Jaccottet, Violettes

Bonsoir !

Je suis en première L, l'oral de français approche mais j'ai sur ma liste quelques textes très peu étudiés... Il y a entre autres Violettes de Philippe Jaccottet, et j'avoue que je ne sais pas trop quoi dire dessus...
On a juste vu qu'il s'agissait d'un portrait humble des violettes, et donc que c'est un éloge paradoxal.

Un coup de main serait le bienvenu ! 

Voilà le poème :


Rien qu'une touffe de violettes pâles, une touffe de ces fleurs faibles et presque fades, et un enfant jouant dans le jardin...

Ce jour-là, en ce février-là, pas si lointain et tout de même perdu comme tous les autres jours de sa vie qu'on ne ressaisira jamais, un bref instant, elles m'auront désencombré la vue.

Fleurs parmi les plus insignifiantes et les plus cachées. Infimes. A la limite de la fadeur. Nées de la terre ameublie par les dernières neiges de l'hiver. Et comment, si frêle, peuvent-elles seulement apparaître, sortir de terre, tenir debout? 

Dans la liturgie de l'année, plus constante, un peu plus éternelle que l'autre- qui d'ailleurs se défait-, elles ont leur place comme l'heure de prime dans la journée des reclus. Une heure où l'on ne peut parler haut. Pour les entendre, il faut déplacer de l'ombre. Etre sorti des cauchemars. Défait de ses bandelettes. Ou n'est-ce pas plutôt que leur vue nous y aide? (...)

Violettes.

Flèches à la tendre pointe, incapables de poison.

(Effacer toutes les erreurs, tous les détours, toutes les espèces de destructions ; pour ne garder que ces légères, ces fragiles flèches-là, décochées d'un coin d'ombre en fin d'hiver.)

L'infime, qui ouvre une voie, qui fraie une voie; mais rien de plus. Comme s'il fallait bien autre chose, qui ne me fut jamais donné, pour aller au-delà.

Frayeuses de chemin, parfumées, mais trop frêles pour qu'il ne soit pas besoin de les relayer dans le noir et dans le froid.

2

Jaccottet, Violettes

Bonsoir Hémy,

Quelques réflexions pour t'aider :

Le symbolisme de la violette : tristesse, mélancolie. La violette est une fleur funéraire : dans l’Antiquité Proserpine en cueillait quand elle fut envoyée aux enfers. Elle est considérée surtout comme symbole de modestie. Dans certaines campagnes, elle était considérée comme un poison.
Dans la symbolique occidentale, le violet est associé à la noblesse et à la jalousie.
En ésotérisme, c'est la couleur de l'initiation.

Comment Jaccottet reprend-il ces valeurs traditionnelles et culturelles ?

Jaccottet utilise en fait un événement qui a attiré son œil d’artiste pour donner une méditation et une leçon : il insiste surtout sur la vertu initiatrice de cette fleur fragile qui invite à considérer les deux vies. A ce sujet, on peut noter que Jaccottet se montre critique ou nostalgique à l’égard du mysticisme religieux : « Dans la liturgie de l'année, plus constante, un peu plus éternelle que l'autre- qui d'ailleurs se défait- ».

Il semble dire que la transcendance artistique est horizontale : l’au-delà n’est pas une autre vie, mais ce qui est caché derrière les apparences. Le propre de la violette, fleur évanescente est de nous permettre ce passage vers le rien ou l’absence (champ lexical de la nuit, de la mort, de l’hiver) : « elles m'auront désencombré la vue. »

Cet éloge est donc un exercice éminemment poétique de transformation de la réalité ordinaire sous le regard interrogateur et perspicace de l’artiste. La réalité prend un sens nouveau, le poète révèle ce qui est caché. Il utilise à cet effet une prose hachée (phrases nominales) comme des notes pour un croquis ou comme une suite impressionniste. Cette prose regorge d’allusions. Sa musicalité est à la fois expressive et soignée.

Beaucoup d’allitérations en F, consonne continue et sourde : cette consonne continue convient pour exprimer la douceur, la discrétion et la fragilité.

Jaccottet, Violettes

Merci, je vais essayer de travailler dans ce sens