigilance, et le calme prescrit,
Et toutes ! - Mais encor lentes, bien éveillées,
Bien d'aplomb, mais encor timides, débrouillées
A peine du lourd rêve et de la tiède nuit.

Ici, lentes et éveillées me semblent être des épithètes détachées de "pensées".
Vous êtes d'accord avec moi?

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Pas moi.
Pas de nom dans cette phrase averbale auquel rattacher ces adjectifs, donc pas de relation, donc pas de fonction.

Épithète liée, détachée ou attribut ?

D'accord avec Anne...

6

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Il me semble que ces adjectifs se rapportent bien à pensées, malgré l'incise et la syntaxe inhabituelle.
Vous voilà, mes pauvres bonnes pensées, encore lentes...
Il ne s'agit pas d'épithètes détachées car "pensées" est apposé à vous.
Je verrais plutôt un attribut : Vous (êtes sous-entendu) encore lentes...

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Mais un adjectif n'a t-il pas obligatoirement une fonction? Il n'y a pas de nom directement présent dans la phrase, mais il y a "pensées", qui pourrait être le nom auquel se rapporte l'adjectif. Ca peut-être probable en poésie.

Peut être que Jean-Luc a raison, et qu'il s'agit d'un attribut, avec le verbe être sous entendu... J'y ai pensé, mais dans mes cours, il est dit que pour qu'il y ait attribut, il faut nécessairement un verbe attributif. Alors que là,  il ne serait que sous-entendu.

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Il est certain que du point de vue strict du sens, lentes et éveillées qualifient bien les pensées. Mais peut-on parler d'épithètes détachées quand le nom "qualifié" se situe dans une autre phrase ? Parler de verbe aattributif  sous-entendu est bien sûr possible.
Toutefois, dans une phrase averbale comme celle-ci, un mot (adjectif ou autre) peut très bien ne pas avoir de fonction.

Exemple tiré d'un poème de Victor Hugo, commençant par "J'entends des voix." Quelques vers plus loin, celle phrase averbale : "Cris des baigneurs." Dira-t-on, simplement à cause du sens, ou en rétablissant un verbe sous-entendu, que "Cris" est COD de "entends" ? Non; le nom "Cris" n'a pas de fonction. Et je pense que c'est également le cas pour les deux adjectifs litigieux de ce poème-ci...

Épithète liée, détachée ou attribut ?

Ok, merci pour ces précisions.